“Faustine, apôtre de la Miséricorde”

Fiche de l’Observatoire Foi et Culture du mercredi 14 avril 2021 à propos du film : “Faustine, apôtre de la Miséricorde” de Michal Kondrat (2019).

Après avoir connu un grand succès aux États-Unis, ce “biopic” polonais consacré à la vie et au message de sainte Faustine devrait sortir en France, après plusieurs reports, dès la réouverture des salles, peut-être en ce mois d’avril 2021.

Selon un genre très répandu en Allemagne et de plus en plus en Amérique, le film mêle les scènes de reconstitution et celles de témoignage, faisant intervenir de nombreux évêques, experts, bénéficiaires de grâces diverses, ainsi que des Sœurs de Jésus Miséricordieux et de Notre Dame de la Miséricorde, sans oublier divers documents d’archives donnant à voir un Jean-Paul II profondément émouvant.

À vrai dire, il ne s’agit pas que de Faustine, mais aussi de son confesseur et guide spirituel, le bienheureux Père Michel Sopoćko, et des vicissitudes qu’eut à subir la dévotion à l’icône du Christ miséricordieux et au message qui lui était lié, depuis les apparitions de Jésus à Faustine jusqu’à l’instauration de la Fête de la divine Miséricorde dans l’Église tout entière. L’histoire, pourtant récente, est pleine de rebondissements et de surprises (1), sans cacher ce que les décisions hiérarchiques purent comporter d’éprouvant pour ces témoins du Christ.
Au-delà de l’aspect historique, dans le contexte tourmenté de la Pologne et de la Lituanie entre 1930 et l’an 2000, la dimension pédagogique appuyée permet de rejoindre le fond de l’aspect doctrinal, tout en déployant la dimension universelle du culte, pas évidente pour un spectateur français.

Beaucoup de mérites, donc. Il faut malgré tout, à regret, émettre quelques réserves. D’abord de menues erreurs de sous-titrage, qui font parfois douter du contenu de ce qui est énoncé (2). De même, outre un ton un peu didactique (voix off, ralentis), l’ambiance propre aux pays de l’Est, avec des religieuses aux tenues impressionnantes, ou la mention du suicide du peintre, faite par souci de vérité mais sans vraie tentative d’explication, risquent de dérouter les moins avertis. Mais surtout les trois premières minutes du film, où un rapide “résumé” de la Révélation explique qu’avant la venue du Christ l’homme ne voyait plus en Dieu « qu’un être dur et punissant » (3), que la miséricorde de Dieu a été scellée par la Croix sans du tout mentionner la Résurrection, enfin que le message confié à Faustine représente « un dernier espoir pour le Salut du monde », imposent absolument une relecture et des compléments après visionnage, sous peine de verser dans des interprétations manichéennes sous une forme ou sous une autre.

)Certes, un film d’évangélisation ne prétend ni à la perfection du septième art ni à un raffinement théologique excessif. En dépit de faiblesses surprenantes pour une œuvre qui a profité de nombreux conseils, il faut souhaiter que celui-ci puisse contribuer à faire découvrir ces figures attachantes et à tourner bien des spectateurs vers le Christ.

Denis Dupont-Fauville

  1. Avec même des découvertes sur la correspondance entre sainte Faustine et le bienheureux Michel advenues durant le tournage du film !
  2. Au moins pour la copie que nous avons visionnée. Ainsi, le « postulateur » de la cause du P. Sopoćko devient son « partisan ». Faut-il attribuer à des erreurs analogues les propos sur « le sang et l’eau du Saint Esprit » qui coulent de la croix, ou le discours sur le « sanctuaire le plus sacré » dans lequel apparaît Jésus et qui, sans lui, serait livré à l’obscurité démoniaque ?
    3. Que dire alors de l’Israël fidèle, duquel le Christ est issu, et des nombreuses pages de l’Ancien Testament, y compris tardives, sur la tendresse de Dieu ?

Sur le même thème

  • Observatoire Foi et Culture

    L’Observatoire Foi et Culture (OFC), voulu par la Conférence des évêques de France a pour objectif de capter « l’air du temps » en étant attentif à ce qui est nouveau dans tous les domaines de la culture : la littérature, les arts, les sciences. Il s’agit de voir ensuite comment cela rejoint les aspirations profondes de la société et […]

ART SACRE, PATRIMOINE, CREATION