Que la guerre n’ait pas le dernier mot !

irak2

La guerre qui vient de commencer est un dramatique « échec pour l’humanité ». Aérienne ou terrestre, longue ou courte, cette guerre va tuer et meurtrir des hommes et des femmes déjà accablés par des années d’embargo et de tyrannie ; des soldats aussi vont tomber. Autant de morts d’autant plus tragiques que – nous le redisons fermement, avec Jean Paul II, le Conseil œcuménique des Eglises et tous les responsables des Eglises – cette guerre-là n’était pas nécessaire, car d’autres voies restaient ouvertes. Nous espérons au moins que les organismes humanitaires pourront, rapidement et sans entraves, porter secours aux populations, et nous invitons les chrétiens de France à se montrer généreux pour soutenir de leurs dons ces secours, notamment pour faire face aux flots de réfugiés que va provoquer le conflit.

Notre solidarité va aussi vers nos frères chrétiens vivant dans les pays du Moyen-Orient, dont certains pourraient être victimes non seulement de la guerre, comme tous leurs concitoyens, mais aussi d’actes d’intolérance suscités par ceux qui prétendent présenter cette guerre comme celle des pays « chrétiens » contre le monde musulman.

Il se peut que cette guerre ravive, dans certains quartiers de nos villes et banlieues, des tensions entre communautés. Nous invitons les responsables des communautés chrétiennes à prendre contact avec les responsables des autres communautés religieuses, notamment juives et musulmanes, pour lancer ensemble un appel et organiser des rencontres pour la paix. Que nulle part ne puisse subsister dans les esprits, même échauffés par les tragédies du Moyen-Orient, le moindre doute sur le fait qu’aucune violence ne plait à Dieu : c’est un blasphème, pour tous les croyants, que de prétendre tuer ses frères humains au nom de Dieu.

En ce temps de carême, nous invitons les chrétiens à mettre plus que jamais au service de la paix les armes spirituelles de la prière et du jeûne. Que chacun, dans la méditation de la Parole de Dieu et la contemplation du Christ donnant sa vie, redécouvre ce que signifie concrètement pour lui l’invitation à devenir « artisan de paix ». Prions l’Esprit Saint de nous inspirer, avec audace et créativité, de nouvelles initiatives pour faire advenir la paix autour de nous et dans le monde. Que personne, devant la violence du monde,

ne perde l’espérance. Demain, il faudra reconstruire : reconstruire l’Irak, certes, mais aussi reconstruire un ordre international fondé sur la paix et la justice pour tous.

Le 20 mars 2003

Pasteur Jean-Arnold de Clermont
Président de la Fédération protestante de France

Monseigneur Emmanuel
Métropolite de France
Président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France

Monseigneur Jean-Pierre Ricard
Archevêque de Bordeaux
Président de la Conférence des évêques de France

Contacts presse :

M.Vincent Neymon
Secrétaire général adjoint
Directeur de la communication
Porte-parole

P. Hugues de Woillemont
Secrétaire général
Porte-parole

Mlle Constance Pluviaud
Chargée des relations avec les médias

Tél: 07 62 08 00 59
communication@cef.fr

Conférence des évêques de France
58 av. de Breteuil
75007 Paris
Contact média Accréditations auprès de la CEF