Zoom sur trois délégations au rassemblement des Eglises diocésaines

2600 personnes – soit 93 délégations – ont participé au rassemblement des Églises diocésaines, à l’invitation des évêques de France, à Lourdes, les 24 et 25 mars 2012. Zoom sur les délégations du Mans, des Armées françaises et de Saint-Etienne.
 

Le Mans, une petite délégation qui fait « signe »

Pour les 21 personnes de la délégation du Mans, arrivée la veille pour une journée avec la province de l’Ouest marquée notamment par une intervention de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, le concile Vatican II n’est pas tout à fait inconnu. Trois colloques ont déjà été organisés, avec pour thème chacune des constitutions qui structurent le rassemblement : Lumen Gentium, Dei Verbum et Gaudium et Spes. Certains délégués sont rattachés à des services diocésains – catéchèse, pastorale liturgique et sacramentelle, catéchèse, pastorale des jeunes, aumônerie de l’enseignement public – d’autres suivent une formation de trois ans destinée aux laïcs. Bien qu’ils se connaissent presque tous, un des enjeux de la rencontre nationale aura été de mieux faire connaissance entre eux, de « vivre un temps d’Eglise » et « un renouvellement personnel ». Et après ? « Notre foi, notre mission se déploient en intériorisant » temporise un participant.
 

La génération Jean-Paul II avec les Armées françaises

Les 28 délégués du diocèse aux Armées françaises sont clairs : cette Eglise particulière est comme un « diocèse-territoire ». Aumôniers, prêtres de diverses sensibilités, laïcs, diacres, néophytes composent la délégation âgée de 27 à 65 ans. Pour un des aumôniers, une telle assemblée autour de son évêque n’aurait pas été possible sans le concile Vatican II.
Aujourd’hui, celui-ci résonne comme une invitation au « renouveau de l’Eglise ». Il inaugure « une nouvelle ère dans la continuité ». On en retient « l’unité des baptisés », « la participation des laïcs », la « vocation universelle à la sainteté », appel qui peut toucher des jeunes. Un prêtre rend grâce d’être à Lourdes où Marie fut l’éducatrice de Bernadette pour ce rassemblement qui « tire vers le haut ». Les projections vidéo sur l’histoire du Concile ont fait prendre conscience du contexte. Mgr Luc Ravel, évêque aux Armées, parle du Concile « comme basculement » et s’interroge : « Faut-il revenir à l’histoire du Concile pour lui-même ? Ou repartir d’aujourd’hui ? » Ce Concile, mis en oeuvre par le Bienheureux Jean-Paul II, renvoie à ses paroles : « Contemple le Christ » et « Aime ton Eglise » conclut une femme aumônier.
 

50 délégués de Saint-Etienne pour les 50 ans du Concile

Et la moitié de moins de 50 ans ! A partir des trois ou quatre noms proposés par les 30 paroisses du diocèse, Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne, a constitué une délégation équilibrée (parité homme/femme, laïcs/clercs…) Certains représentants appartiennent à des associations et mouvements d’Eglise : Secours catholique, Chrétiens en Monde Rural, Action Catholique Ouvrière… Les 8 heures de bus avaient été l’occasion d’un quizz sur le concile Vatican II. Temps d’enseignement et repas ont eu lieu avec l’évêque qui connaît bien certains membres pour avoir été avec eux aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid l’été 2011. Au pique-nique de clôture du rassemblement, le foulard vert autour du cou, il était en grande discussion pour continuer à « identifier des ressources » potentielles pour le diocèse. Mais, assure-t-il, ce rassemblement était avant tout « un temps de prière », étape vers une célébration diocésaine en octobre prochain.
 

Sur le même thème

  • Dossier Anniversaire de Vatican II

    Anniversaire de Vatican II

    Le 11 octobre 1962 s’ouvrait le concile Vatican II qui a transformé le visage de l’Église et modifié ses relations avec le monde et avec les autres religions. Cinquante ans après, la mise en œuvre des textes du Concile est toujours d’actualité.