Les demandes de baptêmes au sein d’un même foyer

Chaque année, le Service national de la Catéchèse et du Catéchuménat lance une enquête auprès de tous les diocèses français pour connaitre le nombre d’adultes demandant le baptême. C’est aussi l’occasion d’analyser un domaine particulier. En 2022, le Service national a souhaité approfondir la demande de sacrement de l’initiation chrétienne de plusieurs membres d’une même famille.

La conversion de l’un des membres du foyer entraine parfois celle d’autres membres de ce foyer. C’est une réalité en évolution. Il n’est pas rare aujourd’hui de rencontrer des enfants qui demandent le baptême conduisant leurs parents à se mettre en route eux aussi vers un sacrement. On observe également un certain nombre de démarches au sein de couples, l’un ou les deux membres demandant le baptême.

Mesurer l’évolution des demandes familiales

Depuis quelques années, nous constatons une tendance à l’augmentation de la demande de sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie) au sein d’une même famille. Le cheminement d’une personne dans la foi chrétienne, qu’elle soit enfant, adolescent ou adulte peut avoir un impact sur le reste de la cellule familiale entrainant la mise en route d’autres membres de la famille dans un cheminement catéchuménal. Nous nous sommes donc intéressés à la prise en compte de ces demandes sur les trois dernières années. 74 diocèses ont répondu sur ce sujet.

Demandes au sein de couples

Dans une très large majorité de ces diocèses (80%), des adultes demandant les sacrements de l’initiation chrétienne chemineront aussi vers le sacrement de mariage ou bien à l’inverse, la demande du sacrement de mariage va conduire l’un ou les deux membres du couple vers une demande de baptême ou de confirmation. Il arrive que des couples se présentent à l’église pour un mariage chrétien sans être baptisés ni l’un ni l’autre. Dans ce cas, la préparation au baptême sera première puisque le mariage à l’Église nécessite qu’au moins un des deux fiancés soit baptisé.

Nous nous sommes intéressés au mode de préparation de ces sacrements, à ce que les diocèses ont mis en place et à la façon dont s’articulent les deux préparations.

Dans la majorité des diocèses, les préparations au baptême et au mariage sont assurées par des équipes différentes dans les paroisses. Parfois simultanément, parfois de manière différée : généralement le baptême avant le mariage. Lorsque la demande de baptême est antérieure au sacrement de mariage, celui-ci apparait comme un prolongement, une maturation du baptême et un acte qui a du sens pour la vie baptismale des néophytes. Ces deux sacrements sont fondés sur la liberté des personnes, ils demandent à être articulés sans être dépendants l’un de l’autre. Le mariage ne peut pas être conditionné par le baptême, et à l’inverse, le baptême ne peut pas être conditionné par le mariage. Cela nécessite un accompagnement délicat à adapter à l’un et à l’autre sacrement.

Les catéchumènes mariés civilement peuvent être déçus de découvrir qu’ils n’ont pas besoin de célébration de mariage après leur baptême. En effet, entre deux non baptisés, le mariage civil, seul mariage possible, est reconnu comme un mariage valide. Lorsque les deux conjoints sont baptisés, leur mariage est désormais sacramentel pour l’un et pour l’autre (Rituel du mariage n°349). Ainsi, pour manifester solennellement cette sanctification de l’engagement pris initialement à la mairie, une bénédiction nuptiale est prévue au jour du baptême (ou l’un des dimanches qui suivent). Il conviendra d’initier les époux aux composantes et engagements du mariage chrétien.

Demandes de parents et de leurs enfants

Les demandes de sacrement pour plusieurs membres d’une même famille ne sont pas rares. En effet, plus de la moitié des diocèses (65%) en font état. C’est dans les foyers avec des enfants en bas âge que l’on observe le plus de démarches d’initiation chrétienne à la fois des enfants et de l’un ou des deux parents. Des demandes de parents avec leurs adolescents viennent ensuite. Le graphique ci-contre indique le profil de ces demandes en famille. 

La préparation aux sacrements se vit principalement de façon séparée, quelques diocèses proposent néanmoins un accompagnement de toute la maisonnée. Les paroisses ont le souci d’accompagner au plus juste les demandes des familles. Mais s’agissant d’une réalité assez récente, les pratiques se cherchent pour tisser du lien avec les équipes accompagnant les différents membres de la famille : éveil à la foi des petits, catéchèse des enfants, groupes de jeunes, groupes d’adultes. Parfois, un accompagnateur chemine avec toute la famille.

Le rôle des services diocésains a lui aussi évolué pendant la pandémie : moins d’organisation de rencontres diocésaines, mais des propositions de supports de célébrations clé-en-main, le partage de ressources bibliques et catéchétiques, de prière, de célébration domestiques, de méditation de la Parole de Dieu, voire des MOOC ou des retraites en ligne…

Un nouveau lieu de rencontre d’équipe a fait son apparition. Alors que l’utilisation des salles paroissiales n’était pas possible, les équipes ont pu à certains moments se retrouver dans l’église pour un temps de célébration de la Parole de Dieu.

ça peut aussi vous intéresser

  • Le baptême

    Le Christ a proposé le baptême à tous pour que tous aient la Vie en Dieu. Il l’a confié à son Eglise, en même temps que l’Evangile, lorsqu’il a dit à ses apôtres : "Allez de toutes les[...]

  • Le catéchuménat, une aventure spirituelle qui s’adapte aux circonstances

    Une année de pandémie peut-elle avoir des répercussions sur le nombre d’adultes baptisés à Pâques ? Il semble bien que les chiffres annoncés cette année, avec une baisse de l’ordre de 17% confirment cette donnée. Ils seront cependant[...]

  • Les baptêmes d’adultes en 2022

    En 2020, les baptêmes traditionnellement célébrés dans la nuit de Pâques ont été différés à cause de l'épidémie de Covid-19 et l'interdiction de rassemblements religieux. Les catéchumènes sont 4468, dont 236 en Outre-Mer, à avoir été appelés par leur évêque pour recevoir le baptême. Ce chiffre est en hausse de près de 5% par rapport à 2019. Notre dossier relit, dans le souffle de l'Esprit Saint, le cheminement troublé des catéchumènes 2020 et présente les principales données statistiques.