« Le diacre s’insère là où il vit et travaille »

Focale diocèse Bayeux Lisieux

Depuis novembre 2017, Yves Lebaudy est diacre permanent dans le diocèse de Bayeux-Lisieux. À 59 ans, cet agriculteur de La Graverie (Bocage Virois) a reçu une lettre de mission de Monseigneur Jean-Claude Boulanger : il gère le pôle rural du diocèse. Il nous livre sa vision du diaconat et les réalités du monde agricole.

Yves Lebaudy, diacre Bocage Virois

Concilier l’Église et le monde rural. Telle est la feuille de route d’Yves Lebaudy depuis plus de six mois. Ordonné diacre permanent dans le diocèse de Bayeux-Lisieux le 12 novembre 2017, il se réjouit de la nouvelle mission que Monseigneur Boulanger lui a donnée, celle d’être attentif aux réalités du monde rural.

Assurer une présence dans le monde rural

Par son enracinement dans la vie civile, Yves Lebaudy est bien placé pour comprendre les souffrances du monde rural. En tant que « paysan », il est touché par ses réalités : stress, isolement, soucis financiers, actes suicidaires… « Je suis reconnu dans ce milieu ce qui permet des discussions et de faire ensuite remonter les informations auprès de l’évêque, des prêtres et aussi au conseil paroissial la réalité de la vie de famille au quotidien. » La mission diaconale – en pôle rural – revêt une place toute particulière. « L’Église a une certaine difficulté, elle a de moins en moins de prêtres. Elle s’est un peu plus éloignée de la base, » constate-t-il.  « De par son engagement, le diacre accompagne les offices mais aussi les familles en deuil et les jeunes pour la préparation au mariage, explique-t-il. Sa première mission, c’est de s’insérer là où il vit et travaille. C’est aussi être témoin, à l’écoute de l’autre et au service du Christ. »

Il s’agit pour Yves Lebaudy de vivre son engagement non seulement au travers de son diaconat mais aussi au travers de son activité professionnelle, dans laquelle il met en pratique les principes développés dans l’encyclique du Pape François, Laudato Si’.  A savoir comment concilier exploitation et protection de la terre.

Le projet d’installation d’usine de méthanisation

Le monde agricole n’a plus de secrets pour lui. Yves Lebaudy initie en 2008 avec des collègues un projet d’usine de méthanisation sur le bassin virois à travers un Groupement agricole d’exploitations en commun (GAEC). Un projet qui fédère 80 personnes et la Chambre d’agriculture du Calvados. L’opération consiste à valoriser les énergies renouvelables à partir des déchets, du lisier et du fumier, riches en méthane et qui pourront alimenter quelques industries viroises. Après de nombreuses difficultés, le projet est relancé en 2012. De fil en aiguille, à force de persévérance, il « espère donner le premier coup de pelle cet été avec la signature définitive du préfet. » L’usine de méthanisation se veut innovante car elle utilise à la fois les énergies fatales et l’augmentation de la chaleur par des pompes à chaleur (NDLR. à partir de 70 degrés).

De la « valeur ajoutée »

L’objectif est de développer de la valeur ajoutée sur le territoire. « Le secteur agricole a réalisé plus de progrès que l’industrie mais la valeur ajoutée nous a échappée », regrette-t-il. Il s’agit également de redorer l’image de l’agriculture à travers le développement durable, d’assurer une capacité de stockage et de mutualiser les surfaces d’épandage.

Des 40 agriculteurs investis dans le projet, tous ne disposaient pas du même apport financier. « Mais nous n’avons écarté personne, précise-t-il. Certains ont contribué à hauteur de 4000 euros et d’’autres ont investi 80 000 euros. » Point de départ indispensable pour lancer le projet.

méthanisation - VireMobiliser les talents de chacun

Tenir sur la durée. En huit années, la démarche connait moult rebondissements. Il réduit son exploitation ce qui lui permet de s’investir et de fédérer autour du projet de méthanisation. Sa foi lui permet d’affronter les épreuves : convaincre les banques, gérer les problèmes administratifs mais aussi les relations humaines. « Le projet devait aboutir, j’avais un engagement moral par rapport aux 80 personnes. » Son expérience au sein de la Chambre d’agriculture l’a grandement aidé, car il a une bonne connaissance du terrain et des institutions. « J’essaie de mettre en œuvre ma foi dans l’action quotidienne pour être en cohérence avec mes engagements, dans l’écoute de l’autre, la gestion des conflits et le respect des personnes. »

Sur le même thème

  • logo_cef_rvb_horizontal

    L’historique du diocèse de Bayeux-Lisieux

    Présentation historique du diocèse de Bayeux-Lisieux au travers des siècles de l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui.

