Un jumelage entre Arras et Canterbury

Depuis une trentaine d’années, les catholiques du diocèse d’Arras sont jumelés avec les anglicans de Canterbury (Angleterre). Mgr Jean-Paul Jaeger, évêque d’Arras, revient sur le sens de cette démarche œcuménique officialisée en octobre 2013.
 

Comment le jumelage est-il né et comment se vit-il concrètement ?

jean-paul_jaeger_portrait

Le jumelage est un fruit du concile Vatican II. Il a été mis en place en 1975 par Mgr Gérard Huygue, évêque d’Arras à l’époque et le diocèse anglican de Canterbury. Il ne s’agissait pas, à proprement parler, d’une démarche œcuménique, mais d’un partage amical et fraternel des réalités concrètes de la vie et de la mission de l’Eglise catholique en France et de l’Eglise anglicane en Angleterre. Les responsables qui s’engageaient dans cette aventure étaient persuadés qu’il y a beaucoup à recevoir d’un échange fraternel et de pratiques, parfois convergentes, parfois différentes. Comme l’écrit Monseigneur Huyghe en 1976, il s’agissait de vivre « une expérience de dialogue entre Eglises séparées. »

Concrètement, le jumelage se vit par rencontres organisées alternativement dans le diocèse d’Arras et dans le diocèse de Canterbury. Le rythme n’est pas forcément annuel. En Angleterre et en France, ont été mis en place deux groupes de personnes qui constituent en quelque sorte l’instance permanente. Ils se rencontrent régulièrement. En fonction des thèmes retenus, d’autres participants se joignent à ces deux groupes. Généralement, l’évêque de Douvres, collaborateur immédiat de l’archevêque de Canterbury pour l’exercice de sa charge dans le diocèse, et l’évêque d’Arras participent à ces rencontres plénières. D’autres activités sont parfois proposées dans le cadre de ce jumelage, un pèlerinage de jeunes du diocèse d’Arras le lundi de Pâques à Canterbury, par exemple.
 

Quel est le sens de cette officialisation ? Que signifie pour vous « s’enrichir mutuellement dans la fraternité » ?

Le diocèse de Canterbury vit des expériences analogues avec d’autres diocèses répartis en différents endroits du monde. Il ne s’agit pas de diocèses de l’Eglise catholique romaine. L’archevêque de Canterbury a souhaité une rencontre entre tous les partenaires de ces jumelages. Un rassemblement s’est déroulé à Canterbury le 14 octobre 2013 et a manifesté ce lien qui est plus de l’ordre fraternel que de l’ordre structurel. Il n’a aucune mission particulière à jouer dans le cadre des échanges œcuméniques qui sont formalisés, du côté catholique, par la congrégation romaine compétente ou, à l’intérieur de l’Eglise en France, le conseil pour l’Unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme.

L’enrichissement fraternel nous fait entrer dans un champ plus large que celui des discussions œcuméniques, fort utiles par ailleurs. Il s’agit de découvrir à l’intérieur même de la vie des Eglises et de la manière dont elles remplissent leur mission, ce qui nous unit et peut nous aider à rechercher ensemble les chemins d’une plus grande unité. Nous ne devons pas oublier que, si des divisions subsistent, hélas, entre les Eglises, ce qui nous unit l’emporte largement sur ce qui nous sépare. Des actions communes sont possibles. Il faut savoir se réjouir de ce qui nous rassemble. Il est sans doute plus facile d’aborder alors les différents obstacles qu’il faut encore surmonter.
 

Comment la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens sera-t-elle animée dans votre diocèse ?

En ce qui concerne le Christianisme, le catholicisme est statistiquement très majoritaire dans le diocèse d’Arras. Les communautés relevant des autres Eglises chrétiennes sont numériquement plus faibles. Pour ces raisons, hormis la prière et la réflexion de tous, les rencontres œcuméniques de prière pour l’unité sont organisées localement en fonction de l’implantation des autres communautés chrétiennes. Sont surtout concernées les villes d’Arras, Calais et Boulogne-sur-Mer.

Sur le même thème

  • L’unité des chrétiens

    L’oecuménisme désigne l’effort des chrétiens pour parvenir à une unité institutionnelle entre les différentes Eglises et communautés qui le composent aujourd’hui. Ci-dessous sont présentées les instances officielles de l’œcuménisme pour l’Église catholique en France. L’Église catholique est membre du Conseil d’Églises chrétiennes en France depuis sa création en 1987. Pour en savoir plus Chers Amis,Nous sommes […]