Accompagner les vacanciers

Avec cinq millions de touristes par an, la Vendée est le premier département touristique de la façade atlantique*. Le diocèse de Luçon s’en saisit et répond avec des propositions originales de découvertes culturelles et spirituelles. Par Florence de Maistre.

Tourisme« Le tourisme en Vendée est une réalité importante, qui fait partie de l’ordinaire de notre Église diocésaine. La pastorale du tourisme est une pastorale de l’accueil. Si nous n’étions pas présents auprès des vacanciers et des professionnels du tourisme, nous manquerions à notre devoir », indique le P. René Cougnaud, curé des paroisses Saint-Nicolas de l’Océan (Brétignolles-sur-Mer) et de Saint-Jean du Guégorand (Coëx), également délégué diocésain de la pastorale du tourisme de Luçon. Chaque année, la saison estivale est l’occasion de développer un programme varié pour répondre à tous les goûts, toutes les attentes. Et ce, quels que soient les publics, jeunes et aînés, croyants ou non. Conférences, expositions, concerts, mais aussi balades et visites commentées permettent de découvrir la richesse du patrimoine local, du littoral sans oublier l’intérieur des terres. D’appréhender aussi quelque chose de l’Histoire de la Vendée, de ses habitants, et chemin faisant de percevoir la foi de l’Église. « Nous misons sur la soif des gens de faire autre chose que du bronzing. Nos animations sont gratuites, c’est important pour offrir l’accès à tous publics. La convivialité fait aussi partie de nos temps fort », précise le responsable de la pastorale du tourisme.

Une équipe d’une dizaine de bénévoles s’active autour du délégué diocésain. Ouverte, elle est représentative de la diversité du diocèse : du Nord-Vendée, du centre, de la côte et du marais breton, et du Sud-Vendée. Elle incite toutes les paroisses à être attentives aux visiteurs qui séjournent un ou plusieurs jours dans la région. Il s’agit de partager quelques bonnes idées et d’imaginer des animations locales. Elles peuvent être très simples et se concrétiser dans un dépliant qui précise les horaires de messes et autres informations pratiques. Un feuillet peut présenter un descriptif des éléments architecturaux remarquables de l’église, un autre les textes de la liturgie traduits à l’attention des touristes étrangers qui souhaitent participer aux célébrations dominicales. « Chaque paroisse est libre de faire ce qu’elle souhaite. Les initiatives locales sont nombreuses. La diversité des propositions montre que notre église est bien active », remarque le P. René Cougnaud, qui a fait sonner les cloches lors du passage du peloton du Tour de France dans sa paroisse. Mi-juin, il avait déjà béni les cyclistes amateurs de sa commune et leurs vélos.

Des sorties sur tous les terrains

Saint-Jean-de-Monts« La prière du matin est célébrée sur la plage dans au moins trois paroisses du littoral. Certes cela interroge les badauds. Mais c’est en passant davantage par des propositions culturelles que l’on peut ensuite amener un groupe à la contemplation. On annonce toujours la couleur, mais on invite d’abord à découvrir les richesses de notre terroir, gratuitement », poursuit le P. René Cougnaud. Le patrimoine architectural intéresse beaucoup les vacanciers et c’est à chaque fois un moyen d’en approfondir la symbolique. Ils nombreux aussi, surtout les citadins, à être sensibles à la diversité des paysages et à prendre enfin le temps de s’arrêter pour poser sur l’environnement un regard différent : l’opportunité toute trouvée de s’inscrire dans la lignée de l’encyclique Laudato Si. Ou comment incarner le slogan de la pastorale du tourisme : donner une âme au temps libre !

