Le synode du diocèse d’Orléans

En décembre 2017, Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans lance un synode pour son diocèse. Après deux années de cheminement (2017-2019), Mgr Blaquart décide de promulguer des actes synodaux le 1er octobre 2019, et de donner de nouvelles orientations. Il nomme ainsi le Père Messian Huret, comme « chef d’orchestre » du synode. Ce vicaire épiscopal du pôle Beauce-Gâtinais, spécialiste de la nouvelle évangélisation, coordonnera les cinq chantiers missionnaires.

Père Messian Huret« Que chaque membre de notre Église, chaque paroisse, mouvement ou service, ait à cœur de les mettre en œuvre. C’est à tout le peuple de Dieu d’annoncer l’Évangile », explique Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans, à propos des cinq orientations diocésaines votées pour le diocèse d’Orléans pour les années à venir.

Initié en décembre 2017, le synode s’est « clôturé » par la célébration de la Pentecôte en juin 2019 avec un grand rassemblement à Saint-Paterne, et une célébration à la cathédrale d’Orléans. « Le synode n’est pas fini, tout commence maintenant », disait Mgr Blaquart dans son homélie du 9 juin 2019. Après deux ans de cheminement, le 1er septembre 2019, premier jour du « mois extraordinaire de la mission », Mgr Jacques Blaquart invite les chrétiens du Loiret à mettre en œuvre les réflexions du synode, et promulgue des actes synodaux. Le Père Messian Huret, vicaire épiscopal pour la nouvelle évangélisation, coordonnera le synode diocésain. Depuis 2017, ce curé, rattaché aux paroisses du Beauce-Gâtinais, ne manque pas de dynamisme !

Les méthodes de nouvelles évangélisation

Assemblée synodale - G de Marne (29)Monseigneur Blaquart pense directement à lui pour ce poste. Le Père Messian Huret a une expertise dans le domaine de l’évangélisation. Il a rédigé une thèse aux États-Unis sur le théologien américain David Kesley. « J’ai aussi découvert là-bas la « megachurch » du pasteur baptiste Rick Warren à Los Angeles », explique-t-il. « Ces trente dernières années, les évangéliques ont développé dans leurs églises des outils de coaching semblables au monde de l’entreprise, ce qui explique leur succès ! Depuis dix ans, ces outils se développent en France avec notamment les « parcours alpha » ou la formation : « Des pasteurs selon mon cœur » qui propose une préparation à la mission, à l’accompagnement au changement, et à la conversion. Ces parcours ont permis de former à ce jour plus de 1000 prêtres et cinquante évêques. »

Après son expérience américaine, le Père Messian Huret a sillonné le monde pour élargir ses horizons. « Je me suis rendu à Milan en Italie pour connaitre la naissance des cellules d’évangélisation et j’ai effectué des recherches sur l’école mexicaine d’évangélisation Saint-André de José Prado Flores ». A son retour en France, il met en pratique ces techniques de nouvelles évangélisations dans ses paroisses du doyenné giennois.

Il espère que sa pastorale portera ses fruits à long terme. « Nous n’avons pas pris conscience dans les années 2000 que nous étions sortis d’une église de chrétienté, regrette-t-il. La transmission de la foi au sein des familles disparait progressivement. Cette pastorale de l’enfouissement ne peut plus perdurer. De plus en plus de personnes dans notre société n’ont jamais entendu parler de Jésus. Nous devons changer nos façons d’annoncer le Christ dans le monde. »

« Comment porter la joie de l’Évangile dans le monde actuel ? »

Equipe SynodeLe Père Messian a de l’énergie à revendre pour gérer le synode. Il a réuni autour de lui une équipe de quinze personnes. Le synode s’articulera autour de cinq chantiers majeurs. Ils ont été choisis à l’issue des rencontres, des consultations, des visitations, et des groupes de réflexion synodale. « Nous espérions surtout que les chrétiens sortent et qu’ils « osent aller vers » la rencontre. » Ces cinq orientations sont : « la rencontre personnelle du Christ », « l’accueil », « sortir, aller vers », « l’eucharistie dominicale missionnaire » et « les petites fraternités missionnaires ».

