Plaidoyers pour la vie

Mgr Thierry ScherrerRéflexion de Mgr Thierry Scherrer  et des membres de la Commission de Bioéthique du diocèse de Laval au sujet de la validation par la Cour européenne des droits de l’homme de l’arrêt des soins de Vincent Lambert.

Depuis que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a validé l’arrêt des soins de Vincent Lambert, ce patient accueilli à l’Hôpital Sébastopol de Reims dans un état de polyhandicap profond, de nombreuses personnalités ont souhaité faire connaître leurs réactions et leurs interrogations, parmi lesquels un certain nombre d’évêques de France.

     Tout récemment encore, la CEDH ayant rejeté la demande de révision de cet arrêt réclamée par les parents, une convocation leur a été adressée pour le 15 juillet par le CHU de Reims pour tenir un conseil de famille « en vue d’une décision d’arrêt des traitements ». Même si rien n’indique qu’une décision définitive sera prise à cette date, nous voudrions ici redire un certain nombre de convictions que tous peuvent partager :
– Chaque personne possède une égale dignité, quels que soient sa condition ou son état de santé. Cette reconnaissance est le fondement de notre lien social.
– L’alimentation et l’hydratation répondent aux besoins fondamentaux communs à tous les hommes, malades ou bien portants, et ne peuvent par conséquent être considérés comme de simples traitements.
– L’attention à celui qui est en situation de faiblesse est le principe de toute attitude éthique.

     Dans le cas présent, les chrétiens ne peuvent rester silencieux, tout en appelant au plus grand respect des personnes :
– Au respect de Vincent Lambert, qui ne doit pas devenir l’otage d’une cause ou d’une idéologie ;
– Au respect des proches de Vincent Lambert,, notamment son épouse et ses parents, qui cherchent de bonne foi à faire ce qu’ils jugent être le meilleur pour leur époux et fils ;
– Au respect du corps médical, dont le dévouement mérite notre confiance.

     Sur la base de cette attitude, nous voulons rappeler que
– L’interdit de tuer délibérément l’innocent, même par omission, est la marque de notre humanité. La loi elle-même se doit d’être au service de la vie.
– La vie humaine reste un don de Dieu, au service duquel se trouvent les médecins. La toute-puissance que nous donne la technologie doit reconnaître cette limite.
– Comme le Christ, l’Église n’est pas là pour condamner des personnes mais pour annoncer la miséricorde de Dieu. Seul Dieu juge les personnes, et seul il donne la vie et la reprend.

     Si la sentence portée à l’encontre de Vincent Lambert, était mise à exécution, nous ne pourrions pas ne pas nous interroger avec inquiétude sur le sort que pourraient subir les très nombreux patients qui se trouvent dans des situations comparables à la sienne. La vie est un bien éminemment précieux et l’attitude que la société adopte à son égard nous concerne tous. Ensemble, soyons d’inlassables plaidoyers en faveur de la vie !

Mgr Thierry Scherrer
et les membres de la Commission de Bioéthique du diocèse de Laval

Sur le même thème

  • pierre_d'ornellas

    Mgr Pierre d’Ornellas : « Vincent Lambert nous oblige à la réflexion »

    Une semaine après la publication de l’arrêt de la Cour européenne des Droits de l’Homme dans l’affaire Vincent Lambert, l’archevêque de Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas, chargé des questions bioéthiques pour les évêques de France, revient pour La Croix sur cette décision de justice qui provoque un très vif débat. Il décrit la tension entre deux […]

  • cour_européenne_droits_de_l'homme

    Regard du P. Saintôt sur le cas de M. Vincent Lambert

    Alors qu’à Strasbourg, la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) se prononce, ce 5 juin 2015, sur la conformité avec la Convention européenne des Droits de l’Homme avec la loi Leonetti, interprétée par le Conseil d’Etat, explications du P. Bruno Saintôt, s.j., responsable du département Ethique biomédicale du Centre Sèvres, Faculté jésuite de Paris. […]

  • Mgr Michel Aupetit, diocèse de Paris

    Regard de Mgr Aupetit sur le cas de M. Vincent Lambert

    Réflexion de Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, médecin et membre du Conseil Famille et Société, sur la décision du Conseil d’Etat d’arrêter le traitement de Vincent Lambert. Décision suspendue par la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH). M. Vincent Lambert est un homme de 38 ans victime d’un traumatisme crânien à la suite […]

  • 13 mars 2009: Le P. Brice de MALHERBE, du département de recherche "Ethique biomédicale" du Collège des Bernardins, lors du colloque "Les sciences de la vie sont-elles porteuses de leur propre éthique", Collège des Bernardins, Paris (75), France.

    Note sur le cas de Monsieur Vincent Lambert par le Père Brice de Malherbe

    Dans la très délicate affaire Vincent Lambert, le Père Brice de Malherbe, prêtre du diocèse de Paris et spécialiste des questions de bioéthique nous livre quelques éléments de réflexion. 1. Les faits Vincent Lambert, âgé de 38 ans, a été victime d’un traumatisme crânien suite à un accident sur la voie publique. Il est depuis […]

  • com_620-350

    Contre l’euthanasie possible de Vincent Lambert

    Dans un texte intitulé « Choisis la vie », Mgr Jordan, archevêque de Reims, et Mgr Feillet, évêque auxiliaire, réagissent à l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) au sujet de Vincent Lambert. Vincent Lambert, en état « pauci-relationnel », est accueilli à l’Hôpital Sébastopol de Reims. C’est pourquoi l’archevêque de Reims, Mgr Thierry Jordan, et […]