Mariage pour tous: les évêques réunis en provinces appellent au débat

« Un indispensable débat », par les évêques de la province de Rouen

Pour répondre à la demande de personnes homosexuelles, les responsables politiques de notre pays envisagent de réviser la législation concernant le mariage civil et l’adoption des enfants. Il appartient au pouvoir politique d’entendre cette demande. Néanmoins, nous affirmons qu’il serait hasardeux et dangereux de modifier le code civil sur ce sujet. Il n’est pas raisonnable de toucher à l’institution du mariage en mésestimant les conséquences fâcheuses que cela aurait sur l’équilibre de la vie familiale et la lisibilité de la filiation des enfants.

Nous considérons qu’une telle décision instaurant une véritable rupture de civilisation ne peut s’appuyer sur le seul principe de l’égalité et de la non-discrimination. Nous sommes convaincus que la différence fondamentale homme/femme est bonne et structurante pour la vie du couple, nécessaire pour l’ouverture à la vie, vitale pour offrir aux enfants un cadre éducatif stable, et déterminante pour une vie sociale harmonieuse. La famille est la cellule de base de notre société.

Les enjeux de la réforme envisagée sont nombreux et décisifs pour l’avenir de la famille et de la société.

C’est pourquoi les évêques des diocèses de la Province de Normandie demandent que soit organisé un débat public afin de permettre à l’ensemble des citoyens d’y réfléchir et d’exprimer leur avis.

Le 9 octobre 2012

Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen
Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux
Jean-Luc Brunin, évêque du Havre
Jacques Habert, évêque de Séez
Stanislas Lalanne, évêque de Coutances
Christian Nourrichard, évêque d’Evreux
 
 

Les évêques des diocèses de l’Est appellent au débat

Le 31 octobre prochain, le Conseil des ministres va se saisir du projet de loi visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe. L’adoption de ce projet transformerait une institution structurant la société depuis des siècles; ce qui ne peut laisser indifférent aucun citoyen.
Des membres d’autres confessions chrétiennes, d’autres religions mais aussi des groupes de réflexion et des personnalités compétentes s’interrogent.
Est-il possible de prendre une telle décision sans qu’un débat n’ait lieu à l’échelon national ?

Les arguments qui veulent légitimer le mariage des couples de même sexe, reposent en général sur deux points : l’amour et la non-discrimination.
Concernant la question de l’amour, nous comprenons que des personnes du même sexe puissent s’aimer.
Mais alors faut-il institutionnaliser une forme particulière d’amour dans la société ? Si le mariage a été institué, c’est pour garantir la stabilité sociale et la filiation.
Concernant le second point, celui de la non-discrimination, il faut rappeler que le mariage a toujours été compris comme l’union d’un homme et d’une femme (cf. article 12 de la Convention européenne des droits de l’homme). Permettre le mariage de personnes du même sexe, c’est donc changer la définition du mariage lui-même.
Une des conséquences concrètes, déjà prévue dans le projet de loi, que nous ne mesurons peut-être pas encore, c’est le remplacement de la notion de « père » et de « mère » dans l’état civil au profit des notions artificielles et finalement discriminatoires de « parent 1 » et de « parent 2 ».

Dans une société déjà déstabilisée, en quête de repères, avons-nous besoin de porter atteinte à la famille, cellule structurante de la société, et au rôle fondamental du père et de la mère ? Le grand oublié de ce projet n’est-il pas l’enfant ? En voulant donner le « droit à l’enfant » à certains, n’en vient-on pas à nier les droits de l’enfant lui-même ?

Nous renouvelons notre appel aux responsables politiques du pays, afin qu’un large débat ouvert et serein puisse avoir lieu sur ce sujet fondamental. Nous encourageons toutes les initiatives constructives de nos concitoyens en ce sens. Nous appelons les membres de nos communautés à apporter leur contribution à ce débat.

Besançon, le 17 octobre 2012

Mgr André Lacrampe, archevêque de Besançon
Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg
Mgr Vincent Jordy, évêque de Saint-Claude
Mgr Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié
Mgr François Maupu, évêque de Verdun
Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy
Mgr Pierre Raffin, évêque de Metz
Mgr Claude Schockert, évêque de Belfort-Montbéliard
Mgr Vincent Dollmann, évêque auxiliaire de Strasbourg
Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire de Strasbourg
 

 
L’ouverture au mariage et à l’adoption pour les personnes de même sexe fera l’objet d’un projet de loi présenté en octobre en Conseil des ministres puis débattu au printemps 2013. L’examen par les députés français de ce projet de loi, prévu pour la mi-décembre, pourrait être reporté à fin janvier. De nombreux évêques, réunis en provinces, se sont récemment exprimé pour demander une débat.

 

De nombreux évêques se sont aussi exprimés individuellement sur le « mariage pour tous ».

« Les catholiques posent des questions essentielles pour la vérité et pour l’avenir de notre société », par les évêques de la province de Rennes

1. Les catholiques, animés par l’Évangile, rejettent toute discrimination à l’égard des personnes homosexuelles ! L’Évangile de Dieu est une force de paix, de douceur et de liberté dans la vérité et l’amour, pour reconnaître l’égale dignité de chaque personne.

2. Mais le projet de loi sur le « mariage pour tous » suscite la réprobation d’un très grand nombre car, en voulant rendre égal ce qui de soi est différent, il nie une donnée fondamentale que la loi civile n’a pas inventée mais reconnue : la différence homme-femme est au cœur du mariage et de la filiation. La loi civile, qui ne doit pas se mêler de gérer les sentiments, a la mission de protéger cette donnée anthropologique reconnue par la sagesse de tant de cultures à travers les siècles.

3. Beaucoup de responsables religieux, d’intellectuels, de professionnels de la famille et d’associations familiales se sont exprimés dans ce sens. Avec eux, nous continuons de souhaiter un débat organisé et serein, car lui seul permet à la paix sociale de grandir, sans risque de divisions et de violences. Quel français serait contre un tel débat pour chercher les lois qui soient justes ?

4. Les catholiques de Bretagne qui, avec d’autres bretons, iront manifester le dimanche 13 janvier sont paisibles et non rétrogrades. Ils ont l’impression de ne pas avoir été entendus. Ils posent des questions essentielles pour la vérité et pour l’avenir de notre société, dans le respect de tous. Ils expriment leurs convictions, qui ne sont ni de droite ni de gauche, sur la spécificité du mariage et sur le respect primordial dû aux enfants et à leur filiation.

5. Comme chaque dimanche, les catholiques se réuniront pour prier Dieu, Lui qui s’est manifesté à Noël dans la petitesse d’un Enfant. Notre prière demande que les adultes soient éclairés et fortifiés dans leurs responsabilités, en raison de la confiance que mettent en eux les enfants.

le 11 janvier 2013

+ Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes
+ Mgr Alain Castet, évêque de Luçon
+ Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes
+ Mgr Emmanuel Delmas, évêque d’Angers
+ Mgr Jean-Paul James, évêque de Nantes
+ Mgr Yves Le Saux, évêque de Le Mans
+ Mgr Jean-Marie Le Vert, évêque de Quimper
+ Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc
+ Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval
+ Mgr Nicolas Souchu, évêque auxiliaire de Rennes

 

Sur le même thème

  • mariage_civil

    Le mariage pour tous ?

    L’ouverture au mariage et à l’adoption pour les personnes de même sexe a fait l’objet d’un projet de loi présenté en novembre en Conseil des ministres, débattu au printemps 2013 puis adopté. Ce dossier propose des éléments pour comprendre les enjeux d’un débat de société au sein duquel les catholiques se positionnent comme « éveilleurs des […]