Une école pour les « tout jeunes prêtres » ?

Pour soutenir ses jeunes prêtres dans leur première année de ministère, l’évêque de Versailles a initié des mardis hebdomadaires conçus comme des temps « de recul et d’aide à l’insertion dans le ministère » selon la formule du Père Mathieu de Raimond, qui les accompagne.

Mathieu de Raimond« Je pensais qu’ils viendraient à reculons, tout en étant persuadé du bien fondé de l’initiative, or elle semble répondre aux besoins au-delà de mes attentes. Ces jeunes prêtres sont heureux de se retrouver et témoignent qu’ils vivent un partage fructueux pour leur ministère », témoigne le curé de Louveciennes, 46 ans, vicaire épiscopal à la formation permanente des prêtres et délégué aux vocations. C’est lui qui, en binôme avec le Père Étienne Ducornet, ancien missionnaire en Chine, suit les sept premiers « vicaires stagiaires » de ce cursus novateur commencé le 10 septembre 2018 et dont la première session se termine ce 23 juin 2019.

Le constat ayant été fait que « la plongée dans le ministère paroissial souvent dense et parfois un peu isolant » nécessite un accompagnement, une formation spécifique a été élaborée avec un diacre permanent coach en entreprise. La formule est à la fois exigeante, ressourçante et équilibrante. Chaque rendez-vous à la bibliothèque diocésaine commence par un tour de table pour confier une grâce ou une difficulté, s’édifier mutuellement, recevoir parfois des conseils des prêtres aînés. Cette relecture du ministère est suivie d’un temps de lectio divina sur les textes du dimanche suivant avec la lecture d’une homélie d’un Père de l’Église ou d’un contemporain. « On partage sur ce texte et cette anticipation permet de déstresser quant à la préparation de l’homélie que chacun devra peut-être assurer », explique le Père de Raimond. La messe est alors célébrée ensemble, suivie d’un déjeuner à la cantine de l’évêché avant que l’après-midi, le petit groupe accueille un témoin, un confrère plus âgé ou un(e) laïc(que) sur diverses thématiques : la confession, la présentation de tel ou tel Mouvement d’Église, les codes interculturels, etc.

Les participants se séparent ensuite pour trois heures de lecture afin de se mettre à jour à partir d’un ouvrage de théologie, de spiritualité ou de toute autre lecture au service de leur ministère concret, puis tous se retrouvent pour les vêpres. Un temps personnel précieux alors qu’en paroisse, la sonnerie du presbytère, le téléphone et les mails sollicitent constamment l’attention.

L’amour des commencements

« Le fait de se recentrer sur les fondamentaux faits plutôt du bien et nous nous nourrissons mutuellement » », souligne le Père de Raimond. « L’apport en ce qui me concerne, explique-t-il, c’est peut-être de revenir à l’amour des commencements ; la joie de cet appel qui fait du prêtre un homme donné à une communauté afin de représenter le Christ qui lui se donne à l’humanité ». À titre personnel il rend donc « grâce à Dieu » pour cette mission.

Le fait que cette formation se passe dans le bâtiment de l’ancien séminaire, en investissant la bibliothèque diocésaine et juste à côté de la Maison Saint Louis, la maison de retraite pour prêtres et religieux âgés, lui apparaît tout à fait « symbolique ». Une belle manière de « revivifier un lieu source » au service de la Mission.

Chantal Joly

Sur le même thème

  • P1540885

    Versailles : Un diocèse encouragé à évangéliser

    Mgr Éric Aumônier, évêque de Versailles, évoque les richesses humaines et spirituelles de son diocèse, au-delà des clichés et des méconnaissances dont celui-ci est parfois l’objet. Un diocèse où neuf nouveaux prêtres seront ordonnés ce 30 juin 2019.

  • Benoit d'Argenlieu

    Benoît en année de sas entre études et ministère

    Rencontre avec Benoit d’Argenlieu du groupement paroissial Saint Quentin-Saint Victor de Guyancourt, en année de sas entre études et ministères.

  • ONESIME

    Des frères pour les sortants de prison

    Sept équipes constituent pour l’instant, sur le diocèse de Versailles, un premier réseau d’accompagnement fraternel à destination des personnes sortant de prison.

  • Philippe Duquenoy

    L’Église des Yvelines fraternelles avec les plus fragiles

    Le diocèse de Versailles compte à ce jour 28 groupes au sein desquels des personnes en précarité et d’autres partagent la Parole de Dieu et l’amitié. Philippe Duquenoy, responsable de la Diaconie, évoque ces « Équipes Fraternelles ».

  • I de chatellus

    Un réseau à l’écoute des familles et des couples

    Family Phone, un partenariat d’écoutants bénévoles et de professionnels, permet à tout parent ou conjoint à la recherche d’aide ou de conseils de trouver une réponse. Isabelle de Chatellus, responsable depuis septembre 2018 avec son mari Frédéric du service diocésain de la mission pour la famille, présente cette initiative unique dans l’Église de France par son ampleur.

  • ESE-EQUIPE 2018-2019

    Réveiller l’élan missionnaire des paroisses

    Bénévoles et responsables d’une équipe de quinze personnes, Béatrice et Jason mettent leur expérience de paroissiens engagés pour redonner aux chrétiens du diocèse l’envie d’être des disciples missionnaires.