La basilique de Lisieux, un haut-lieu spirituel

Focale diocèse Bayeux Lisieux

Avec 780 000 visiteurs en 2017, la basilique de Lisieux demeure une étape incontournable du tourisme religieux. Elle est le deuxième lieu de pèlerinage en France après Lourdes. Rencontre avec Emmanuel Houis, secrétaire général du sanctuaire de Lisieux.

HouisC’est une très vieille dame, vénérée, qui surplombe la ville de Lisieux. Construite en 1929, inaugurée en 1954, la basilique Sainte-Thérèse de Lisieux est dans le diocèse le centre de la ferveur chrétienne. Elle est l’un des lieux les plus visités en Normandie. Figure emblématique de l’Église, « Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus est connue dans le monde entier, lance Emmanuel Houis, secrétaire général du sanctuaire de Lisieux. Les lieux thérésiens tels que la maison des Buissonnets (maison d’enfance de Sainte-Thérèse) ou le Carmel sont autant d’atouts touristiques et de leviers de vitalité économique pour le Pays d’Auge. La promotion du sanctuaire est aussi liée à la réputation de Sainte Thérèse. « Elle sait rejoindre par son message, relève-t-il. Elle parle de l’amour de Dieu, de l’amour du prochain et de l’amour de la communauté. Malgré son jeune âge, elle a donné sens à ce qu’elle a fait ».

Un vrai engouement pour Sainte-Thérèse

DSC_0593L’intérieur de la basilique ornée de mosaïques est impressionnant. La sérénité du lieu tranche avec l’agitation du parvis. « Thérèse rejoint toutes les cultures et toute les traditions. Ce parvis est la rencontre des nations ! » L’engouement pour la figure de Thérèse se retrouve dans la diversité des visiteurs. « La moitié des 1400 groupes que nous recevons chaque année sont composés d’étrangers ». La plupart viennent des « pays émergents » : Brésil, Inde qui dopent le tourisme lexovien. En 2017, les Brésiliens se sont hissés à la première place avec 117 groupes accueillis. « Les groupes asiatiques augmentent considérablement car nous venons de dépasser la barre des 70 », constate-t-il. Quatre-vingt pourcent d’entre eux arrivent par le biais de tour-opérateurs. « Malheureusement, ces groupes sont minutés. Lisieux n’est qu’une étape dans leur parcours avant de repartir pour Paris ou le Mont-Saint-Michel », explique-t-il. L’enjeu du sanctuaire est aujourd’hui d’être inscrit dans les forfaits touristiques ou autres packaging.

Le reste des visiteurs sont des Français issus de paroisses, de mouvements ou de groupes scolaires. Une dichotomie persiste entre les mois estivaux et le reste de l’année. « En juillet-août, ce sont des touristes qui sont de passage, ils profitent d’un temps de détente pour venir une journée à Lisieux se balader ou profiter du Criterium cycliste alors que les autres mois de l’année, les pèlerins viennent pour Thérèse ».

Les aléas touristiques

Basilique de LisieuxLa basilique accueille 780 000 touristes en 2017. Mais elle accueillait 1 million de visiteurs il y a encore dix ans. Le tourisme lexovien pâtit des aléas. La crise financière de 2008-2009 a entraîné une perte du nombre de visiteurs en 2010. Puis sont survenus les attentats en 2015. « La fréquentation a baissé de manière drastique ». Nouvel épisode avec l’assassinat du Père Jacques Hamel à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray en juillet 2016. Le sanctuaire enregistre alors une baisse aussi bien pour les célébrations que pour les inscriptions aux pèlerinages. Cette même année, le Pays d’Auge subit également « les grèves et la crise du carburant qui ont été destructeurs pour la réputation touristique ».

La relance, fruit de plusieurs mois de travail

« En juillet 2017, la saison touristique commençait mal mais a connu une belle arrière-saison », remarque Emmanuel Houis. Cette embellie est le fruit des initiatives engagées ces derniers mois. Vitrine du tourisme international, les salons sont des lieux de promotion incontournable. « L’office de tourisme de Lisieux a compris bien avant nous l’importance de la promotion des salons réservés aux professionnels ». Pour ne pas être en perte de vitesse, le sanctuaire a dû se réinventer : « Nous avons changé notre fusil d’épaule, au lieu d’être représenté par la ville de Lisieux qui utilise notre sanctuaire comme produit d’appel, nous avons envoyé une de nos guides dans les salons touristiques en Espagne, en Angleterre et au Brésil ».

Le sanctuaire a aussi pris conscience de l’importance de travailler en lien avec les acteurs locaux pour renforcer l’attrait de la Région. Depuis un an, les structures locales ont évolué avec la création de l’agglomération de Lisieux-Normandie. « Dans le cadre des offices de tourisme de la région Normandie, chacun travaillait pour son territoire. Le fonctionnement des institutions était très cloisonné mais nous avons compris que notre richesse est extraordinaire. On essaie de fédérer avec un travail en commun ».

