Contre l’euthanasie possible de Vincent Lambert

L'Ange au sourireDans un texte intitulé « Choisis la vie », Mgr Jordan, archevêque de Reims, et Mgr Feillet, évêque auxiliaire, réagissent à l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) au sujet de Vincent Lambert.

Vincent Lambert, en état « pauci-relationnel », est accueilli à l’Hôpital Sébastopol de Reims. C’est pourquoi l’archevêque de Reims, Mgr Thierry Jordan, et son auxiliaire, Mgr Bruno Feillet, mettent en garde contre l’arrêt des soins qui entraînerait sa mort.

En effet, le 5 juin, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a jugé conforme à la Convention européenne des Droits de l’Homme la décision du Conseil d’Etat autorisant l’arrêt de traitement.

Les évêques rappellent que « du point de vue éthique, les questions demeurent ». Ils soulignent que « la dignité d’une personne ne dépend pas de son utilité pour la société, de son autonomie, ni de la conscience qu’elle pourrait avoir éventuellement d’elle-même ».

Ils s’inquiètent ainsi du sort des 1500 personnes actuellement en état « pauci-relationnel » en France.

Sur le même thème

  • cour_européenne_droits_de_l'homme

    Regard du P. Saintôt sur le cas de M. Vincent Lambert

    Alors qu’à Strasbourg, la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) se prononce, ce 5 juin 2015, sur la conformité avec la Convention européenne des Droits de l’Homme avec la loi Leonetti, interprétée par le Conseil d’Etat, explications du P. Bruno Saintôt, s.j., responsable du département Ethique biomédicale du Centre Sèvres, Faculté jésuite de Paris. […]