Homélie du dimanche 20 janvier

Dimanche 20 janvier 2019
Deuxième dimanche du Temps Ordinaire

Références bibliques :
Lecture du livre d’Isaïe : 62. 1 à 5 : “Comme la jeune mariée est la joie de son mari, ainsi tu seras la joie de ton Dieu.”
Psaume 95 : “ Rendez au Seigneur, famille des peuples, rendez au Seigneur la gloire de son nom.”
Saint Paul. 1ère lettre aux Corinthiens 12. 4 à 11 : “ Les fonctions dans l’Eglise sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur.”
Evangile selon saint Jean 2. 1 à 12 : “ Les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau.” 

***

MIRACLE, SIGNE ET SYMBOLE

Les circonstances qui entourent les noces de Cana tout autant que le miracle sont typiques du symbolisme habituel de saint Jean. Pour lui, toute réalité humaine peut être évocatrice du Royaume, ou plus exactement de la vie éternelle. Car saint Jean n’emploie jamais le terme de Royaume, il préfère parler de “vie” ou de “vie éternelle”.

Cet événement n’est pas isolé. Saint Jean le place dans un ensemble qui le suive. Par delà Nicodème (Jean 3.3), c’est à la Samaritaine du puis de Jacob qu’est annoncée l’eau qui jaillit en source de vie éternelle (Jean 4. 14). Ce sera, dans le prolongement du miracle du pain multiplié, l’annonce du pain de vie « pour la vie du monde. » (Jean 6)

Cana n’est donc pas seulement une anecdote illustrant la délicatesse d’un Jésus doté de pouvoirs bien utiles pour des amis imprévoyants. C’est un repas de noces évocateur de ces noces éternelles entre Dieu et son Peuple, entre Dieu et l’humanité “Comme la jeune mariée est la joie de son mari, ainsi tu sera la joie de ton Dieu.” (Isaïe 62. 5)

Au travers des événements que nous vivons ou qui se déroulent autour de nous, par delà les situations devant lesquelles la vie nous place, nous avons à déchiffrer, quand cela nous est possible, les signes de Dieu. Souvent difficiles à décrypter dans l’immédiat. Mais nous avons à les replacer dans la perspective globale, à venir et définitive de la vie, de notre vie.

LE BANQUET DE NOCES.

La liturgie de ce dimanche nous donne une des clefs pour l’interprétation des noces de Cana en nous faisant lire ce passage d’Isaïe. Isaïe nous parle de l’insertion de la divinité qui assume notre humanité, pour un partage réciproque, selon les paroles de l’offertoire d’un autre repas, le repas eucharistique. Dans les dernières lignes de ce texte, Dieu se présente comme l’époux heureux de Jérusalem et, au delà de Jérusalem, de tout le pays. Il est à noter que ce Dieu n’est pas un Dieu lointain et froid, c’est un Dieu qui vit la joie de la proximité des hommes. Et cela nous devons nous le rappeler souvent.

L’Eglise, en choisissant ce texte prophétique, nous dit que, par delà le banquet de Cana, le vrai banquet auquel Jésus participe, ce sont les épousailles de Dieu et de l’humanité, la Nouvelle Alliance. A celle-ci, l’eau de la purification ne suffit plus. Les 6 cuves de pierre sont bien utiles, mais elles prennent une autre destination. Pour le banquet des temps nouveaux, il faut du vin. Certes il peut devenir cause de dépravation, mais par nature il est plutôt signe de prospérité et de joie. “Le vin réjouit le coeur de l’homme”, (Livre de l’Ecclésiastique” 32.6) C’est un vin nouveau qui fait craquer les vieilles outres et il est meilleur que ce qui a été donné de boire auparavant comme le constate le responsable du repas de Cana.

Saint Jean nous en fournit la raison :”La Loi fut donnée par l’intermédiaire de Moïse. La grâce et la vérité nous sont venues par Jésus-Christ.” (Jean 1. 17) La grâce nous est donnée à chacun de nous. A chacun de nous de découvrir la vérité réelle que nous apporte le Christ.

L’HEURE OU LE FILS EST GLORIFIE.

