“Spiritus Domini” : le Pape admet les femmes pour les lectures et le service de la messe

Avec un Motu proprio, Spiritus Domini, le Pape modifie le Code de Droit canonique et ouvre aux femmes les ministères du Lectorat et de l’Acolytat. La pratique établie dans l’Église latine a confirmé que les ministères laïcs de « lecteur et acolyte » étaient fondés « sur le sacrement du Baptême » et qu’ils pouvaient donc être confiés « à tous les fidèles qui y sont aptes, qu’ils soient de sexe masculin ou féminin », décrète le pape François dans un Motu proprio publié le 11 janvier 2021. Modifiant le canon 230 § 1 en élargissant ces ministères aux femmes, le Pape formalise ce qui était prévu déjà au canon 230 § 2.

Retrouvez l’article du code de droit canonique modifié 

Que dit le Motu Proprio ?

Accès des personnes de sexe féminin aux ministères institués de lecteur et d'acolyte

Ces ministères laïcs, étant fondés sur le sacrement du Baptême, peuvent être confiés à tous les fidèles qui y sont aptes, qu’ils soient de sexe masculin ou féminin, selon ce qui est déjà implicitement prévu au can. 230 § 2.

Que change le motu proprio ?

Que sont les ministères du lectorat et de l'acolytat ?

L’acolyte, celui qui accompagne

La fonction de l’acolyte est d’accompagner le prêtre et le diacre, pour leur rendre tous les services possibles, en vue desquels il est institué ; il s’agit essentiellement du service de l’autel. Pour comprendre toute la noblesse du service que représente l’acolytat, il convient de se souvenir que l’idéal évangélique peut se résumer dans le consentement à « suivre le Christ » ; en « suivant », pour les assister, les représentants du Christ, les acolytes se rappelleront les attitudes des apôtres dans l’Évangile.

Source:  liturgie.catholique.fr

Le lecteur qui proclame la Parole de Dieu

On est institué lecteur, par une bénédiction particulière et publi­que, située au cœur de la messe ou d’une célébration de la Parole, pour lire ou chanter les péricopes de l’Écriture prévues dans la liturgie, et pour initier les autres à l’intelligence de la Parole de Dieu. La lecture de l’évangile à la messe est réservée au diacre ou au prêtre. Il revient à l’évêque — ou, pour les religieux, au supérieur majeur — de procéder à l’institution des lecteurs.

Source : liturgie.catholique.fr

Sur Twitter