Déclaration des Présidents du Conseil d’Eglises Chrétiennes en France

Le Conseil d’Églises Chrétiennes en France tient à rendre public l’appel, ci-joint, des Évêques du Congo-Brazzaville. Celui-ci vient confirmer la situation dramatique qui prévaut dans ce pays et que les Églises n’ont cessé de faire connaître depuis des mois.
Le Conseil d’Églises Chrétiennes en France appelle solennellement le gouvernement français à intervenir auprès de la Communauté européenne pour qu’elle conduise au plus tôt une médiation politique en faveur d’un cessez-le-feu, de la reprise du dialogue entre les belligérants et d’une intervention humanitaire massive pour répondre au désarroi des populations.Mgr L.-M. Billé Président de la Conférence des Évêques de France
Pasteur J.-A. de Clermont Président de la Fédération Protestante de France
Mgr Jérémie Président du Comité interépiscopal orthodoxe de France

Appel des Évêques du Congo

Aux responsables des FDU* et Partis apparentés
Aux responsables de l’ERDDUN* et Partis apparentés

Le cœur meurtri, les pasteurs que nous sommes, venons vous adresser cet appel urgent.

Voici déjà un bon moment qu’une grande partie de notre population vit la tragédie la plus longue et la plus cruelle de notre pays : une guerre inutile, sans issue, aux conséquences matérielles et morales incalculablement néfastes.

1. Notre jeunesse, à la fois actrice et victime de ces guerres successives est particulièrement la couche la plus touchée de notre société. Les jeunes des différents partis se haïssent, s’affrontent, se combattent et meurent par centaines.

2. A grande échelle, les femmes, les jeunes femmes, les filles sont violées, déshonorées, bafouées dans leur dignité de femmes.

3. A grande échelle, les enfants, les vieux, les malades, les couches les plus fragiles, sont décimées.

4. La mort, tout court, sème la désolation parmi les populations qui, dans les forêts, sont sans secours alimentaires et sanitaires.

5. Tous les villages ont vu leurs cimetières s’agrandir de nouvelles tombes.

Les populations sont dans un désarroi moral total. Les “squelettes” ambulants qui entrent à Brazzaville, témoignent encore des violences inouïes exercées sur les gens, tant par les rebelles que par la force publique. Des milliers de personnes déjà appauvries par trois décennies d’un système économique défaillant, se trouvent aujourd’hui dans une extrême misère. Ce qu’ils ont gagné et construit à la sueur de leur front, durant toute leur vie, a volé en fumée à cause des pillages systématiques et des destructions massives.

Si l’annonce du dialogue a été accueillie avec un grand soulagement, il ne reste pas moins vrai que ce dialogue tarde à venir. Et dans la situation de détresse actuelle, un jour qui passe, se chiffre par des dizaines de morts dans la population, alors que cinq à six cent mille personnes, sans secours, continuent d’errer dans les forêts du Sud du Pays.

Aussi venons-nous vous supplier, pour qu’un “cessez-le-feu” soit rapidement déclaré par vous tous afin de permettre :

1. Aux organisations humanitaires de se rendre dans les grandes localités pour soulager, en urgence, les populations désespérées.

2. Au dialogue de s’amorcer dans un climat de confiance retrouvée.

Fait à Brazzaville, le 21 septembre 1999
Pour les Évêques du Congo
Mgr Anatole Milandou, Évêque de Kinkala
Président de la Conférence Épiscopale du Congo

* FDU : Forces démocratiques unies
* ERDDUN : Espace républicain pour la défense de la démocratie et de l’unité nationale

Contacts presse :

M.Vincent Neymon
Secrétaire général adjoint
Directeur de la communication
Porte-parole

P. Hugues de Woillemont
Secrétaire général
Porte-parole

Mme Virginie Topcha
Chargée des relations avec les médias

Tél: 06 23 02 96 94
communication@cef.fr

Conférence des évêques de France
58 av. de Breteuil
75007 Paris
Contact média Accréditations auprès de la CEF