Les finances de l’Eglise catholique en France

En France, l’Église catholique ne reçoit pas de subvention de l’État ou des collectivités locales (à l’exception des diocèses dits « concordataires » de Strasbourg et Metz). Les ressources des diocèses proviennent donc essentiellement de la générosité des fidèles. Les biens d’Église sont destinés à l’accomplissement de sa mission, ils ont été constitués par les générations successives et ils sont entretenus et renouvelés en vue de l’action pastorale de l’Église.

La gestion doit être prudente, elle est responsable, encadrée et contrôlée : la responsabilité de l’évêque et celle du curé sont réelles et personnelles, mais ils ne peuvent agir sans des conseils constitués et reconnus. Elle est ecclésiale et grevée de l’obligation de solidarité et de partage avec les autres Églises au premier chef, et avec les pauvres en général par l’intermédiaire d’organismes adaptés.

Les principales ressources de l’Eglise

source : Conférence des évêques de France
actualisation : juillet 2022

  • Le Denier de l’Eglise est la principale ressource : c’est la contribution volontaire de chaque catholique, pratiquant régulier ou non, pour permettre aux prêtres et aux salariés des diocèses et paroisses de vivre et d’agir.
  • Les quêtes, versées lors des messes, servent à couvrir les frais des paroisses : frais de fonctionnement (chauffage, électricité…) et tous les frais liés aux activités paroissiales (catéchisme, pèlerinages,…).
  • Le casuel est versé par les familles qui demandent un sacrement (baptême, mariage) et par les familles du défunt pour les funérailles.
  • Les offrandes de messe sont versées par les fidèles qui demandent à ce qu’une messe soit célébrée à une intention particulière, elles aident les prêtres dans leur vie matérielle.
  • Les legs, donations et assurances-vie sont des ressources exceptionnelles qui permettent d’envisager les grands projets pour l’Eglise de demain.

Les principales dépenses de l’Eglise catholique

  • Les traitements des prêtres et les salaires des laïcs en mission ecclésiale et des personnels administratifs et de service. Les prêtres et les évêques perçoivent un traitement de l’ordre de 955€ mensuel et sont logés. À leurs côtés, de plus en plus de laïcs, bénévoles et salariés, apportent leurs compétences au service de l’Église.
  • Les dépenses de fonctionnement : chauffage, électricité, courrier, téléphone, assurances…
  • Les grosses réparations, et les mises aux normes des bâtiments (accessibilité, …) ainsi que la construction de nouvelles églises, chapelles, salles de réunion…Rappelons que les bâtiments (églises, cathédrales) construits avant 1905 appartiennent aux collectivités locales et à l’État. Les diocèses sont propriétaires des bâtiments construits depuis 1905, et ont donc à leur charge toutes les dépenses d’entretien et de rénovation.
  • Les dépenses de communication (revues diocésaines et paroissiales, radios, …) et les frais de campagnes Denier

Les charges des diocèses et des paroisses ont tendance à progresser en raison du poids croissant des salaires et des cotisations sociales, et du coût d’entretien et de mise aux normes des bâtiments.

autres chiffres

Les paroisses en chiffre
sacrements en chiffres
Ministres ordonnés en chiffres
Prêtres étrangers en chiffres