Congrès Miséricorde : Un temps pour vivre le pardon

C’est à Notre-Dame du Laus, lieu d’apparitions mariales à Benoîte Rencurel, au XVIIème siècle, dans le diocèse de Gap, que se déroulera, du 3 au 5 août 2012, le troisième Congrès national de la Miséricorde. Il débutera par une « Journée Jeunes Miséricorde » pour les 18-25 ans. Interview de son coordinateur, Mgr Albert-Marie de Monléon, évêque de Meaux.
 

Comment définir la miséricorde ?

albert-marie_de_monleon

La miséricorde est l’immense compassion de Dieu pour toute la faiblesse et la détresse humaine. Dans le Nouveau Testament, elle a le visage du Christ. Dans Mathieu 14, 14, on lit ainsi : « En débarquant, il vit une foule nombreuse et il fut saisi de pitié. Et il guérit leurs infirmes. » Jésus a pitié de ces brebis sans berger, ce qui est la situation de beaucoup de nos contemporains en perte de repères. La miséricorde est une volonté raisonnée et active de venir surmonter le mal physique et moral, d’imposer une limite au mal, comme dans la parabole du Bon Samaritain (Luc 29, 37). Dans la parabole du Fils prodigue (Luc 15, 11-32), que Jean-Paul II a magnifiquement commentée, dans son encyclique Dieu riche en Miséricorde, le Père attend son fils qui est parti au loin. Lorsqu’il le retrouve, il lui redonne toute sa dignité de fils et le rétablit dans la communion avec Lui. La miséricorde, soulignait le pape, se manifeste « quand elle revalorise, quand elle promeut, et quand elle tire le bien de toutes les formes de mal qui existent dans le monde et dans l’homme ».
 

En quoi consistera le parcours pour les jeunes ?

Les jeunes qui vivront ce congrès sont issus de divers horizons : géographique, appartenant à un mouvement, une aumônerie ou venus avec leur famille. Ils sont d’une génération web, disposant de beaucoup de moyens pour communiquer, mais ne prennent pas ou n’ont pas le temps de se poser. Diverses propositions leur seront faites. Parmi elles, je relève : le témoignage de Thomas et Benjamin Pouzin du groupe Glorious qui donnera un concert louange, des randonnées sur les sites des apparitions du Sanctuaire N.D. du Laus, des échanges sur les questions de l’amour et de la vie avec des couples et des Petites Sœurs des Maternités Catholiques, une rencontre avec Mgr Renato Boccardo, archevêque de Spolète (Italie), « oser le défi de la réconciliation », des temps de prière personnelle ou en groupe et enfin une approche de la charité et de la solidarité avec des soeurs de Marie Joseph et de la Miséricorde, engagées auprès des personnes détenues.
 

Comment le sacrement de réconciliation leur sera-t-il présenté ?

Durant ces trois jours, les jeunes pourront expérimenter la Joie de la réconciliation, d’être refaits à neuf, comme le souligne l’Hymne du Congrès de la Miséricorde « Venez plonger dans sa Miséricorde ». Le sacrement de la réconciliation semble méconnu, mais, plusieurs temps forts tels que le FRAT, les rassemblements de Taizé, les Journées Mondiales de la Jeunesse montrent que ces jeunes en ont soif et sont en demande… de cette rencontre. Les incompréhensions avec leurs amis ou/et leurs parents, l’incertitude de leur avenir, et pour certains, la perte d’un être cher, constituent un appel pour l’équipe organisatrice du Congrès à proposer des lieux d’accueil et d’écoute pour qu’ils puissent poser leurs questions et déposer parfois de lourds fardeaux. La première miséricorde que nous leur devons, c’est en effet de les écouter. Dans le prolongement de cette écoute leur sera alors proposé le sacrement de réconciliation d’une manière adaptée à leur sensibilité. Ces temps constitueront pour les jeunes un message de confiance car la réconciliation introduit dans la paix et la joie. N’est-ce pas la conclusion de la parabole du Fils prodigue ? « Il fallait bien festoyer et se réjouir puisque ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé ! » (Luc 15, 32).
 

Marie, refuge de Miséricorde

« Avec Marie, mère de Miséricorde, vivre la réconciliation » sera développé par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon. Il sera décliné dans trois domaines : « au sein de la famille » par ce dernier, « dans le monde professionnel » par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap et Embrun, et enfin « dans les situations de souffrance » par Mgr Albert-Marie de Monléon, évêque de Meaux. Sœur Marie Simon-Pierre, la miraculée de Jean-Paul II témoignera au cours de la veillée mariale. Mgr Renato Boccardo, archevêque de Spolète (Italie) et organisateur des JMJ pendant plus de dix ans, donnera la conférence finale : « Avec Marie, Reine des Apôtres, être témoin de Miséricorde ».

Sur le même thème

  • réconciliation

    La pénitence et la réconciliation

    Ce sacrement est le signe de l’amour infini de Dieu. Le pardon de Dieu est toujours possible, si nous faisons une démarche vraiment sincère.

  • Enfants et jeunes

    L’amour n’empêche pas l’exercice de l’autorité, au contraire : l’enfant a besoin d’autorité pour se construire. Tout petit, les interdits et les règles l’aident à canaliser son énergie et à franchir des étapes importantes : les séparations, l’apprentissages des rythmes, la découverte de la vie en groupe… À partir de deux ans, les parents doivent […]

  • JMJ Madrid 2011

    XXVIèmes Journées Mondiales de la Jeunesse du 16 au 21 août 2011 à Madrid. Plus de 50 000 jeunes français sont présents. Le thème choisi par le pape Benoît XVI de Madrid est : « Enracinés et fondés dans le Christ, affermis dans la foi » (Colossiens 2,7).

  • Béatification de Jean-Paul II

    Revivez la béatification de Jean-Paul II, dimanche 1er mai 2011 à Rome : interviews, actualités, flashs vidéos et repères pour comprendre cet immense évènement.