Pourquoi fait-on silence le Samedi saint ?

Le samedi saint est souvent le jour « oublié » dans la liturgie et la plupart du temps on s’attèle plutôt à préparer la veillée pascale. Aucune messe n’est célébrée. Ce n’est pas un jour de lamentations et de deuil mais le jour d’un silence aimant.

Un silence aimant ?

« Le Samedi saint, l’Église demeure auprès du tombeau de son Seigneur. Elle médite la passion et la mort du Christ, ainsi que sa descente au séjour des morts, en attendant sa résurrection dans le jeûne et la prière. » Ces quelques lignes du Missel romain nous donne le sens du Samedi saint.
Lire la suite sur liturgique.catholique.fr

Deux jours  »aliturgiques »

Entre la célébration eucharistique du Jeudi saint et celle de la nuit de Pâques, l’Église ne célèbre pas l’eucharistie. Il y a donc deux jours aliturgiques au sens où l’on donne le nom de « liturgie » uniquement à la célébration eucharistique (la Divine liturgie comme l’appellent les Orientaux), mais ce ne sont pas deux jours sans liturgie, car l’Église prie, elle se rassemble pour former le corps du Christ en prière.
Lire la suite sur catéchèse.catholique.fr 

Avec Marie

L’Église passe ce grand sabbat tout près de Marie, méditant sur les souffrances du Christ, sa mort et son ensevelissement, dans une espérance invincible.

Sur le même thème