Figure de sainteté du diocèse de Moulins : Louis-Thérèse de Montaignac

Focus diocèse bannière Moulins

Louise-Thérèse de Montaignac, que sa haute naissance n’a pas empêché de servir les laissés pour compte de l’industrialisation naissante. La sœur Christine Lefranc, oblate du Cœur de Jésus, dresse son portrait.

 

Un pont entre les usines et l’Évangile

Louise_Thérèse_de_MontaignacLouise-Thérèse de Montaignac de Chauvance est née le 14 mai 1820 au Havre dans une famille catholique originaire du Bourbonnais où ils reviennent en 1848. De ses « saints parents », comme elle les appelait, elle a reçu la pratique de la foi et un esprit d’ouverture à tous. La jeune fille a été élevée par sa tante à Nevers dans la spiritualité du cœur de Jésus. En septembre 1843, elle prononce le vœu au Sacré-Coeur, don radical de sa personne en réponse d’amour à l’amour premier de Dieu. Lorsqu’elle revient à Montluçon en 1848, elle est saisie par la misère spirituelle et la rudesse des conditions de travail dans les toutes nouvelles industries. Les ouvriers, dont le travail dans les champs était auparavant rythmé par les cloches, perdaient soudain tous leurs repères sociaux et liturgiques. Sur une intuition de sa tante, Louise-Thérèse décide de réunir des femmes du milieu bourgeois afin de prier pour les conditions de travail en usine. De ces réunions de prière naît très vite la prise de conscience que les valeurs évangéliques peuvent pénétrer dans le tissu ouvrier au moyen de la dévotion au Cœur Sacré de Jésus. En redisant aux classes ouvrières montluçonnaises l’amour de Dieu pour eux, Louise-Thérèse et ses oblates ont fait le pont entre le monde ouvrier et l’Évangile. 

Leurs premières œuvres ont été de remonter des lieux de présence d’église là où la Révolution les avait détruits. Devant l’état de délabrement des églises, notamment Notre-Dame de Montluçon, Louise-Thérèse de Montaignac mobilise femmes et hommes de la haute société pour en refaire des lieux dignes d’accueillir le Seigneur. Une cinquantaine d’églises seront ainsi prises en charge.

 

Promouvoir la personne humaine

La bienheureuse a ensuite entrepris de promouvoir les gens pour qu’ils puissent librement choisir d’aimer Jésus. Elle s’est d’abord penchée sur le sort des orphelines, ces jeunes filles vouées à être au service toute leur vie. Son intuition un peu novatrice a été de les catéchiser et de leur donner une formation suffisante pour qu’elles puissent faire un mariage aussi honorable que les autres jeunes filles. La promotion de la dignité de la femme avant l’heure…

Louise-Thérèse a également créé les Écoles de Samuel pour permettre aux petits garçons de condition modeste d’acquérir les bases suffisantes pour rentrer au séminaire s’ils y avaient été appelés. 

La naissance de l’institut

Accompagnée par les femmes qui la suivaient depuis quelques années, elle fonde en 1874 l’Institut des Oblates du Cœur de Jésus qui a toujours le même visage aujourd’hui : des religieuses qui éprouvent le désir d’une consécration radicale par vœux et vivent en communauté, d’autres séculières qui prononcent aussi des vœux mais restent en plein monde et des affiliés qui font la même consécration au cœur de Jésus (Oblation) sans émettre de vœux. Au cœur de ce maillage, les maisons des religieuses sont des lieux de ressourcement spirituel pour toutes celles qui sont « en plein vent ». 

Louise-Thérèse a beaucoup œuvré au rayonnement de l’adoration du Cœur de Jésus à Montluçon et dans tout le diocèse. Ses contacts avec le monde entier ont fait que deux ans seulement après son décès en 1885, des maisons se sont ouvertes très rapidement dans le monde, au Portugal, au Salvador, en Pologne. 

Elle a été béatifiée en juin 1990 par le pape saint Jean-Paul II, qui a dit à son sujet : « Louise-Thérèse n’est pas une femme du passé mais de l’avenir évangélique. » Elle est pour l’Église catholique le « modèle d’une foi profondément vécue et agissante ».

 

Entretien avec sœur Christine Lefranc, responsable de la communauté des oblates du Cœur de Jésus de Souvigny

Sœur Christine, en quoi la figure de la bienheureuse Louise-Thérèse nourrit-elle votre mission ? 

Sr. Christine (à droite) et les trois autres sœurs de la Communautés des Oblates du Cœur de Jésus de Souvigny

Sr. Christine (à droite) et les trois autres sœurs de la Communautés des Oblates du Cœur de Jésus de Souvigny

La spiritualité de Cœur est pour moi l’Amour de Jésus révélé au monde. Nous sommes restées ce que nous étions au temps de Louise-Thérèse qui disait : « Nous ne sommes ni catéchistes ni enseignantes ni hospitalières, nous le deviendrons s’il plaît à Dieu, nous irons partout où la Gloire de Dieu nous appelle », c’est-à-dire sans barrières de profession ou de classe, pour pouvoir aller partout. J’ai d’ailleurs vécu en Afrique plusieurs années. 

L’unité, c’est vraiment le message qu’elle nous a laissé, puisque aujourd’hui notre profession de foi est d’être au cœur du monde, témoins de l’amour du Cœur de Jésus-Christ, ferments d’unité. Un charisme qui n’est pas totalement incongru dans le Sanctuaire de la Paix de Souvigny dans lequel ma communauté constituée de quatre sœurs s’est installée.  

1820-2020, bi-centenaire de la naissance de cette sainte. Comment sera célébrée cette date importante pour le diocèse

Elle est fêtée dans le diocèse le 27 juin, jour anniversaire de son décès. Nous espérons que son procès en canonisation sera réactivé à cette occasion, c’est un souhait très fort des sœurs Oblates du Cœur de Jésus venues d’ailleurs, afin que la dévotion à la bienheureuse Louise-Thérèse devienne universelle. 

Prière testament de Louise-Thérèse

O Jésus,
Vie éternelle dans le sein du Père
Vie des âmes faites à votre ressemblance
Au nom de votre Amour,
Faites connaître,
Révélez votre Coeur.

Sur le même thème

  • à la découverte des diocèses de france

    A la découverte des diocèses de France

    Tous les mois, nous vous invitons à découvrir un diocèse à travers un portrait de son évêque et des membres de la communauté catholique qui l’animent et le font vivre. Quelles sont les priorités pastorales développées ici ou là ? Quelles sont les dates-clés, les figures de saints ou les hauts-lieux spirituels qui ont marqué son […]