Si Jésus accomplit un pareil signe, c’est que l’heure approche. Cana est l’inauguration des signes qui manifestent cette proximité de “l’Heure”… “mon Heure”. Il témoigna ainsi de sa transcendance au moment même où il témoigne de la délicatesse de son amour pour les hommes qui ira jusqu’au don total de sa vie « Ceci est mon Corps livré pour vous, ceci est la coupe de mon sang versé pour vous. »

Dans l’évangile de saint Jean, tout le ministère de Jésus se situe entre deux repas : celui de Cana et celui de la Cène. Il en est beaucoup d’autres. Relevons d’abord la rencontre avec la Samaritaine, qui n’appartient pas au Peuple de la Révélation. Jésus ne mangé pas, mais l’eau du puits de Jacob devient signe de la source jaillissant en vie éternelle. La multiplication des pains prendra signification avec le discours du Pain de Vie dans la synagogue. Lorsqu’il donnera le pain et le vin de l’Alliance nouvelle, il parlera longuement avec ses apôtres car ce repas du Jeudi-Saint se prolonge par delà la mort du Seigneur, jusqu’au banquet éternel.

Au Cénacle, pour les noces de l’Alliance éternelle, la purification et la profusion de la délicatesse divine ne vient pas  des cuves de pierre. La purification, c’est le geste du lavement des pieds. Et le rapport entre ce dernier signe et l’Heure de la Passion est affirmé avec insistance par saint Jean au début du chapitre 13 :” Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son Heure était venue de passer de ce monde à son Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin. Au cours d’un repas …”

Ces deux repas s’interprètent et s’éclairent mutuellement. La nouvelle Alliance, Jésus la conclura dans sa vie donnée, dans son sang versé. Et nous reconnaissons la formule « instituante » de l’Eucharistie.

Mais, inversement, la vie donnée et le sang versé sont la source de la joie et de la gloire. C’est en termes de glorification et d’exaltation que la Passion est exprimée dans saint Jean. Il faut relire tout le “Discours après la Cène” avec ces deux “mots-clés”. Joie et gloire. “Vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie.” (Jean 15. 20) “Votre joie, personne ne peut vous l’enlever.” (Jean 16. 22)  “Afin que votre joie soit complète.” (Jean 16. 24) “Manifeste la gloire de ton Fils.” (Jean 17. 1) “Qu’ils aient en eux ma joie, une joie complète.” (Jean 17. 13)

S’il est ainsi considéré dans toute sa portée, le signe de Cana n’est pas un artifice trouvé par Jésus pour forcer l’admiration initiale des disciples. La gratuité et l’ampleur du geste de Jésus sont significatifs de la promesse à venir.

A nous de découvrir, dans le temps qui est le nôtre et au travers des événements, les signes de cette promesse à venir. S’ils sont vécus dans la foi, ils sont porteurs d’espérance et d’éternité,

“Les apôtres crurent en lui”. Cela ne veut pas dire qu’ils soient désormais à l’abri d’erreurs d’interprétations. Et nous, nous sommes biens aussi comme eux. Cela veut dire qu’ils peuvent voir au delà de l’immédiat. Jésus devra, jusqu’à la dernière minute de la soirée du Jeudi-Saint, corriger leurs erreurs. Mais ils se donnent pleinement à lui. “Ils savent maintenant que tout ce que tu m’as donné vient de toi.” (Jean 17. 7)

MARIE ET LA FOI.

Un point cependant paraît demeurer obscur dans le récit de Cana. C’est le rapport entre Jésus et Marie. Pour en parler, il faut nous rappeler que l’Evangile de Jean a été écrit et les événements qui y sont rapportés ont été choisis par “le disciple bien aimé”, qui a reçu Marie au pied de la Croix et qui l’a accompagnée quotidiennement par fidélité à la demande expresse que lui fit Jésus. Même les simples détails ne sont inutiles. Ils sont porteurs d’une plus grande réalité.

La réponse de Jésus à l’intervention de Marie peut être traduite et ressentie de diverses manières. Une chose est sûre : l’intercession de Marie : « Ils n’ont plus de vin. » Elle ne demande pas, n’implore pas. Elle « informe » son fils en lui laissant sa liberté, espérant en son amour pour les hommes.

