Soutien de l’Église en Irlande aux chrétiens persécutés, aux réfugiés et aux migrants

Prières exprimées par l’Église en Irlande en juin 2016, en soutien du sort des enfants, des femmes et des hommes réfugiés, des chrétiens persécutés

À la suite de l’Assemblée générale d’été de la Conférence des évêques catholiques irlandais (7 – 9 juin), les évêques ont publié la déclaration suivante dans laquelle elle exprimait son soutien aux chrétiens, réfugiés et migrants persécutés. Nous célébrons aujourd’hui la Journée mondiale des réfugiés des Nations Unies, le 20 juin.

Chrétiens persécutés
Les évêques ont discuté de la persécution des chrétiens au Moyen-Orient, un problème mis en lumière par l’exhortation apostolique du pape François, Amoris Laetitia (La joie de l’amour), publiée le 8 avril:
«La persécution des chrétiens et des minorités ethniques et religieuses dans de nombreuses régions du monde, en particulier au Moyen-Orient, constitue une grande épreuve non seulement pour l’Église, mais également pour l’ensemble de la communauté internationale. Tous les efforts devraient être encouragés, même de manière pratique, pour aider les familles et les communautés chrétiennes à rester dans leurs pays d’origine »(AL, paragraphe 46).

Mgr Eamon Martin, archevêque d’Armagh, dirigera une délégation de la Conférence des évêques à Erbil, dans la région du Kurdistan en Irak, en novembre. Des centaines de milliers de personnes déplacées, en majorité des chrétiens et des yézidis, ont été contraintes de fuir leur foyer dans le nord de l’Irak à cause de la guerre. La délégation sera accueillie par l’archevêque Warda d’Erbil et aura l’occasion de rencontrer des communautés déplacées par le conflit et confrontées à un avenir incertain dans la région. M. Trócaire, qui a soutenu les efforts de secours en faveur des personnes déplacées dans le nord de l’Irak, comptera sur du personnel participant à la visite, dont son président, Mgr William Crean, évêque de Cloyne. La délégation aura également l’occasion de rencontrer des représentants de l’ONU ainsi que d’autres agences répondant à la crise dans la région.

Réfugiés et migrants
Dans le contexte de la réponse de l’Irlande, les évêques ont discuté de la crise des réfugiés et de la nécessité pour les décideurs politiques de ne pas fermer les yeux sur les besoins de nos frères et soeurs qui en ont cruellement besoin dans notre continent européen et ailleurs. Le nombre de ceux qui fuient la guerre et la persécution augmente et le degré de solidarité est souvent insuffisant. Les évêques ont poursuivi leur réflexion sur Amoris Laetitia:
«La migration est particulièrement dramatique et dévastatrice pour les familles et les individus lorsqu’elle se déroule de manière illégale et est soutenue par des réseaux internationaux de traite des êtres humains. Cela est également vrai lorsqu’il s’agit de femmes ou d’enfants non accompagnés qui sont obligés de supporter de longues périodes dans des installations temporaires et des camps de réfugiés, où il est impossible de commencer un processus d’intégration. L’extrême pauvreté et d’autres situations de rupture familiale amènent parfois les familles à vendre leurs enfants à des fins de prostitution ou de trafic d’organes »(AL, paragraphe 46).

Dans la parabole du Bon Samaritain, que l’archevêque Diarmuid Martin, archevêque de Dublin, a décrit comme étant «l’hymne national» de cette année jubilaire de la miséricorde proclamée par le pape François, deux personnalités officielles tournent les yeux au loin et passent devant la présence d’un compagnon humain en détresse. Aujourd’hui, notre témoignage de la détresse des réfugiés devrait être un appel à l’action. Tout en louant le rôle courageux et humanitaire de notre service naval en Méditerranée – qui a de nouveau été illustré ce mois-ci -, les évêques ont exprimé leur inquiétude face au fait qu’ici, en Irlande, le processus de prise en charge de réfugiés semble avoir été autorisé à passer au second plan de la politique, malgré le désir et la volonté manifestés des citoyens et des communautés de s’engager dans une culture de bienvenue. Les évêques demandent aux paroisses d’offrir des prières spéciales à la messe de juin pour exprimer leur soutien et leur solidarité face au sort des enfants, des femmes et des hommes réfugiés.

Les évêques ont également noté avec préoccupation l’absence de progrès significatifs concernant la situation des demandeurs d’asile dans les centres de traitement directs et sont encouragés à faire pression sur leurs responsables politiques dans les zones où se trouvent les centres.

Lire l’article (en anglais)

Sur le même thème

  • Projet « Reech eng Hand » (« Tends la main »)

    Le projet « Reech eng Hand – Tends la main » est un projet diocésain qui repose sur l’engagement des paroisses, des associations et des communautés religieuses. Il s’organise au niveau local avec les réfugiés reconnus et les demandeurs de protection internationale qui habitent dans ces paroisses. Après la dernière grande vague d’immigration due au conflit en […]

  • Message des évêques de Belgique sur l’accueil des réfugiés syriens

    « J’étais étranger et vous m’avez accueilli (Mt 25,34). Ne pas nous replier sur nous-mêmes, ne pas rechercher seulement notre intérêt personnel : tel est le chemin d’avenir qui s’ouvre devant nous ; il nous permet de construire notre existence les uns avec les autres et de bâtir une société humaine et conviviale. » Message des évêques de Belgique […]

Espace COMECE

Déclaration Reconstruire la communauté européenne

évenements