Sr Yara, religieuse maronite au service de la famille

yara_matta_largeur

Religieuse de la Congrégation des Sœurs Maronites de la Sainte Famille, Sr Yara Matta est Maître de conférences à l’Institut catholique de Paris. Elle partage son temps entre le Liban et la France. Témoignage à l’approche de Noël.
 
Rendez-vous à 11h, à l’accueil de la Catho de Paris. Souriante et pressée, sœur Yara Matta – 3 minutes en retard – s’excuse d’avoir été retenue après le cours sur la Bible qu’elle vient de donner. En ce temps de préparation à Noël, la religieuse libanaise a l’impression de courir tout le temps, après le métro et le reste. Pour elle, l’Avent devrait être un temps de calme et de paix.

Contrairement aux catholiques de rite latin, les Maronites – de tradition syriaque antiochienne – sont entrés dans le temps de l’Avent début novembre. Au fil des dimanches sont lues les scènes d’annonce et de révélation : à Zacharie, à Marie, à Jean-Baptiste, à Joseph… « Nous avons perdu le sens de l’attente » regrette-t-elle.

Et de citer de mémoire Saint Ephrem : « Gloire à Lui qui se fit petit, alors que par nature Il est immense ». Par l’Incarnation, poursuit l’enseignante-chercheuse, Dieu s’est mis « à la portée du temps ». Elle aime particulièrement l’évangile du dimanche qui précède Noël car il retrace la généalogie de Jésus (Matthieu 1, 1-17). « Dieu s’inscrit dans une histoire et dans un peuple ». Quatre femmes y sont citées – Tamar, Rahab, Ruth et la femme d’Urie : une prostituée, une étrangère… « Dieu assume le péché de chacun » décrypte la bibliste.
 

La famille, repère vital en temps de crise

Sr Yara appartient à la Congrégation des Sœurs Maronites de la Sainte Famille, première congrégation maronite féminine non cloîtrée. Née de l’intuition « prophétique » du patriarche maronite Elias Hoyek (1843-1931), « grand ami de la France », ces sœurs apostoliques ont pour mission l’éducation des jeunes filles. Car à travers la femme, « on impacte toute la famille ».
A l’origine présentes dans les villages où vivent traditionnellement les Maronites, les sœurs ont progressivement fondé des écoles sur le littoral, comme à Beyrouth, dès les années 1930. Avec les déplacements de population dus à la guerre et à ses « séquelles », les villes se sont développées. Trop rapidement. « En ville, la notion de paroisse change, beaucoup de choses se perdent », constate Sr Yara en pensant aux valeurs de solidarité et de dialogue associées à la famille.

A son arrivée en France pour ses études, la Libanaise s’est liée d’amitié avec une femme SDF depuis plusieurs années, sans personne pour la soutenir. Elle reste « très choquée » par cette situation, venant d’un pays « où le sens de la famille est très aigu ».

La famille, un ancrage pour le Liban et l’Eglise d’Orient ? « C’est ce qui a permis de survivre pendant la guerre, confie la quadragénaire originaire du Sud, migrante dans son propre pays. L’Eglise est la famille de Dieu ». D’où son choix, sans doute, de rejoindre la congrégation dédiée à la Sainte Famille dont le charisme allie « simplicité, fraternité et charité ».

Fidèles à l’esprit du Fondateur qui interdit toute ségrégation entre couches sociales et confessions religieuses, les sœurs ont intégré la dimension interreligieuse à leur action éducative. Ainsi leurs lycées à Tripoli, deuxième ville du Liban, ou à Rayak dans la Békaa, accueillent des élèves à 80% musulmans.
 

29 décembre, fête de la Sainte Famille

Hébergée dans un hôpital de Levallois contre un service d’aumônerie, Sr Yara visite les malades et va porter la communion dans les maisons de retraite voisines. A l’approche de la fête de la Sainte Famille, elle souligne l’importance de vivre l’esprit de famille, dans la connaissance et le respect mutuel, entre différents groupes ou différentes générations. Elle souhaite que « les aînés ne se sentent pas délaissés » et « que les jeunes ne se sentent pas étrangers, non enracinés dans leur patrimoine séculaire ». Elle prie pour la paix au Proche Orient et dans le monde. « Depuis que je suis née, je n’ai pas connu la paix dans ma région » dit-elle tout bas.
 

Son appel pour les réfugiés syriens au Liban

Sr Yara Matta n’hésite pas à qualifier de catastrophique la situation des réfugiés syriens au Liban, évoquant les maladies et le froid plus intense cet hiver. Ces migrants représenteront bientôt la moitié de la population. Or celle-ci vit déjà dans des conditions « précaires ». « Il y a urgence. La communauté internationale doit assumer ses responsabilités. On peut faire quelque chose » assure-t-elle. Les Supérieur(e)s Majeur(e)s ont appelé leurs membres ainsi que les chrétiens qui le voudraient à vivre une journée de jeûne et de prière en faveur du peuple syrien, le 22 décembre prochain.

Sur le même thème

  • affiche_catéchuménat_baptême_largeur_2011

    Etre appelé, chacun sa vocation

    La vocation, dans le cadre de la foi chrétienne, est un appel unique et personnel de Dieu, inscrit en chaque homme, créé par Dieu.

  • bible01

    Lire la Bible

     

  • denier_lyon_2012

    Famille

    Au service des hommes et des femmes de ce temps, l’Église est particulièrement attentive à la famille. Elle en rappelle sans relâche l’importance pour la vie en société comme pour chacun d’entre nous. Elle le fait avec réalisme et confiance. L’Église écoute les familles et regarde comment on y prend soin les uns des autres. […]

L'avent et Noël en questions

Visuel Fêter Noël

Horaires des messes

logo messes info

Prières

8

Noël en ligne

retraites en ligne avent

Vidéo

Catéchèse et catéchuménat

Noel (3)
Avent et Noël

Liturgie

Avent Noël liturgie

Narthex

Dossier Noël Narthex

Pastorale des migrants

SMPMPI