Mgr Paul Hinder : « La fraternité humaine est la seule réponse au développement humain et à la paix mondiale »

Le pape François se rend à Bahreïn du 3 au 6 novembre 2022. Entretien avec Mgr Paul Hinder, évêque capucin suisse et administrateur apostolique d’Arabie du Nord. Ce vicariat apostolique comprend l’Arabie Saoudite, le Koweït, le Qatar et le Bahreïn.

Mgr Hinder

Après être venu aux Émirats arabes unis, pourquoi est-il important pour le Pape de venir à Bahreïn ? Pourquoi pensez-vous qu’il a choisi cette destination ? En amont, quel a été le rôle de la diplomatie du Saint-Siège ? Les Accords d’Abraham signés en septembre 2020 ont-ils joué un rôle dans sa venue ?

La visite du pape à Bahreïn s’inscrit dans le prolongement de sa volonté infatigable de promouvoir le dialogue entre les religions et les cultures pour la paix et la coexistence humaine. Ses visites précédentes dans des pays comme l’Irak ont ​​brillamment démontré la détermination du Pontife à éliminer les conflits. Sa visite aux Émirats arabes unis en 2019 a été un moment décisif dans cette quête de paix et de réconciliation.

L’un des moments forts de la visite papale d’Abou Dhabi a été la signature du Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, également connu sous le nom de déclaration d’Abou Dhabi – une déclaration conjointe signée par le pape François et le cheikh Ahmed el-Tayeb, grand imam d’Al-Azhar. Il s’agit d’un document historique qui jette les bases d’une vie pacifique pour les différentes confessions et qui sert de guide pour promouvoir une « culture de respect mutuel ».

Un autre moment important dans la promotion de la paix au Moyen-Orient a été les accords historiques d’Abraham, une série de déclarations conjointes de normalisation entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn, le 15 septembre 2020. En tant que signataire des Accords d’Abraham et signataire de la Déclaration de la fraternité humaine, le Royaume de Bahreïn a joué un rôle actif dans cette mission de promotion de la paix et de la coexistence. Cette visite papale à Bahreïn est une réplique à ces mouvements historiques et une sorte de moment de rafraichissement pour rappeler au monde déchiré par les conflits que la fraternité humaine est la seule réponse au développement humain et à la paix mondiale.

De plus, Bahreïn et le Vatican entretiennent des relations très cordiales depuis leur création en 1999. Les liens mutuels ont considérablement progressé ces dernières années et plus particulièrement depuis 2014, lorsque le pape François a reçu le roi Hamad, qui a remis au pape une maquette de la cathédrale de Notre-Dame d’Arabie et l’invita officiellement à visiter le Royaume.

Cette visite officielle a été suivie de celle du prince saoudien Ben Salmane en 2020 et, le 25 novembre 2021, de la visite du conseiller du roi pour les affaires diplomatiques, le cheikh Khalid bin Ahmed bin Mohammed al-Khalifa, qui a renouvelé l’invitation officielle du pape à visiter le pays.

Le Royaume de Bahreïn  « tolère » les chrétiens. Quelle est la situation des chrétiens (en particulier des Asiatiques)? Pouvez-vous décrire votre vicariat ? Y a-t-il des chrétiens de différents rites ? La foi catholique au Royaume de Bahreïn, quelles libertés, quelles restrictions ?

Bien que plus de 70 % de la population bahreïnie soit musulmane, les chrétiens représentent environ 15 % de la population. Il s’agit principalement d’expatriés de pays venant d’Inde, du Sri Lanka et des Philippines.  Il y a aussi des chrétiens d’Irak, de Turquie, de Syrie, du Liban, d’Égypte, de Palestine et de Jordanie. Fait intéressant, Bahreïn est l’un des rares états du Golfe à avoir une population chrétienne locale : il y a environ 1000 personnes, principalement des catholiques originaires des pays arabes voisins, qui sont arrivés à Bahreïn entre 1930 et 1950, et qui ont obtenu la citoyenneté bahreïnie.

