Une parole spécifique de l’Eglise catholique sur l’écologie et l’environnement

Mgr Marc Stenger largeur

En novembre 2009, les évêques ont décidé, en assemblée plénière, de la création d’un groupe de travail sur « Ecologie et environnement ». Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, président de Pax Christi France, en a été élu président.
Le groupe de travail est composé de Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque d’Albi, Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy et Toul, Mgr Gilbert Louis, évêque de Chalons en Champagne, Mgr Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux et Lisieux, Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, Mgr Pascal Wintzer, évêque auxiliaire de Poitiers.
Mgr Marc Stenger est intervenu devant les évêques, jeudi 25 mars, pour un premier point d’avancement suivi d’un temps d’échanges entre les évêques. Interview.
Quel était le sens de votre intervention auprès des évêques ?

A travers un vote très large en novembre dernier, les évêques ont signifié l’importance de ce sujet pour eux. Le groupe de travail, constitué dans la foulée de la dernière assemblée, a souhaité partager avec les évêques ses premiers constats et travailler ensemble sur l’enjeu principal : quel message original et spécifique l’Eglise catholique peut-elle avoir sur ces questions qui traversent toute la société et donnent lieu à toutes sortes de prises de parole.

Quel est ce constat ?

Nous avons tout d’abord été frappés par le sentiment assez largement partagé que l’Eglise catholique n’a jamais rien dit sur le respect de l’environnement. Or nous sommes bien loin du niveau zéro en termes d’implication et de prises de paroles. Les papes Jean-Paul II et Benoît XVI ont eu des paroles fortes de l’Eglise catholique sur le respect de la création. L’Encyclique Caritas in Veritate consacre une partie importante à ce thème. La question est traitée de façon très explicite dans différents mouvements et instances de l’Eglise en France : le Conseil Famille et société, Justice et Paix, Pax Christi… Dans de nombreux diocèses, des groupes sont activement engagés sur le sujet.

Quelle peut-être l’action de l’Eglise face à ce constat ?

L’Eglise a en premier lieu une parole à donner : elle doit se fonder sur la motivation des hommes et non la culpabilisation. Elle se doit aussi de rappeler la beauté de la création et la responsabilité de l’homme vis-à-vis d’elle.
C’est une parole qui fonde des attitudes et des choix nécessaires pour ouvrir la perspective d’un développement durable. Elle invite ainsi à des initiatives concrètes.
L’Eglise peut ainsi apporter un éclairage spirituel et théologique à des modes de vie.
Elle peut et doit aussi souligner les implications sociales du problème : quelles sont, par exemple, les conséquences de l’hyperconsommation sur les pays du Sud ?

Comment les évêques envisagent-ils d’avancer sur le sujet ?

Nous avons proposé de travailler en trois temps : le groupe de travail se mettra tout d’abord à l’écoute des questionnements en rencontrant des experts, des scientifiques… Dans un second temps, et riches de ces questions, nous passerons en revue nos fondamentaux. Nous avons une théologie de la création, une anthropologie chrétienne qui nous donnent des outils pour éclairer et fonder nos pratiques. Enfin, nous nous orienterons vers des débouchés concrets à travers le développement d’instruments de travail, d’une sensibilisation de nos communautés, de la promotion d’initiatives inscrites dans l’expression d’une parole d’Eglise.

 

 

Sur le même thème

  • Écologie intégrale

    Nos sociétés sont aujourd’hui confrontées au défi majeur d’imaginer et de mettre en place un développement durable et viable pour les générations présentes et futures. Ce défi appelle une transition radicale au niveau écologique et au niveau sociétal. Les Chrétiens se sentent directement concernés par ce défi et veulent participer à ce grand débat de […]

  • Encyclique Caritas in Veritate

    Caritas in Veritate, 3ème encyclique du pape Benoît XVI, a été signée le 29 juin 2009, en la fête de Saint Pierre et Saint Paul. Publiée le 7 juillet, elle reprend les sujets sociaux de Populorum Progressio (écrite par Paul VI en 1967). Elle présente certains aspects du développement durable dans le respect de la […]

maison-de-la-conference-des-eveque-de-franceMaison de la Conférence des évêques de France
58 avenue de Breteuil,
75007 Paris,
tél : 01 72 36 68 00.

Coordonnées des Services nationaux de la Conférence des évêques de France.