La forme chrétienne du patriotisme : document de la conférence des évêques polonais

La renaissance des attitudes patriotiques et le sens de la conscience nationale observés en Pologne ces dernières années constituent un phénomène très positif. L’amour de la patrie, l’amour de la culture et des traditions autochtones ne concernent pas seulement le passé, mais est étroitement lié à notre capacité actuelle de sacrifier et de construire solidement le bien commun.

Dans le même temps, cependant, nous pouvons constater dans notre pays l’apparition d’attitudes opposées au patriotisme. Leur point commun est l’égoïsme. Il peut s’agir d’égoïsme individuel, d’indifférence à l’égard du destin de la communauté nationale, d’une préoccupation exclusive pour sa vie et celle de ses proches. Le fait d’ignorer la richesse que chacun de nous a reçue avec la langue commune, l’histoire et la culture autochtones, ainsi que l’indifférence à l’égard du destin de ses compatriotes, constitue une attitude non chrétienne. C’est aussi l’égoïsme national, le nationalisme, cultivant le sentiment de supériorité de soi, se rapprochant des autres communautés nationales et de la communauté humaine en général. Le patriotisme doit toujours être une attitude ouverte. Comme notre grand compatriote Henryk Sienkiewicz l’a écrit à juste titre: « le slogan de tous les patriotes devrait être : » à travers la patrie de l’humanité « .

Conscients de cette renaissance du patriotisme polonais, mais aussi de ses menaces réelles, les bergers de l’Église en Pologne veulent examiner ces phénomènes dans la perspective de l’enseignement de l’Église catholique.

I. Patriotisme – perspective chrétienne

1. La dimension universelle du patriotisme. Avant tout, nous voudrions vous rappeler que le patriotisme est profondément inscrit dans le commandement universel d’aimer son prochain. La solidarité intergénérationnelle, la responsabilité du destin des plus faibles, l’honnêteté civique quotidienne, la volonté de servir et les sacrifices pour le bien commun, étroitement liés au patriotisme, sont tous deux la réalisation du message contenu dans l’Évangile. Par conséquent – comme l’a écrit le pape Pie X – « L’Église a toujours enseigné que le patriotisme est un devoir et le lie au commandement du quatrième commandement de Dieu ». Dans le même temps, cependant, pour les disciples du Christ, l’amour de la patrie – en tant qu’amour du prochain – est une grande valeur, mais ce n’est pas une valeur absolue. Pour un chrétien, le service de la patrie terrestre, à l’instar de l’amour de sa propre famille, reste toujours une étape sur le chemin menant à la patrie céleste, qui, grâce à l’amour infini de Dieu, englobe tous les peuples et toutes les nations de la terre. Par conséquent, l’amour de sa mère patrie est une concrétisation du commandement universel de l’amour de Dieu et de l’homme.

 Ils ont rappelé aux Polonais, il y a près d’un demi-siècle, aux évêques polonais: « Bien que l’homme accorde une très grande valeur à ses valeurs d’origine, il sait qu’au-dessus des nations se trouve Dieu, qui seul a le droit d’imposer les normes morales les plus élevées, sans distinction de nation. Un tel sens de la réalité fonde le patriotisme sur la vérité, le purifie et lui permet d’approfondir la conscience de la communauté de la famille humaine. Il nous protège de l’ indifférence au sort des autres, de plus en plus sensibilisés aux besoins de chaque être humain, peu importe la langue qu’ils parlent, et a un sens de national ».

Dans une telle perspective chrétienne, l’amour de la patrie s’exprime avant tout par l’attitude de service, de sollicitude et de responsabilité à l’égard des besoins et du destin de personnes spécifiques que Dieu a mis sur notre chemin. Par conséquent, toute tentative d’élever sa propre nation au rang d’absolu ou de chercher une justification chrétienne à la propagation de conflits et de querelles nationales devrait être considérée comme inacceptable et idolâtre. L’amour pour sa patrie ne peut jamais être une excuse pour le mépris, l’agression et la violence.

Lire la suite en polonais

Sur le même thème

  • logo COMECE redim

    Les évêques de l’Union européenne en prière commune pour la paix

    Les évêques européens ont commémoré toutes les victimes de la Première Guerre mondiale lors d’un événement majeur qui s’est tenu aujourd’hui à Ypres (Belgique), le 24 octobre 2018, dans le cadre de l’Assemblée de la COMECE «Automne 2018» consacrée aux prochaines élections européennes. À l’occasion du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, […]

  • paix (assombrie)

    Edito du cardinal Bassetti sur le bien commun et sur la paix civile

    « D’abord le bien commun ». Le président de la conférence épiscopale italienne a lancé un appel pour le bien commun et la paix civile Face à la crise sociale et politique dans laquelle « notre Italie bien-aimée » s’est précipitée, chaque personne de bonne volonté a le devoir de renouveler son engagement, chacun dans son rôle, pour le […]

  • paix (assombrie)

    « Union européenne, union des peuples, union des destins », l’intervention du Cardinal Bassetti sur la construction européenne

    Discours du Cardinal Bassetti en tant que président de la Conférence épiscopale italienne à la conférence Notre Europe organisée par ACLI, Action catholique, Communauté de Sant’Egidio, CISL, Confcooperative, FUCI et Sturzo Institute. « Chers amis et amis, je vous remercie de votre invitation à participer à cette conférence sur un sujet aussi important qui m’est très […]

  • paix (assombrie)

    Déclaration du Conseil épiscopal espagnol sur la Catalogne

    Déclaration de la Commission permanente sur la situation en Catalogne Compte tenu de la situation grave qui règne en Catalogne et qui inquiète beaucoup le reste de l’Espagne, les évêques souhaitent avant tout exprimer nos souhaits et sentiments exprimés récemment par les évêques basés sur le territoire de la Catalogne, authentiques représentants ses diocèses. En […]

  • paix (assombrie)

    Paix européenne : la conférence épiscopale portugaise appelle à plus d’engagement civique

    José Miguel Sardica, professeur et chercheur à l’Université catholique du Portugal (UCP), a déclaré que la formation de futurs dirigeants politiques par l’Église catholique devrait offrir « une plus grande visibilité publique » afin de pallier le participation civique. « Il y a un jeune public attaché à l’Eglise qui a soif de nouvelles voix et qui a […]

Regards évêques Europe -_ Bandeaux (1)

Espace COMECE

Déclaration Reconstruire la communauté européenne

Déclaration Comece

évenements