Là, une randonnée dans le village de Mouchamps a entrainé un groupe sur les traces de Georges Clémenceau. Elle a permis aussi de rencontrer la communauté protestante locale et d’apprécier les commentaires d’un membre de la municipalité au sujet du temple. Ici, la visite d’un élevage de chevaux a été l’occasion d’évoquer les liens entre les animaux et la Bible, et sur un mode ludique de répondre à un quiz, animé par un bibliste, sur les plantes observées et celles présentes à l’époque de Jésus. Autour de Saint-Gilles Croix de Vie et de Saint-Hilaire de Riez, la balade des marais salants de Vie était évidement placée sur le thème « Vous êtes le sel de la terre ». Elle a été ponctuée par des visites d’expositions d’artistes locaux, peintres et sculpteurs religieux et accompagnée par l’adjointe au maire. « Nous nous efforçons de trouver des passionnés pour guider nos sorties de manière remarquable. Nous avons la chance d’avoir de très bons rapports avec les acteurs de la société civile, municipalités et offices de tourisme », assure le délégué diocésain pour la pastorale du tourisme. Les animations se terminent toujours par un temps de convivialité propice aux discussions et aux échanges.

Deux temps forts

Chaque année le programme des animations est renouvelé et laisse place à des nouveautés. Deux temps forts figurent néanmoins parmi les incontournables de la saison. L’un se déroule au départ des Sables d’Olonne, c’est la journée Avance au large « mer et spiritualité ». Cinq à six skippers mettent leur bateau à disposition et proposent une sortie en mer. Les vacanciers découvrent la conduite d’un voilier et un temps de méditation sur l’eau avec un partage d’Évangile est proposé. De retour au port, un verre de l’amitié est offert avant la célébration des vêpres, pour ceux qui le souhaitent. L’autre est organisé en lien avec l’aumônerie des artisans de la fête : à Saint-Hilaire de Riez, le cirque de Venise ouvre son chapiteau pour y célébrer la messe. Sous le signe de la rencontre et du partage, la liturgie devient une fête avec les équilibristes qui avancent pour la procession des offrandes. À l’issu de la célébration, les artistes et les animaux sont bénis. Le P. René Cougnaud de souligner : « C’est une façon de rejoindre les personnes aux périphéries. Le défi de la rencontre avec les autres cultures et avec les personnes hors de l’Église est toujours à relever. Je crois que notre démarche révèle aux touristes un visage d’Église bien vivant, qui peut leur donner envie de progresser sur ce chemin. Pour moi, l’important est de rendre le Christ et l’Église aimables ».

Sur le même thème

  • 05 novembre 2011 : Mgr François JACOLIN, évêque de Mende, France.

    Monseigneur Jacolin : « Je crois en la communion de tous au service de la mission »

    Homme d’écoute et artisan d’unité, Mgr François Jacolin a quitté le diocèse de Mende (Lozère) pour être solennellement installé comme évêque du diocèse de Luçon (Vendée) le 15 juillet dernier. Rencontre.

  • Saint-Jean-de-Monts

    Accompagner les vacanciers

    Avec 5 millions de touristes par an, la Vendée est le premier département touristique de la façade atlantique*. Le diocèse de Luçon s’en saisit et répond avec des propositions originales de découvertes culturelles et spirituelles.

  • Prêtre - Robineau

    Itinéraire d’un jeune prêtre vendéen

    Alexandre-Marie Robineau, 38 ans, natif de Vendée, a été ordonné prêtre pour le diocèse de Luçon le 29 juin 2014 en la basilique de Saint-Laurent-sur-Sèvres. Après sept années en Inde, au Mexique, puis en Italie, il est depuis trois ans vicaire des paroisses Saint-Martin de Montaigu et Notre-Dame des trois provinces dans le bocage vendéen. Témoignage.

  • ices

    L’Institut catholique d’études supérieures : « L’audace d’être libre »

    À La Roche-sur-Yon, l’Ices (Institut catholique d’études supérieures) rayonne sur tout le diocèse de Luçon. L’établissement offre huit filières d’enseignement universitaire reconnues par l’État. Ici, les étudiants bénéficient d’un cadre privilégié et d’un accompagnement soigné pour mener à bien leurs projets.

  • Enseignement catholique de Vendée

    L’enseignement catholique en Vendée : un réseau hors du commun

    L’implantation des établissements scolaires de l’enseignement catholique est, au sein du diocèse de Luçon, sans commune mesure avec les autres diocèses en France. Héritier de l’Histoire, ce réseau s’inscrit dans une belle dynamique qui se poursuit et se développe.