La communauté de 80 000 catholiques de Bahreïn jouit d’une liberté raisonnable de pratiquer sa religion.  Comme dans d’autres pays de la région, cette liberté est limitée aux lieux de culte accordés aux chrétiens. En d’autres termes, les chrétiens peuvent pratiquer leur foi sans être dérangés. Le travail de l’Église locale comprend des activités pastorales et quelques initiatives caritatives menées par des groupes paroissiaux et des associations. L’École du Sacré-Cœur de Manama jouit d’une grande estime et de patronage parmi les citoyens bahreïnis.

L’expérience de l’Église catholique à Bahreïn donne-t-elle de l’espoir pour le progrès dans toute la péninsule arabique qui y travaille ?

En tant que migrants, les chrétiens n’ont aucune influence politique sur la législation du pays, mais peuvent contribuer de manière discrète et prudente à une prise de conscience majeure des problèmes sociaux spécifiques. Par l’intermédiaire des deux églises, le soutien aux travailleurs se fait discrètement par des groupes paroissiaux actifs à travers des visites aux camps de travail (zones résidentielles réservées aux travailleurs migrants).

La visite pontificale ne manquera pas de donner un nouvel élan aux efforts des catholiques pour s’engager plus fortement auprès de la communauté dans son ensemble et étendre ses activités. Le rôle de l’Église, bien que limité à l’heure actuelle, a des possibilités d’expansion à mesure que le Bahreïn s’ouvre davantage aux autres confessions.

Bahreïn est certainement devenu un modèle pour d’autres pays de la péninsule arabique. En déroulant le tapis rouge au Saint-Père, il déclare au monde que le Royaume soutient le dialogue interreligieux et promeut la coexistence pacifique entre les peuples de confessions différentes.

De quoi le Pape souhaite-t-il parler avec les dirigeants musulmans de Bahreïn et aussi avec le leader sunnite, Cheikh Ahmed Al-Tayeb?

Pape en Egypte

Il y a une forte alchimie entre le cheikh Ahmed al-Tayeb, le grand imam al-Azhar et le Pape François. Après la signature historique du Document sur la Fraternité Humaine pour la Paix Mondiale et la coexistence commune, à Abou Dhabi en 2019, le Pape François et al-Tayeb se sont de nouveau rencontrés en septembre 2022 à Nur-Sultan au Kazakhstan lors du Congrès des Dirigeants de religions mondiales et traditionnelles. Et maintenant, les deux personnalités s’adresseront au « Forum de Bahreïn pour le dialogue : Orient et Occident pour la coexistence humaine », prévue du 3 au 4 novembre.

Cet événement de deux jours, parrainé par le roi Hamad, réunira quelque 200 éminents chefs religieux et universitaires du monde entier afin de promouvoir l’esprit de fraternité et de coopération entre les adeptes des différentes confessions, tout en travaillant ensemble pour relever les défis actuels qui menacent notre maison commune et la paix. En tant que leader sunnite, le cheikh Ahmed al Tayeb envoie un message fort concernant la nécessité du dialogue et de la réconciliation, même entre les musulmans. Ceci est d’une grande pertinence pour Bahreïn où un peu plus de la moitié des musulmans sont chiites.

Le pape François et al-Tayeb ont émergé comme des champions de la coexistence pacifique sur la scène mondiale, et en se rassemblant sur une plateforme dans un pays musulman, ils renforcent leur conviction profonde que les différences fondées sur les religions doivent être enterrées dans l’intérêt de la fraternité humaine et de la paix mondiale.

ça peut aussi vous intéresser

Vatican News

On confond souvent les termes “Rome”, “Vatican”, “Cité du Vatican”, “Saint-Siège”, “Siège apostolique”, “Curie romaine”.

Essayons d’y voir plus clair, même si l’on sait bien que tous concernent le Pape et de ses collaborateurs...

Pour en savoir plus:

Rome

Le Vatican

La Cité du Vatican

Le Saint-Siège ou Siège apostolique

La Curie romaine