  • Père Philippe Cenier

    Le diocèse de Bayeux-Lisieux sous le signe de la fraternité

    Monseigneur Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux a créé en 2016 dans le diocèse dix pôles missionnaires. Leur vocation : susciter la fraternité et la coopération entre les paroisses. Rencontre avec le Père Philippe Cenier, curé des paroisses Saint-Jean du Bocage et Sainte-Croix du Bocage à Vire et coordinateur du pôle missionnaire virois.

  • Louis et Zélie Martin

    À Lisieux, une chapelle érigée pour les époux Martin

    Le Père Olivier Ruffray est recteur du sanctuaire de Lisieux. Canonisés en 2015, les époux Martin (Louis et Zélie), parents de Sainte Thérèse de Lisieux, ont désormais une place incontournable pour le sanctuaire de Lisieux et dans le cœur de pèlerins. Diverses propositions existent désormais autour de la figure de ces saints comme la construction d’une chapelle au sein de la basilique, des conférences ou des week-end fiancés…

  • La basilique de Lisieux

    La basilique de Lisieux, un haut-lieu spirituel

    Avec 780 000 visiteurs en 2017, la basilique de Lisieux demeure une étape incontournable du tourisme religieux. Elle est le deuxième lieu de pèlerinage en France après Lourdes. Rencontre avec Emmanuel Houis, secrétaire général du sanctuaire de Lisieux.

  • IMG_20180316_113257 (002)

    Le Temps d’un toit, tremplin vers un nouveau départ

    L’association « Le temps d’un toit » accueille depuis novembre 2013 sur l’agglomération caennaise les personnes migrantes. L’objectif : trouver des logements disponibles et servir de tremplin aux familles qui démarrent une nouvelle vie Accueillir et accompagner. Reportage auprès des membres de l’association qui viennent en aide aux migrants.

  • 2017.10.26 Rome-Assise (82)

    Vivre une aventure humaine et spirituelle avec la Pastorale des jeunes

    Depuis l’arrivée de Monseigneur Jean-Claude Boulanger dans le diocèse de Bayeux-Lisieux, les jeunes sont l’une de ses préoccupations. Depuis cinq ans, c’est toute une équipe qui est à l’œuvre pour proposer aux jeunes de vivre une aventure humaine et spirituelle dans un local rénové. Pascale Clerval est responsable « jeunes et vocations » depuis 2013 avec Clémence Allix et Stéphanie Hermay. Chaque année de nouveaux objectifs : en 2018-2019, un effort sera fait pour accompagner les jeunes dans leurs choix vocationnels avec des propositions selon les âges.

  • Monseigneur Jean-Claude Boulanger

    « J’essaie de découvrir humblement les réalités du diocèse »

    Monseigneur Jean-Claude Boulanger est évêque de Bayeux-Lisieux depuis 2010. L’occasion de faire le point sur ses actions à travers son bilan et ses projets futurs. Interview.

  • ordinations

    Le sacrement de l’ordre

    Au sein de l´Église catholique, le service de la communauté est assuré plus particulièrement par les évêques, les prêtres et les diacres, que l’on appelle « ministres ordonnés ». Leur mission dans l´Église leur est confiée, au nom de Jésus Christ, par le sacrement de l´ordre, généralement appelé « ordination ». Le sacrement de l´ordre se caractérise […]

  • Diacres

    Qui sont les diacres permanents

    Le diacre permanent ne remplace pas le prêtre. Ordonné comme lui, il s’engage à la suite du Christ et au service de ses frères.