Ecclesia Cantic : « Pour chanter la gloire de Dieu, nul besoin d’être Mozart ! »

Près de 1000 jeunes de 18 à 35 ans, venus de toute la France, sont attendus à Lille les 26 et 27 mars 2022 pour vivre un nouveau rassemblement Ecclesia cantic. Le rendez-vous invite les amateurs de chant polyphonique, débutants ou confirmés, à mêler leurs voix pour approfondir ensemble La joie de la mission.
Par Florence de Maistre.

« Ecclesia cantic est une initiative de jeunes laïcs, qui s’inscrivent totalement dans une démarche d’Église. Ils prennent leur sacerdoce baptismal au sérieux et souhaitent mettre leurs compétences musicales au service de la prière, au service du Seigneur. Quand 1000 jeunes se rassemblent spontanément, ça a du sens ! Je me réjouis de les accompagner lors de ce week-end. Au service de la liturgie, la question musicale est délicate et stratégique », indique le P. Gilles Drouin, directeur de l’Institut supérieur de théologie (Institut catholique de Paris). Née en 2016 à Grenoble, la proposition « Chantez un chant nouveau » répond à la demande des jeunes de se former à la liturgie pour mieux participer à la beauté des célébrations, tout en s’inscrivant dans l’élan missionnaire et rejoindre par le chant les périphéries. La formule : formation, concert, mission, rencontre un succès franc et spontané. Étudiants et jeunes professionnels se pressent avec enthousiasme au rendez-vous. Ils viennent seuls, avec leur chorale ou leur groupe, sont engagés en aumôneries ou dans le scoutisme, sont musiciens, chanteurs avertis ou non. « Pour chanter la gloire de Dieu, nul besoin d’être Mozart ou un génie né en ce domaine. Les participants découvrent qu’ils ont accès au beau, à cette beauté qui touche tout le monde. C’est très important ! », précise Emmanuelle Faure, responsable masterclasses d’Ecclésia cantic Lille.

Les éditions se poursuivent à Paris en 2017 autour du thème « Faire de notre vie une offrande à la louange de ta gloire », puis à Angers en 2019 « Votre chant et votre musique rendent évident que nous sommes un seul Corps et que nous chantons d’une seule voix notre unique foi » (Pape François). En 2021, l’édition d’Ecclesia cantic se tient à Lyon et en distanciel avec les mots de saint Irénée « La vie de l’homme c’est contempler Dieu ». À chaque fois, une équipe locale se met en place pour concevoir et organiser l’événement. À Lille, ils sont trente à travailler depuis plus d’un an et demi en vue de ce temps fort. Plus de 800 participants sont déjà inscrits, auxquels s’ajoutent encore les 150 volontaires qui choisissent d’assurer le bon déroulement du week-end. « Le thème La joie de la mission, associé à la phrase du psalmite Je chanterai parmi les nations est tout de suite venu à l’esprit de notre équipe, c’est notre côté Lillois. La joie s’est imposée en même temps que l’idée d’animer les messes dominicales de la métropole », explique Clothilde Joubert, responsable communication d’Ecclesia cantic Lille.

En avant la musique !

L’édition 2022 reprend évidement les piliers qui fondent la démarche. Elle débutera par une messe présidée par le P. Christophe Danset, vicaire épiscopal du diocèse de Lille pour la pastorale des jeunes. Une table ronde avec le P. Gilles Drouin, sœur Marie-Noël Lancient, dominicaine [ancienne violoniste, maitre de chœur et professeur de chant choral], et Gérald de Montmarin, chef de chœur de la maitrise de la cathédrale de Strasbourg et de l’ensemble vocal féminin plurielles, ouvriront les festivités avec cette question : pourquoi et comment se former au chant liturgique ? Après un temps de répétition de chants, les participants se rendront dans trois ateliers choisis parmi les quarante-quatre masterclasses proposées et regroupées ainsi : liturgie, technique vocale, témoignages. Avant d’être envoyés en mission pour chanter dans les rues de la ville ! « L’aspect musique et mission vont de paire », souligne Clothilde Joubert. Des membres d’Anuncio [mission d’évangélisation] seront présents auprès des chœurs et inviteront les passants au grand concert du lendemain après-midi en la cathédrale Notre-Dame de la Treille. À noter, il sera retransmis en direct le dimanche 27 mars à 14 h 00 sur lejourduseigneur.com. La soirée du samedi est réservée afin de faire découvrir la chaleur lilloise aux participants. Autre spécificité de cette édition : l’animation des messes dominicales. « Nous avons décidé d’envoyer les chorales dans les différentes paroisses de Lille. Elles aussi ont une vraie attente. Elles ont envie de bien chanter ! », assure Clothilde Joubert.

