Notre Père

Le 3 décembre 2017, le premier dimanche de l’Avent, une nouvelle traduction du Notre-Père est entrée en vigueur dans toute forme de liturgie. Les fidèles catholiques ne disent plus désormais : « Ne nous soumets pas à la tentation » mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Réciter le Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen

Pourquoi dire le "Notre Père" ?

Approfondir la prière

  • Pourquoi une entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Notre Père, le 3 décembre ?

    À partir du 1er dimanche de l’Avent (3 décembre 2017)  la nouvelle traduction du Notre Père remplacera de manière officielle l’ancienne formulation. Pourquoi cette date et quel en est l’enjeu ? Un peu d’histoire La nouvelle traduction de la sixième demande[...]

  • La nouvelle traduction de la Bible présente une modification notable de la 6e demande du Notre Père

    La décision de modifier la prière du Seigneur n’allait pas de soi : d’abord parce qu’elle est la prière la plus mémorisée par les fidèles, ensuite parce que la traduction en usage a fait l’objet d’un consensus œcuménique.

  • Le Notre Père, prière des enfants de Dieu

    « Aujourd’hui, dans l’Esprit reçu à notre baptême, disons ensemble, la prière des enfants de Dieu que le Seigneur vous a enseignée » (Rituel du baptême des petits enfants). L’Église qualifie ainsi le Notre Père : la prière des enfants de Dieu.

  • « Ne nous laisse pas entrer en tentation »

    La tentation n’est pas une théorie, elle est un fait, un fait concret qui touche l’expérience humaine dès les origines (cf. Gn 3). Ce n’est pas Dieu qui tente l’homme mais le « serpent », le « diable », c’est-à-dire celui qui veut diviser, briser l’amitié entre Dieu et sa créature. Même Jésus, le fils de Dieu, a été tenté plusieurs fois dans sa vie ; le serpent a cherché à l’éloigner de son Père.

  • La dimension œcuménique du Notre Père

    En 1966, la Conférence épiscopale catholique, les quatre Églises luthériennes et réformées en France et les évêques de trois juridictions de l’Église orthodoxe en France ont décidé d’adopter une traduction commune de la prière du Notre Père récitée par leurs fidèles.

  • Les racines du Notre Père chrétien dans les prières juives

    Dans les Évangiles, Jésus donne à ses disciples la prière du Notre Père pour s’adresser à Dieu. Elle est devenue celle de tous les chrétiens. Quelle est l'influence de la liturgie juive sur cette prière ? «Notre Père qui est dans[...]

Eclairage

La prière du Notre Père, un regard renouvelé

A l'occasion de l'entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Notre Père dans toute forme de liturgie, la Conférence des évêques de France publie "La prière du Notre Père. Un regard renouvelé". Dans cet ouvrage, préfacé par Mgr Guy[...]

Pourquoi cette nouvelle traduction ?

La nouvelle traduction de la Bible présente une modification notable de la sixième demande du Notre Père : Ne nous soumets pas à la tentation devenant Ne nous laisse pas entrer en tentation.
Explications en 2013 par le père Jacques Rideau qui était, à l’époque, directeur du service national de la pastorale liturgique et sacramentelle.

Sur le même thème

  • Credo : symbole des Apôtres

    Le Symbole des Apôtres ou credo est une profession de la foi chrétienne.

  • Gloire à Dieu

    Le Gloire à Dieu ou Gloria, est un chant de louange, chanté pendant la Messe catholique. Après avoir demandé pardon, les chrétiens exultent de joie dans le Seigneur car sa miséricorde est infinie.

  • Prière d’abandon, Charles de Foucauld

    “Mon Père, je m’abandonne à toi.” Cette prière d’abandon a été la dernière prière de notre Maître, de notre Bien-Aimé… Puisse-t-elle être la nôtre !