Parler de la Création après Laudato Si’

Parler Création après LSLe 26 février 2020 paraît, aux éditions Bayard, l’ouvrage « Parler de la Création après Laudato Si' », sous la direction d’Elena Lasida, avec François Euvé, Alfred Marx, André Talbot et Antoine Arjakovsky.

Elena Lasida est l’auteur du Goût de l’Autre paru chez Albin Michel, chargée de mission Ecologie et société à la Conférence des évêques de France et professeur d’économie à l’Institut catholique de Paris, où elle enseigne le développement durable et l’économie solidaire.

Un nouveau regard sur la Création après Laudato Si’

L’encyclique Laudato Si’ du pape François, rendue publique en juin 2015, l’année même des « Objectifs du développement durable » de l’ONU et de la COP21, invite à une véritable conversion écologique.
Parler de l’écologie en termes de conversion cela implique de ne plus la considérer seulement comme un discours sur l’état du monde, mais comme une pratique qui vise une transformation de nos modes de vie. Il ne s’agit plus de réparer mais de créer un nouveau rapport au monde et aux autres. Les grands récits de la Création peuvent être inscrits dans ce courant. Avec cette nouvelle lecture de la place de l’homme dans la nature, comme du sens de l’acte créateur, l’écologie intégrale peut être vécue pleinement,intérieurement et spirituellement.
Cet ouvrage donne les clés de cette relecture chrétienne en alliant les regards catholiques, protestants et orthodoxes.

Préface

Beaucoup, depuis la publication de l’encyclique Laudato si’ du pape François, ont essayé de poursuivre et d’approfondir ce qu’il en est de l’écologie intégrale.
Un des aspects de ce grand texte est de nous rappeler que puisque « tout est lié », cette nature que nous contemplons et qui nous émerveille tant est avant tout le fruit d’une Création, d’un acte original à l’initiative libre et exclusive de Dieu.
À la demande de mon prédécesseur à la présidence du Conseil Famille et société de la Conférence de évêques de France, Mgr Jean-Luc Brunin, un groupe oecuménique de théologiens et de philosophes de tradition catholique, protestante et orthodoxe ont été sollicités pour partager leurs réflexions sur cette Création dont nous faisons tous partie. Il n’y a pas de planète B, ni pour les écologues, ni pour les penseurs. Il est donc bien légitime que nous nous écoutions les uns les autres sur ce sujet majeur. Les contributions sont rédigées à destination du grand public, pas forcément habitué à regarder la question écologique sous l’angle de la Création. Il pourra néanmoins arriver que les propos nous obligent à quelque effort, ce qui, somme toute, est bien ce que l’on attend aussi d’une pensée sur l’oeuvre de Dieu. Enfin, un regard sur le plan de l’ouvrage nous permettra d’accéder à la réflexion qui a présidé à sa conception.
Nous pourrions dire qu’il s’attache à trois domaines de la théologie de la Création : l’acte originel de la création qui n’appartient qu’à Dieu. La création continuée où Dieu maintient dans l’être cette création et y apporte son salut mais aussi où l’homme est appelé à être collaborateur de son Créateur. La création renouvelée où, au dernier jour, Celui qui siège sur le trône fera toutes choses nouvelles (Ap 21,5). Évidemment les frontières entre ces trois domaines ne sont pas étanches. Si les portes d’entrée sont distinctes, comme tout est lié, on retrouvera naturellement des échos d’une perspective globale dans nombre de textes ici rassemblés. Que soient donc remerciés ici ceux qui ont été à l’origine de cet ouvrage et les contributeurs qui nous permettent de mieux penser la Création.

+ Bruno Feillet
Président du Conseil Famille et société
de la Conférence des évêques de France,
évêque auxiliaire de Reims.