Progresser vers Dieu

« Nous nous sommes attachés à proposer une grande diversité et des masterclasses de qualité pour toucher tous les jeunes, quelles que soient leurs sensibilités, quels que soient leurs chemins de foi », précise Emmanuelle Faure. Cinquante-cinq intervenants animeront ainsi les ateliers du samedi après-midi, chaque thématique technique étant proposée en version débutant et avancé. « Ces jeunes ont beaucoup de bonne volonté. Je note en revanche un déficit de formation en théologie liturgique, d’autant plus que nous sommes actuellement doublement marqués par le monde charismatique et le monde grégorien. Mais ils sont demandeurs, et l’on peut boire à différentes sources ! La théologie de la liturgie donne des points de repères avec des éléments objectifs pour être attentif à la cohérence entre les chants, les rites et le temps liturgique », poursuit le P. Gilles Drouin. Si l’on comprend aisément l’intérêt d’approfondir sa technique vocale, ou comment éviter de casser les oreilles de son voisin, l’enjeu va bien au-delà. Il s’agit d’élever sa voix vers le Seigneur, c’est à dire réussir à prier et à soutenir la prière de l’assemblée en oubliant la note, la partition, la justesse du rythme. Il en va de même pour la connaissance de la liturgie.

Emmanuelle Faure reprend : « Je pense que la technique amène au beau, amène à Dieu. Nous ne pouvons pas remplir notre mission sans quelques clés. Notre but ultime ? Servir la liturgie ! Elle est un chemin, où chaque temps musical a sa place et son sens. Elle est un chemin proposé par l’Église pour nous associer à la montée vers l’eucharistie. Si l’on ne dispensait pas ces bases théologiques, notre proposition sonnerait un peu creux ! » De fait, Clothilde reconnaît que l’initiation reçue à Angers en 2019 lui a donné envie d’en savoir plus. Quelque chose a changé dans sa manière de choisir et d’animer les chants, la polyphonie permettant aussi de donner une seconde chance à certains cantiques dont les assemblées ne lassent pas, mais que les jeunes ne peuvent plus entendre !

Communier à la joie

Le concert à 1000 voix est incontestablement le temps fort du week-end, que tous ont hâte de vivre : « un moment extraordinaire, émouvant, où l’on se sent vraiment porté ». En final, les choristes entonneront l’hymne d’Ecclesia cantic « Chantez un chant nouveau ». « Ce week-end peut aussi être vécu comme un temps fort de foi, comme un coup de boost dans notre quotidien. Nous sommes nombreux à le vivre à fond avant de poursuivre notre action dans la lancée de l’événement. C’est un temps moteur et ressourçant. Nous allons essayer de transmettre toute l’énergie engagée dans l’organisation, transmettre de petites graines à faire germer ailleurs dans d’autres initiatives, dans les diocèses et paroisses des participants », confie Clothilde Joubert. Le challenge est sur le point d’être relevé. L’équipe s’est préparée à anticiper tous les aléas. Avant même que l’événement ne débute, la joie y est déjà présente au cœur. Emmanuelle de partager encore : « Je suis très touchée par l’humilité de chaque membre de l’équipe, visage du Christ au service de l’Église. La préparation et l’organisation nous a demandé énormément de travail, mais nous l’avons vécu dans une joie immense. Nous sommes les petites mains de ce week-end et avons tout remis entre celles du Seigneur. Ce projet nous parle de Dieu dans la façon dont nous avons travaillé ensemble, avec bienveillance et patience. Je suis très reconnaissante pour cette expérience. C’est vraiment précieux, cela préfigure aussi l’événement ».

Vidéo

ça peut aussi vous intéresser

Musique et art sacré

Le christianisme est une source inépuisable d'inspiration artistique : les siècles passés témoignent d'une abondante créativité. Peintres, sculpteurs, musiciens, architectes, orfèvres, maîtres-verriers, artisans, menuisiers... ont légué des œuvres multiples au cours des âges. Aujourd'hui, l’Église continue[...]