Dans sa réponse, Jésus l’appelle : “femme”, comme elle le sera à la Croix quand Jésus la donnera pour mère au disciple bien-aimé représentant le peuple de la Nouvelle Alliance. En choisissant ce terme, il nous est signifié que, par delà la relation de Jésus, fils de Marie et sa mère, l’humanité, prise dans sa globalité, qui est en relation avec la divinité plénière du fils.

Il est également difficile de savoir si la remarque de Marie joue sur la décision de Jésus. Eprouve-t-il ou éclaire-t-il la foi de sa Mère ? Prend-il ses distances comme il l’avait fait à l’âge de douze ans ? N’en faisons pas des commentaires sentimentaux qui ne sont pas suggérés par l’Evangile.

Mais il est manifeste que la foi de Marie influe sur les serviteurs. Celle qui a accepté que s’accomplisse en elle la Parole de Dieu et qui, en cet accomplissement, trouve la plénitude de sa joie, est fondée de dire aux serviteurs de faire tout ce qu’il leur dira. Elle n’est pas médiatrice. Elle est notre intermédiaire. Le médiateur entre l’humanité et Dieu, c’est Jésus qui l’est par sa parole vivifiante. Marie le sait. Le Verbe, la Parole, s’est fait chair en elle et il a habité parmi nous.

Les serviteurs obéiront. Ce qui leur donnera un avantage sur le maître du repas qui ignore d’où vient ce vin. Eux, il savent. Ils ne ne sont donc plus tout-à-fait de simples serviteurs, car celui-ci ignore ce que fait son maître (Jean 15. 15). Il serait prématuré de les appeler “amis”. Mais peut-être tracent-ils déjà aux disciples le chemin qui leur permettra à leur tour de le devenir.

***

Nous n’avons pas évoqué le texte de saint Paul. Même si le dimanche de prière pou l’Unité des chrétiens se situe dans huit jours, saint Paul est d’actualité en ce dimanche où s’ouvre la “Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens”.

Nous pouvons aujourd’hui le lire dans le contexte de Cana. Les “diaconies” de chacun concourent à une même et seule manifestation, celle de la Gloire de Dieu. Nous disons « diaconie », parce que le texte grec de l’Evangile parle des serviteurs en utilisant le terme “diaconos”, alors que, dans le discours après la Cène, saint Jean parle d’esclaves “doulos”. (Jean 13.16 – Jean 15.15)

A Cana, la mère et son fils, les serviteurs, le maître du repas, le marié, les convives, les disciples, chacun est défini par un “faire”,  par une activité ou une passivité particulière. Les fonctions sont diverses. C’est le même Dieu qui agit.

Il est bon de transposer cela dans l’Eglise comme dans notre vie personnelle et notre “agir”, à la lumière des conseils de saint Paul. Quel don de la grâce, différent les uns des autres, devons-nous manifester pour porter à son accomplissement le signe donné par Jésus ? Ces dons sont différents.

A Cana chacun participe, à sa manière, à la même fête. Comment serons-nous à notre tour la joie de Dieu pour que l’unique Eglise de Jésus-Christ soit dans la fête d’une vraie communion ?

« Pénètre-nous, Seigneur, de ton esprit de charité, afin que soient unis par ton amour ceux que tu as nourris d’un même pain. » (Prière après la communion)

Père Jacques Fournier
En proposant diverses lignes de réflexion, ces textes veulent être une réserve de "matériaux" , de "suggestions", pour permettre à chacun , selon le "charisme", une ou plusieurs méditations. Leur auteur a sa vie spirituelle. Chacune et chacun des lecteurs a la sienne selon la grâce de Dieu. Ces textes peuvent également servir à préparer les homélies des dimanches et fêtes à venir, chaque paragraphe formant un tout en soi.
messe du dimanche
clefsliturg

Liturgie

NOTRE PERE (1)

Rencontrer Jésus

rencontrer jésus

Messes info

messes.info

Catéchèse & catéchuménat

logo du site catechese.catholique.fr