« Jésus, l’ami du scoutisme » par le Père Jacques Gagey

jacques_sevin

A l’occasion de la Journée mondiale du scoutisme, le 22 février,le Père Jacques Gagey, Aumônier général des Scouts et Guides de France, brosse le portrait du jésuite Jacques Sevin (1882 -1951). Celui-ci pourrait être proclamé « Vénérable » par le pape Benoît XVI fin juin 2012.
 
Le scoutisme a commencé en Angleterre, fondé par Baden Powell qui était anglican. Il s’est développé rapidement en milieu catholique, protestant, mais également en milieu juif, en milieu laïc. Il est maintenant répandu sous différentes formes dans un grand nombre de pays du monde, et accueille des enfants de maintes religions. Ce mouvement d’éducation emporté par un élan de fraternité, circule dans l’humanité appréhendée comme une famille. Comme l’Esprit de Jésus après la Résurrection, il saute les barrières culturelles.

La haute figure de Jacques Sevin (1882 -1951), prêtre, religieux jésuite, symbolise l’installation du scoutisme en milieu catholique. Recevant le scoutisme dans l’Église, le Père joue l’aventure du scoutisme à la lumière de l’Évangile. Lier solidement Évangile et vie scoute, n’était-ce pas la meilleure chose à faire pour appuyer le scoutisme et nourrir cet élan, ce destin mondial? Baden Powell dit à plusieurs reprises que le Père Jacques Sevin avait le mieux compris et réalisé sa pensée.

L’action du Père Jacques Sevin et son influence peuvent être symbolisées par la prière scoute. Une prière simple, qui installe Jésus comme compagnon de route pour tous ceux qui veulent bien la prendre pour eux. Jésus, ami du scoutisme. La prière commence : « Seigneur Jésus, apprenez nous… » : Apprenez-nous à être scouts et guides, à y servir de façon telle que nous vous ayons servi, à y avoir été avec vous, en communion avec vous dans le scoutisme. Combien de scouts ou de guides, se déclarent incroyants quand on les interroge avec trop d’insistance, mais prononcent cette prière, leur prière en toute confiance, au creux d’un camp, au fond d’un bois. Sur les lèvres de millions de personnes, scoutes ou l’ayant été, aux heures décisives de leur vie vient aujourd’hui la prière scoute.
 

Une vie au service du scoutisme

Comment Jacques Sevin a-t-il fait ? Il a simplement consacré son être de prêtre et de religieux au développement du scoutisme. Prêtre dans sa tente au milieu des bois, un peu à l’écart. Une tente voisine protège l’autel portatif où il dit la messe. On voit le tabernacle, également en forme de tente, qui abrite le Saint Sacrement. On voit les chefs posés non loin de là, non loin du Christ, étudier leur scoutisme avec l’équipe de Jacques Sevin. La ténacité du Père à mettre le don de sa vie au service du scoutisme se voit en clair, quand il se laisse écarter sans broncher du mouvement Scouts de France à la naissance duquel il a veillé de tout son être. À ce prix, il veille toujours sur le scoutisme de Baden Powell, sa mémoire préserve encore la liaison entre le scoutisme et le guidisme mondial et l’Esprit de l’Évangile.

Dans la fondation par la France, la Belgique et l’Italie en 1920 de la Conférence Internationale Catholique du Scoutisme (CICS), comme on l’appelle aujourd’hui, Jacques Sevin est le Français. Avec la CICS, les mouvements catholiques de scoutisme veillent les uns sur les autres. La CICS rend au scoutisme mondial le même service que le catholicisme rend aujourd’hui dans le dialogue interreligieux, en montrant que l’amitié des religions entre elles ne prend pas seulement appui sur l’esprit de tolérance, mais sur les religions elles-mêmes. En France, cela fait longtemps que la fraternité scoute rapproche concrètement les jeunes des différentes religions du pays. Un scoutisme réellement évangélique contribue aujourd’hui à ne pas laisser dériver le scoutisme mondial vers un humanisme universel de type philosophique. Il appelle à prendre en considération la dimension proprement religieuse des jeunes, à conduire chaque jeune devant le mystère de ses sources. Ici, on ne voit pas les scouts simplement comme des individus libres et raisonnables que nous devons aider à choisir leur vie ou leur religion. Leur existence et leur croissance sont redevables des forces spirituelles puissantes soulevées par les religions, qui ont inspiré à leurs parents de les accueillir dans la vie, à leurs éducateurs d’en prendre soin… Appuyés sur l’Evangile, nous ne renonçons pas à les aider à découvrir ces forces et à entrer avec elles dans une relation de responsabilité au cœur des défis posés par le pluralisme qui oblige peuples et religions à se rencontrer.

L’héroïcité des vertus de Jacques Sevin devrait être rendue publique en juin prochain au cours d’une audience accordée par le Saint-Père au cardinal Préfet de la Congrégation pour la cause des saints. La CICS prévoit d’inviter tous ceux qui rendent hommage aux bienfaits de l’action de Jacques Sevin pour le scoutisme, à célébrer cet événement que ce soit en fraternité scoute ou dans l’unité de la foi.

Père Jacques Gagey
Aumônier général des Scouts et Guides de France
 

Sur le même thème

  • logo_cef_rvb_horizontal

    Enfants et jeunes

    L’amour n’empêche pas l’exercice de l’autorité, au contraire : l’enfant a besoin d’autorité pour se construire. Tout petit, les interdits et les règles l’aident à canaliser son énergie et à franchir des étapes importantes : les séparations, l’apprentissages des rythmes, la découverte de la vie en groupe… À partir de deux ans, les parents doivent […]