De la notion de touristes à celle de pèlerins

« Nous sommes aujourd’hui dans une quête de sens. Nous avons récemment reçu un groupe de la CGT. Thérèse sait toucher tous les cœurs », rappelle Emmanuel Houis. « Les personnes qui viennent à Lisieux traversent des moments de désespoir ou de maladie ». Si le sanctuaire de Lourdes attire les malades, celui de Lisieux se démarque par « les éclopés de la vie ».

Pour convertir les touristes en pèlerins « Nous proposons aux touristes de vivre quelque chose plutôt de que de visiter quelque chose ». Le sanctuaire proposera de « l’authentique » avec un principe d’accompagnement personnalisé. « Chaque visiteur doit sortir en pèlerin. Il s’agit de sortir du groupe pour avoir une rencontre avec Dieu ou avec Sainte Thérèse. Cela fait partie de l’ADN des lieux de pèlerinage qui sont des lieux source. » Tout au long de l’année, le sanctuaire propose aussi des activités spirituelles sous forme de retraites, de célébrations ou de temps spirituels. « La vie de foi est un pèlerinage en soi car on pèlerine dans notre foi, notre rapport à Dieu. Les lieux de sanctuaire sont des lieux où le chrétien vient se questionner, se repositionner, rendre grâce ou même témoigner ».

Sur le même thème

  • Yves Lebaudy, diacre Bocage Virois

    « Le diacre s’insère là où il vit et travaille »

    Depuis novembre 2017, Yves Lebaudy est diacre permanent dans le diocèse de Bayeux-Lisieux. À 59 ans, cet agriculteur de La Graverie (Bocage Virois) a reçu une lettre de mission de Monseigneur Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux : il gère le pôle rural du diocèse. Il nous livre sa vision du diaconat et les réalités du monde agricole.

  • Père Philippe Cenier

    Le diocèse de Bayeux-Lisieux sous le signe de la fraternité

    Monseigneur Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux a créé en 2016 dans le diocèse dix pôles missionnaires. Leur vocation : susciter la fraternité et la coopération entre les paroisses. Rencontre avec le Père Philippe Cenier, curé des paroisses Saint-Jean du Bocage et Sainte-Croix du Bocage à Vire et coordinateur du pôle missionnaire virois.

  • La basilique de Lisieux

    La basilique de Lisieux, un haut-lieu spirituel

    Avec 780 000 visiteurs en 2017, la basilique de Lisieux demeure une étape incontournable du tourisme religieux. Elle est le deuxième lieu de pèlerinage en France après Lourdes. Rencontre avec Emmanuel Houis, secrétaire général du sanctuaire de Lisieux.

  • Louis et Zélie Martin

    À Lisieux, une chapelle érigée pour les époux Martin

    Le Père Olivier Ruffray est recteur du sanctuaire de Lisieux. Canonisés en 2015, les époux Martin (Louis et Zélie), parents de Sainte Thérèse de Lisieux, ont désormais une place incontournable pour le sanctuaire de Lisieux et dans le cœur de pèlerins. Diverses propositions existent désormais autour de la figure de ces saints comme la construction d’une chapelle au sein de la basilique, des conférences ou des week-end fiancés…

  • IMG_20180316_113257 (002)

    Le Temps d’un toit, tremplin vers un nouveau départ

    L’association « Le temps d’un toit » accueille depuis novembre 2013 sur l’agglomération caennaise les personnes migrantes. L’objectif : trouver des logements disponibles et servir de tremplin aux familles qui démarrent une nouvelle vie Accueillir et accompagner. Reportage auprès des membres de l’association qui viennent en aide aux migrants.

  • Monseigneur Jean-Claude Boulanger

    « J’essaie de découvrir humblement les réalités du diocèse »

    Monseigneur Jean-Claude Boulanger est évêque de Bayeux-Lisieux depuis 2010. L’occasion de faire le point sur ses actions à travers son bilan et ses projets futurs. Interview.

  • logo_cef_rvb_horizontal

    L’historique du diocèse de Bayeux-Lisieux

    Présentation historique du diocèse de Bayeux-Lisieux au travers des siècles de l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui.

  • 2017.10.26 Rome-Assise (82)

    Vivre une aventure humaine et spirituelle avec la Pastorale des jeunes

    Depuis l’arrivée de Monseigneur Jean-Claude Boulanger dans le diocèse de Bayeux-Lisieux, les jeunes sont l’une de ses préoccupations. Depuis cinq ans, c’est toute une équipe qui est à l’œuvre pour proposer aux jeunes de vivre une aventure humaine et spirituelle dans un local rénové. Pascale Clerval est responsable « jeunes et vocations » depuis 2013 avec Clémence Allix et Stéphanie Hermay. Chaque année de nouveaux objectifs : en 2018-2019, un effort sera fait pour accompagner les jeunes dans leurs choix vocationnels avec des propositions selon les âges.