Son objectif ? : « Tisser du lien avec les différents acteurs, et prolonger l’élan des visitations pour que tous ceux qui entendent l’appel bougent ! Il est important d’aller nourrir le dynamisme là où ça vit. On sent bien qu’il faudrait un micro « Congrès mission » pour nourrir l’élan missionnaire. »

Cet élan missionnaire qui lui tient tant à cœur, les diocésains l’ont vécu le 25 janvier 2020. Le diocèse d’Orléans a organisé une journée diocésaine à Briare (zone rurale du département du Loiret) sur le thème de l’accueil. « Nous avons rassemblé 850 à 900 personnes, se réjouit-il. Les premiers échos sont très favorables. Ça nous encourage à poursuivre. Notre défi sera de garder l’élan pendant plusieurs années », espère-il. La prochaine rencontre est actée au 30 janvier 2021, et sera centrée autour de la « rencontre du Christ ».

Ce synode vient aussi guérir les blessures. « Nous avons eu de nombreuses crises liées aux affaires de pédophilie et aussi le suicide d’un prêtre qui a été un traumatisme terrible ! L’élan de ce synode va nous permettre d’avancer tous ensemble. »

Sur le même thème

  • Mgr Jacques Blaquart : « Vivre l’amour de Dieu et l’amour du prochain »

    Pour cette nouvelle interview de l’évêque, Monseigneur Jacques Blaquart, évêque d’Orléans a répondu à toutes nos questions. Il évoque avec nous la démarche synodale du diocèse, sa foi chrétienne et son engagement envers les plus pauvres. En octobre 2010, vous étiez appelé pour le ministère d’évêque pour le diocèse d’Orléans, quel regard portez-vous sur ces […]

  • Les fêtes johanniques et le Centenaire de la canonisation de Jeanne d’Arc

    Depuis plusieurs mois, le Père Christophe Châtillon, recteur de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans, coordonnait à la demande de Monseigneur Jacques Blaquart, évêque d’Orléans, l’organisation des « Fêtes Johanniques » au sein du diocèse. Les festivités sont aussi marquées en 2020 par le 100e anniversaire de la canonisation de Jeanne d’Arc. La crise sanitaire dû au COVID-19, et le confinement, ont contraint les autorités à reporter les Fêtes johanniques de plusieurs mois. Ces Fêtes marqueront à l’automne « La renaissance de la Cité ». En attendant, le diocèse innove en proposant des retransmissions des messes en ligne sur You Tube.

  • La diaconie, ou l’attention tournée vers les plus précaires

    Au sein du diocèse d’Orléans, Muriele Lavaud, coordinatrice et Stephan Chaligné, diacre du service de la diaconie, ont reçu le 1er septembre 2019 une lettre de mission de Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans. Leur mission : faciliter la rencontre des plus précaires et mettre les projecteurs sur les initiatives de solidarités diocésaines, dans l’esprit et l’élan nouveau du synode.

  • Des camps « musique et liturgie » pour les jeunes chrétiens du Loiret

    Au sein du diocèse d’Orléans, Claire-Elise Sterlin est déléguée diocésaine au chant choral et à la musique sacrée. Elle gère depuis 2013 la coordination du camp musique et liturgie. Les jeunes du Loiret, âgées de 12 ans à 17 ans, soucieux de se former à l’animation liturgique et sacramentelle, se retrouvent chaque année à la Toussaint pour quatre jours intensifs de pratique musicale, de temps spirituels, et de vie fraternelle. L’objectif : préparer les jeunes au service de l’animation pour qu’ils deviennent acteurs dans leurs paroisses.

  • La rencontre entre l’Église et les migrants

    Dans le diocèse d’Orléans, Christiane et Jean-Marie Dubernet gèrent ensemble la Pastorale des migrants. Depuis septembre 2017, leurs missions de responsables diocésains les amènent à être attentifs à l’accueil des populations souvent en grande précarité.