Messages d’évêques pour l’Assomption

Nos évêques apportent leur éclairage sur le sens de la fête de l’Assomption.

Mgr Jean-Christophe Lagleize

Mgr Lagleize, évêque de Metz : « Notre procession du 15 août est un signe pour les croyants »

Notre vie n’est pas cantonnée dans les églises ou les salles paroissiales, mais c’est un va et vient de la maison de Dieu aux agoras où palpite la vie de notre monde. Que notre cathédrale Saint-Étienne et cette colonne en l’honneur de la Vierge Marie nous rappellent sans cesse notre mission de citoyen et de disciple du Christ !
Lire la suite

Mgr Luc Crepy, c.j.m.

Mgr Luc Crepy, évêque du Puy : « Mère aimante, Marie veille sur ses enfants »

Un des moments fort de la fête de l’Assomption, c’est lorsque la statue de la Vierge sort de la cathédrale pour aller, en procession, dans les rues du Puy à la rencontre de la foule venue la célébrer et la prier. C’est une manière simple et belle de signifier Marie au milieu des gens, Marie avec tous, Marie avec ceux qui croient et ceux qui doutent, Marie à la rencontre des plus petits et des malades en fauteuil roulant qui l’attendent, à l’ombre, au coin d’une rue. Marie n’est pas une mère distante qu’on ne peut approcher, elle nous est donnée par son propre Fils pour qu’elle devienne notre mère.
Lire la suite

Mgr Vincent Dollmann, évêque de Cambrai : « L’Assomption de Notre Dame, un appel à entrer dans la civilisation de la vie »

La Vierge Marie chante le Magnificat, la louange au Seigneur, en indiquant comme raison première : « parce qu’Il s’est penché sur son humble servante ». Marie évoque ainsi la profondeur de la relation personnelle avec Dieu et la dignité extraordinaire que l’homme en tire. Dieu ne cherche jamais à rabaisser, mais toujours à élever dans la communion de vie avec lui.

Pour cela, Dieu cherche des cœurs humbles qui savent tout recevoir de lui et qui se placent sous son regard. D’ailleurs Dieu ne regarde pas au-dessus ni autour de lui, puisque rien ne le dépasse et rien, non plus, n’est son égal. Il ne peut regarder qu’en dessous. Marie l’a compris en ayant gardé cette place durant toute sa vie terrestre.
Lire la suite

Mgr Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes : « Marie, victoire sur le mal, victoire sur le néant »

A la suite de Marie nous sommes les visiteurs de l’espérance

Depuis le vœu du roi Louis XIII les chrétiens, en France, se réunissent pour célébrer l’Assomption de la Vierge Marie. Nos parents, nos familles ont confié notre pays, leur propre sécurité personnelle, l’avenir des leurs à l’intercession de la Vierge glorieuse. La ferveur qui nous habite aujourd’hui se manifeste en beaucoup d’autres hauts lieux de notre pays, lieux de pèlerinages, notamment à Lourdes. Nous nous unissons à l’espérance qui conduit de nombreux chrétiens sur les routes de nos sanctuaires, les places de nos villes et de nos villages. L’assomption, c’est le calme au coeur de l’été, procession, fête familiale… La liturgie nous dit que Marie dans son assomption est parfaite image de l’église à venir. Regarder Marie c’est découvrir ce que veut le Christ pour son Eglise : Sainteté, simplicité, humilité sans zone d’ombre !

Lire la suite

04 novembre 2011 : Mgr Emmanuel LAFONT, évêque de Cayenne, Guyane Française, France.

Mgr Lafont, évêque de Cayenne : « Tu es bénie entre toutes les femmes ! »

Aujourd’hui, avec Marie, j’ai envie de remercier le Seigneur ! Car si avec Sa Résurrection, Jésus est le premier né d’entre les morts, Mais c’est le Fils de Dieu qui est au terme qui atteint la Gloire. Avec l’Assomption, Marie est la première des sauvées à recevoir le prix de la victoire. Elle ne pouvait pas demeurer dans la tombe, celle qui avait été le premier tabernacle de Jésus.

Lire la suite

Mgr Ricard, archevêque de Bordeaux : « Le véritable transhumanisme, c’est la divinisation !

La fête de l’Assomption est un message plein d’espérance que la Vierge Marie nous adresse à tous, nous ses enfants. Elle vient nous dire que son entrée dans la gloire du ciel, à la suite de son Fils ressuscité, ne concerne pas qu’elle mais qu’elle nous est promise à nous aussi. Vous avez d’ailleurs remarqué que le Magnificat qui commence au singulier se poursuit très vite au pluriel. Dans son action de grâce la Vierge souligne fortement que ce qui lui arrive à elle, la petite servante, est une bonne nouvelle pour tout le peuple de Dieu, tout particulièrement les pauvres, les humbles, les affamés, tous ceux qui attendaient leur salut de Dieu. Marie est solidaire de son peuple. Celle qui est notre mère ne saurait entrer au ciel sans ses enfants.

Lire la suite

Sur le même thème

  • Fête de l'Assomption

    L’Assomption

    Le 15 août, l’Eglise célèbre l’Assomption de la Vierge Marie, à la fin de son séjour terrestre.