Nouvel appel du Pape François pour les chrétiens d’Orient

Recevant les participants à l’Assemblée plénière de la Congrégation pour les Eglises orientales, le Pape François s’est adressé tout particulièrement aux Patriarches et Archevêques Majeurs des Eglises orientales. Avec eux, il a lancé un nouvel appel à la prière, la réconciliation et la paix, en faveur des chrétiens d’Orient.

Vatican II, a dit le Pape François, « a eu également le mérite de rappeler clairement que la tradition apostolique et patristique, patrimoine révélé par Dieu et partagé par l’Eglise universelle, se reflète dans la liturgie et la théologie, la spiritualité et la discipline des Eglises orientales ». Le chemin parcouru depuis le Concile a permis de favoriser « l’unité de tous les chrétiens, et des orientaux en particulier. L’Esprit les a guidées sur les rudes sentiers de l’histoire, alimentant leur fidélité au Christ, à l’Eglise universelle et au Successeur de Pierre. Elles l’ont souvent payé cher, jusqu’au martyr, et l’Eglise toute entière leur en est grée ». Au sein de celle-ci, a rappelé le Pape, il est légitime que des Eglises particulières « aient leurs traditions propres sans toucher au primat de Pierre, qui préside à la communion universelle de la charité, garantit la variété des légitimités et veille à ce qu’aucune n’entrave l’unité et que toutes la servent. Si cette variété légitime inspirée par l’Esprit n’est pas un obstacle à l’unité de l’Eglise, il faut redire avec les pères conciliaires qu’elle lui est nécessaire ».
 

Des Eglises en diaspora

Puis le Pape François a salué la renaissance des Eglises orientales dans les pays longtemps soumis au communisme. « Le dynamisme de celles qui découlent de la prédication de l’apôtre Thomas, la persévérance de celles qui vivent au Proche et Moyen-Orient, souvent comme de petits troupeaux et dans un contexte hostile ou conflictuel, parfois mêmes persécutées » sont exemplaires. La diaspora de toutes ces Eglises orientales s’est notablement accrue, et il faut tout faire pour faciliter la cure pastorale des communautés stablement transplantées de par le monde.

Parallèlement, « il convient de promouvoir la communion et la fraternité de ces communautés avec l’Eglise latine, ce qui portera à une nouvelle vitalité des organismes consultatifs existant entre les Eglises orientales, mais aussi entre chacune d’entre elles et le Saint-Siège. Ma pensée se tourne tout particulièrement à la terre où est né et a vécu, où est mort et ressuscité le Christ… Tout catholique doit être reconnaissant envers les Eglises qui y vivent, et apprendre d’elles le patient et délicat exercice quotidien de l’oecuménisme et d’un dialogue inter-religieux, parfois touchés par le découragement. Le cadre géographique, historique et culturel dans lequel elles se trouvent depuis des siècles en font des interlocuteurs naturels des autres confessions chrétiennes et des autres religions. La situation des chrétiens dans plusieurs régions du Proche et du Moyen-Orient est très préoccupante, due notamment aux lourdes conséquences de tensions et de conflits. Après la Terre Sainte, l’Irak, l’Egypte et la Syrie souffrent, et l’Evêque de Rome ne cessera de parler tant que la dignité de gens de toute religion sera offensée, tant que des hommes et des femmes seront privés du nécessaire, sans avenir, contraints à la fuite ou à l’exil ».
 

Un appel au respect des droits de tous

« Avec tous les pasteurs des Eglises orientales, a poursuivi le Pape François, je lance un appel au respect des droits de tous à vivre dans la dignité et à professer librement leur foi. Nous ne nous résignons pas à la perspective d’un Proche et Moyen-Orient sans chrétiens, de ces chrétiens qui depuis 2.000 ans confessent le nom de Jésus et qui sont à plein titre citoyens, libres de vivre leur religion et leurs traditions au sein des sociétés dont ils font partie. La souffrance des faibles et le silence des victimes imposent de se demander ce qui reste de la nuit ! Continuons donc à être des sentinelles, certains que le Seigneur nous aidera. Je m’adresse donc à l’Eglise toute entière que j’encourage à la prière afin que le coeur miséricordieux de Dieu nous obtienne la réconciliation et la paix. La prière désarme la folie et favorise le dialogue. Sincère et persévérant, le dialogue raffermira notre voix et lui permettra d’être entendue par les responsables politiques ».

Le Saint-Père a conclu en évoquant Jérusalem, « où nous sommes tous spirituellement nés. Puisse-t-elle être consolée afin de devenir vraiment prophétique en annonçant la convocation définitive de l’Orient et de l’Occident voulue par Dieu ».

Source : VIS du 21 novembre 2013

Sur le même thème

  • logo_cef_rvb_horizontal

    L’unité des chrétiens

    L’oecuménisme désigne l’effort des chrétiens pour parvenir à une unité institutionnelle entre les différentes Eglises et communautés qui le composent aujourd’hui. Ci-dessous sont présentées les instances officielles de l’œcuménisme pour l’Église catholique en France. L’Église catholique est membre du Conseil d’Églises chrétiennes en France depuis sa création en 1987. Pour en savoir plus Semaine de prière […]

  • syrie_damas_église

    Prier pour la paix en Syrie

    Le Pape François a appelé à vivre une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde, samedi 7 septembre 2013. De 19h à minuit, il a présidé une veillée place Saint-Pierre, à Rome.