Jean XXIII, un Pontificat de rénovation de l’Église

Angelo_Roncalli_Franz_Stock

Ordonné prêtre en 1960 sous le pontificat de Jean XXIII, le théologien jésuite Bernard Sesboüé, spécialiste de l’œcuménisme, apporte son éclairage sur la canonisation du « bon pape Jean ». Par Florence de Maistre.

Que pensez-vous de cette canonisation, en parallèle avec celle de Jean-Paul II ?
Je ne suis pas étonné ni choqué. Le délai depuis sa disparition me semble raisonnable et sa renommée relève d’un consensus populaire tout à fait pur. Jeune étudiant, j’étais à Rome au moment de sa mort. J’ai vécu la semaine qui l’a précédée. Beaucoup de gens priaient en attendant des nouvelles. C’était impressionnant de sentir la ferveur de ce peuple. En France, avant qu’il soit Pape, nous connaissions bien Mgr Roncalli en tant que nonce apostolique, mais avec une réputation un peu mélangée : conservateur mais très affable. Le jour de son élection, nous étions surtout soulagés que ce ne soit pas l’archevêque de Palerme, mais sa désignation n’a pas suscité un grand enthousiasme.

Et finalement il fut le maître d’œuvre du Concile Vatican II ! C’est son miracle ?
Souvent, on a commenté : « ce sera un Pape de transition ». Or Jean XXIII a conduit un réel pontificat de rénovation de l’Église. Des consultations des évêques, très connues du public, avaient déjà été menées du temps de Pie IX et de Pie XII, relatives au dogmes marials, l’Immaculée Conception et l’Assomption. Paul VI et Jean-Paul II ont également consulté leurs frères dans l’épiscopat, mais pas à cette échelle ni avec cette visibilité. L’idée du Concile était certes dans l’air dans certains milieux mais Jean XXIII, sentant qu’il n’aurait pas beaucoup de temps devant lui, a lancé cet aggiornamento, cette mise à jour, conscient de sa nécessité dans la vie concrète de l’Église, au-delà de tous ses héritages. Une des nouveautés importantes fut la visée œcuménique du Concile. Mgr Roncalli avait rencontré, lorsqu’il était visiteur apostolique en Bulgarie, Dom Lambert Beauduin, l’ancien prieur d’Amay-Chevetogne, auteur d’un mémoire « L’Église anglicane unie non absorbée ». Sa préoccupation profonde pour l’Unité des chrétiens et sa conversion œcuménique venaient peut-être de ces conversations.

Quelle figure humaine et spirituelle laisse-t-il ?

C’était un saint homme, pas un ambitieux. Issu d’une famille paysanne, il en avait la solidité, le bon sens, une certaine rouerie et l’humour – on lui a prêté quantité de bons mots -. Le Père Rouquette, chroniqueur de la revue Études, commentant les difficultés qui surgirent avec le Général de Gaulle pour la nomination d’un nouveau nonce après la guerre, avait dit en plaisantant que Rome avait envoyé à Paris le « paysan du Danube de la diplomatie vaticane ». Personnellement j’étais à Rome au Carême 1963 lorsque, déjà très fatigué, il faisait le tour des paroisses romaines. Il prêchait familièrement comme un bon curé. C’était un homme à la vie spirituelle assez intense animé d’un véritable désir de sainteté. La lecture de son journal spirituel est à cet égard émouvante.

On a l’impression d’une certaine proximité avec le Pape François plus grande qu’avec ses successeurs.

Il existe une évidente correspondance entre les deux hommes. Je ne pense pas que le Pape François va convoquer un Concile, mais plutôt qu’avec lui l’Église va entrer dans une phase nouvelle de la réception de Vatican II. Car ce Concile, qui a fait l’objet d’une réelle sympathie et même d’une ferveur populaire, a bien été loué par les instances supérieures, mais n’a pas encore été vraiment mis en œuvre au plan institutionnel, en particulier pour la collégialité et la synodalité. Avec le Pape François, nous semblons entrer dans un nouveau type de gouvernance.