La dévotion de Benoît XVI pour Marie

Benoit XVI invite à se mettre à l’école de Marie

À la question du journaliste Peter Seewald « Que signifie Marie pour vous ? », Benoît XVI, alors cardinal Joseph Ratzinger, revenait sur la place nouvelle et essentielle occupée par Marie : « [Marie, c’est] une expression de la proximité de Dieu. À travers elle, l’Incarnation devient une réalité tangible. Il est émouvant que le Fils de Dieu ait une mère humaine et que nous soyons tous confiés à cette mère. Lorsque Jésus, sur la croix, confie Jean à sa mère, sa parole dépasse de loin l’instant, pour concerner toute l’histoire. Par cette recommandation la prière à Marie ouvre à chaque homme un aspect particulier de la confiance en Dieu, de sa proximité, tout bonnement de la relation à lui. » Régulièrement, Benoît XVI invite tous les hommes à se mettre à son école et se placer sous sa maternelle protection.

Le Pape encourage la dévotion mariale

ciric_marie

Marie est la véritable Arche de l’Alliance, le véritable Temple où Dieu s’est incarné. C’est dans ce cadre que la dévotion mariale prend toute sa place. À ce sujet, le pape Benoît XVI évoque le concile Vatican II : « Ma mémoire garde le souvenir indélébile du moment où, entendant ces paroles, Nous déclarons la Très Sainte Vierge Marie Mère de l’Église, spontanément les Pères se levèrent d’un bond de leur siège et applaudirent debout, rendant hommage à la Mère de Dieu, à notre Mère, à la Mère de l’Église ». En honorant Marie, l’Église n’invente pas quelque chose « à côté » de l’Écriture. Elle répond à la prophétie faite par Marie lorsqu’elle visite sa cousine Elizabeth « Désormais, toutes les générations me diront bienheureuse ». Devenu pape en 2005, Benoît XVI n’a de cesse d’encourager cette dévotion par la prière du Rosaire et la visite de sanctuaires marials.

 

Prier tout simplement

Parlant du Rosaire, Benoît XVI explique qu’il prie comme ses parents, qui aimaient cette prière, c’est-à-dire tout simplement. Le Rosaire c’est cette prière mariale liée aux mystères de la vie du Christ ordonnés comme des perles enfilées sur une cordelette et dont les origines remontent au Moyen-Âge. « Ce qui importe, ce n’est pas que je suive rationnellement chaque parole dite, mais au contraire que je me laisse porter par le calme que procure la répétition et la régularité… Je pense que cette expérience originelle de l’histoire des religions, de la répétition, du rythme, de la parole commune, du chœur qui me porte et me berce et qui remplit tout l’espace me calme, me console et me délivre, est devenue tout à fait chrétienne. Cette expérience permet à l’homme de prier tout simplement dans un contexte marial et dans la lumière du Christ et d’intérioriser le contenu de cette prière, en se laissant aspirer par la parole, au-delà de toute démarche intellectuelle. »

 

Le sens de l’histoire de Lourdes

Benoît XVI souligne le rôle significatif des sanctuaires marials. Ainsi, évoquant Lourdes, il affirme : « L’histoire de Lourdes est pour moi particulièrement émouvante. Bernadette, cette fille simple, sans qualité personnelle autre qu’une pureté intérieure, vécut au siècle du rationalisme très grossier et aussi anticlérical. Face à une autorité ecclésiastique sceptique, agissant au début avec une extrême prudence, c’est elle qui a pu introduire le visage de la mère de Dieu dans ce climat intellectuel quelque peu froid et frigorifiant. Et sous le signe de l’eau vivifiante et bienfaisante, elle démontre en même temps la puissance salutaire de la création sous le signe de Marie qui la réveille. […] Voilà pourquoi il est tout à fait normal et très positif que des humains puissent trouver là-bas le contact avec le mystère du Christ. »

Le 8 décembre 2007, en la fête de l’Immaculée Conception, il lance cet appel depuis la place d’Espagne à Rome : « Puissent les sanctuaires développer leur vocation à la prière et à l’accueil des personnes qui veulent, notamment par le sacrement du pardon, retrouver le chemin de Dieu. »

Benoît XVI visite les sanctuaires marials

Dans les sanctuaires marials, Benoît XVI se sent chez lui. En visite au sanctuaire marial d’Altötting qu’il fréquente depuis l’âge de 7 ans, il dit : « Je me sens vraiment à la maison […] non seulement parce que je suis dans ma patrie d’origine, mais aussi parce que je me sens uni à ma Mère. Là où il y a la mère de Dieu, nous nous sentons tous chez nous. »

Depuis son élection, il marque cet attachement aux sanctuaires marials au cours de ses différents voyages. Ainsi, il s’est rendu au sanctuaire de Notre-Dame de la Miséricorde à Savone en Italie (17 mai 2008), au sanctuaire de l’Immaculée Conception de Washington aux États-Unis (16 avril 2008), au sanctuaire marial de Mariazell en Autriche (8 septembre 2007), au sanctuaire de Lorette (2 septembre 2007), au sanctuaire d’Aparecida au Brésil (12-13 mai 2007), au sanctuaire de Meryem Ana Evi en Turquie (29 novembre 2006), au sanctuaire d’Altötting en Allemagne (11 septembre 2006), au sanctuaire de Kalwaria en Pologne (27 mai 2006).

Les 13, 14 et 15 septembre 2008, le Saint-Père fera étape à Lourdes. Notre-Dame de Lourdes lui ouvrira ses bras comme elle le fait chaque année pour plus de 6 millions de pèlerins.

 

Vatican News

On confond souvent les termes “Rome”, “Vatican”, “Cité du Vatican”, “Saint-Siège”, “Siège apostolique”, “Curie romaine”.

Essayons d’y voir plus clair, même si l’on sait bien que tous concernent le Pape et de ses collaborateurs...

Pour en savoir plus:

Rome

Le Vatican

La Cité du Vatican

Le Saint-Siège ou Siège apostolique

La Curie romaine