Journée mondiale du tourisme : “Un tourisme pour la croissance inclusive”

À l’occasion de la Journée Mondiale du tourisme le 27 septembre 2021, le Cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le Service du développement humain intégral a adressé un message intitulé :” Tourisme pour la croissance inclusive”.

À l’occasion de la Journée Mondiale du tourisme 2021, le Dicastère pour le Service du développement humain intégral reconnaît le grave impact de la pandémie de COVID-19 sur les entreprises et les travailleurs engagés dans ce secteur, en particulier les travailleurs à temps partiel et à faible revenu qui reçoivent des aides de l’État, ainsi que les travailleurs qui se retrouvent sans aucun soutien financier.

Nous portons donc une attention particulière au thème choisi par l’Organisation Mondiale du Tourisme pour cette année, Tourisme pour la croissance inclusive, et à l’encouragement de cette Organisation à reconnaître que cela « est une opportunité de regarder au-delà des statistiques du tourisme et de reconnaître que derrière chaque chiffre il y a une personne. » [1]

Au cours de son Pontificat, le Pape François a fréquemment exhorté les fidèles catholiques et toutes les personnes de bonne volonté à « dépasser » les données économiques pour « rencontrer la personne en difficulté ; exercer la créativité qui permet de trouver des solutions à une impasse ; évoquer la dignité humaine face à la rigidité de la bureaucratie » et à « promouvoir le bien-être social et économique de toute l’humanité, en offrant à chaque personne l’opportunité de poursuivre son propre développement ».[2]

Face à la pandémie de Covid-19, le Saint-Père a lancé un appel à toute la famille humaine car « nous ne pouvons pas revenir aux fausses sécurités des structures politiques et économiques que nous avions avant la crise ».[3] Nous avons besoin de systèmes économiques qui permettent à tous d’avoir accès aux fruits de la création, aux besoins de base de la vie : la terre, la maison et le travail.

Ceci est en effet le genre de croissance inclusive ou, dans le langage de la Doctrine Sociale de l’Église, de développement humain intégral que le Dicastère souhaite promouvoir à l’occasion de cette Journée Mondiale du tourisme. Un développement qui soit pour chaque personne, pour toutes les dimensions de la personne, qui respecte la terre, c’est-à-dire notre « maison commune ».  La pandémie nous a fait comprendre que nous sommes liés les uns aux autres. De même, le tourisme dans un pays souffre si les personnes dans d’autres pays ne peuvent pas voyager en raison des restrictions sanitaires.

«Nous devons reprendre conscience qu’en tant que peuple, nous avons un destin commun.»[4] Il est donc nécessaire de se concentrer sur une approche inclusive du tourisme et résister aux tentations de l’individualisme et du nationalisme trop fréquents dans la société contemporaine. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons éviter le « variant » du virus qui se propage lorsque nous fomentons une économie malade qui permet à quelques personnes très riches de posséder plus que le reste de l’humanité, et lorsque les modes de production et de consommation détruisent la planète.

Ainsi, à l’occasion de la Journée Mondiale du Tourisme de cette année, le Dicastère encourage tout le monde à s’engager pour un tourisme qui permette la rencontre entre les personnes et avec divers territoires, où l’admiration de la beauté puisse ouvrir des modes de vie respectueux des autres et de la planète.

Nous lançons un appel aux évêques et aux responsables de la protection du tourisme, afin qu’il y ait une étroite collaboration avec les autorités locales pour favoriser un tourisme qui respecte les personnes et la nature, et promeuve une économie juste et inclusive. Seul un tel tourisme pourra devenir un facteur d’importance primordiale dans la construction d’un monde dans lequel tout être humain se réalise pleinement.[5]

Nous exprimons notre sincère gratitude à tous ceux qui se sont engagés à soutenir, tant matériellement que spirituellement, les personnes qui se trouvent encore dans des situations de difficultés économiques dues à la suspension des activités touristiques.

Dans plusieurs Eglises locales, les pasteurs, avec leurs collaborateurs, avec le soutien des groupes nationaux et locaux de la Caritas, ont multiplié leurs efforts pour trouver les meilleures solutions afin de remédier aux situations de précarité sociale. C’est un exemple concret de développement inclusif : cette « nouvelle fraternité capable d’entraide et d’estime mutuelle » dont nous avons urgemment besoin.[6]

Cardinal Turkson, préfet du Dicastère pour le Service du développement humain intégral

[1] UNWTO, World Tourism Day 2021 – Background Note, https://www.unwto.org/world-tourism-day-2021

[2] François, Discours aux participants au Congrès mondial des comptables, 14 novembre 2014.

[3] François, “The COVID-19 Crisis Reveals What is in our Hearts,” Op-Ed article in New York Times, Thanksgiving Day, 26 November 2020, in: Papa Francesco, Ritornare a sognare. La strada verso un future migliore, Piemme, Casale Monferrato, 2020, p.6.

[4] François,“The COVID-19 Crisis Reveals What is in our Hearts,” Op-Ed article in New York Times, Thanksgiving Day, 26 November 2020.

[5] Cf. François, Lettre encyclique Laudato si’, n. 84.

[6] François, Message pour la 4e Journée mondiale des pauvres, 15 novembre 2020, n. 7.

Sur le même thème

  • Pastorale des réalités du tourisme et des loisirs

    La Pastorale du tourisme et des loisirs est une réalité relativement récente dans l’Eglise catholique : en France elle s’organise à partir des années 1950, au fur et à mesure que s’étend le temps libre, que développe le tourisme de masse et que l’accès aux loisirs se généralise. Il est difficile de résumer les différentes facettes […]