Les différentes églises ukrainiennes

L’Ukraine compte parmi les plus importants pays du monde orthodoxe en nombre de croyants. Aujourd’hui, la population composée de 45 millions d’habitants, abrite 34 millions d’orthodoxes et 6 millions de gréco-catholiques. Sur fond d’une crise sans précédent depuis 2014, les fidèles orthodoxes sont aujourd’hui divisés entre ceux qui sont rattachés au Patriarcat de Moscou et ceux qui reconnaissent l’église autocéphale d’Ukraine. Cette reconnaissance a entrainé une rupture de communion en 2018.

L’histoire

En 988, sous le règne de Volodymyr le Grand (980-1015), la Rus de Kiev devient chrétienne. De rite byzantin, son église se sépare de Constantinople lors du grand schisme de 1054 mais reste un trait d’union entre Constantinople et Rome.

Les branches de l’orthodoxie ukrainienne : de quoi s’agit-il ?

 L’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou (EOU-PM)

L’Église orthodoxe dépendant du Patriarcat de Moscou est dirigé par le Métropolite Onuphre depuis août 2014. Cela représente 53 diocèses et 12 338 paroisses et 254 monastères. Le nombre de fidèles est estimé à 14 millions.

L’Église orthodoxe du Patriarcat de Kiev (Kyïv) (EOU-PK)

Après la chute de l’U.R.S.S et l’indépendance de l’Ukraine en 1991, l’influence de l’Église russe se trouve contestée. Philarète créé en 1992 une Église orthodoxe séparée dont il s’autoproclame Patriarche, ce qui lui vaut d’être excommunié en 1997 par le Patriarcat de Moscou. L’Ukraine se dote en décembre 2018 d’une Église orthodoxe indépendante, une décision historique qui met fin à plus de 300 ans de tutelle religieuse russe et provoque l’ire de Moscou. En janvier 2019, Bartholomée 1er, le patriarche œcuménique de Constantinople, qui fait figure d’autorité dans le monde orthodoxe, reconnait l’autocéphalie (indépendance) de l’Église orthodoxe ukrainienne et réintègre Philarète dans ses fonctions. En mai 2019, le métropolite Philarète est écarté. Le Métropolite Épiphane prend la tête de la nouvelle entité ecclésiale le 15 décembre 2018. Si l’Église de Grèce, de Chypre, et le Patriarcat d’Alexandrie reconnaissent également l’Église ukrainienne autocéphale, le Patriarcat de Moscou dénonce un « schisme » et rompt quant à lui ses liens avec Constantinople.

L’Eglise latine

L’Église gréco-catholique d’Ukraine (EGCU)

En 988, le baptême du prince de Kiev, Vladimir, marque l’introduction du christianisme dans la Rus’. Liée à Constantinople, cette Église est de rite byzantin. Malgré la rupture de 1054, l’Église catholique d’Ukraine reste un trait d’union entre Constantinople et Rome. L’acte d’union de Brest-Litovk (1596) fonde l’Église gréco-catholique unie à Rome. De 1940 à 1944 elle est dirigée par le métropolite Andrey Scheptysky et de 1944 à 1987 par le Cardinal Iossip Slipyj, vite arrêté par les autorités communistes. Anéantie par un pseudo concile convoqué par Staline en 1946, l’Église ne retrouve sa liberté que le 30 mars 1991, lorsque le Cardinal Lubachivsky pourra rentrer au pays et prendre possession de la cathédrale de Lviv. Depuis le 25 mars 2011, Sa Béatitude Sviatoslav Shevchuk est l’archevêque majeur de Kiev-Halyic. Il réside à Kiev.

Prions pour l'Ukraine

Ukraine

Conflit armé en Ukraine

Après plusieurs jours d'escalade de tensions entre l'Ukraine et la Russie, la guerre a éclaté le 24 février 2022. Le pape François avait appelé à une journée de prière le 26 janvier 2022 dans lequel il exhortait[...]

ça peut aussi vous intéresser

Comment venir en aide ?

  • par la prière
  • par des dons matériels et financiers

Les différentes églises ukrainiennes

L'Unité des chrétiens