Homélie du dimanche 25 mars

Dimanche 25 mars 2018
dimanche des Rameaux et de la Passion du Christ

Références bibliques :

La bénédiction des Rameaux :  
Evangile selon saint Marc : 11. 1 à 10 : » : “Ceux qui marchaient devant et ceux qui le suivaient.” 

Liturgie de la Parole : 
Livre d’Isaïe : 50. 4 à 7 : “Je sais que je ne serai pas confondu.”
Psaume 21: “Tu m’as répondu. Je proclame ton nom devant mes frères.”
Lettre de saint Paul aux Philippiens : 2. 6 à 11 : “Jésus-Christ est le Seigneur pour la gloire de Dieu le Père.”
Passion selon saint Marc : 14. 1 à 15. 47 :” Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »

********

Ce ne sont que quelques suggestions plutôt que de commenter longuement ce mystère de la Passion qui, durant une semaine, va marquer la liturgie quotidienne jusqu’au jour de joie de la Résurrection de notre Sauveur et Seigneur Dieu, Jésus-Christ. Chacune de ces suggestions est déjà, à elle seule, une homélie ou un temps de méditation.

L’ENTREE DANS JERUSALEM

Jésus la veut toute simple, tout en lui donnant toute sa signification messianique. Par contre, la foule de Jérusalem, celle qui vient de Galilée et de plus loin sans doute pour la fête de la Pâque, se réjouit avec exubérance. C’est bien une entrée messianique qui reprend les paroles du psaume qu’avaient entonné les anges dans la nuit de la Nativité :”Gloire à Dieu dans les cieux et paix sur terre aux hommes de bonne volonté.” (Luc 2. 14)

Marc ne parle pas des pharisiens qui critiquent l’enthousiasme de la foule et que Jésus, lui, accepte parce qu’il vient du coeur,  même s’il est éphémère. « Ces gens participent pleinement à la fête : »Ils étendirent leurs manteaux sur le chemin. »

UN LANGAGE D’HOMME

Le passage d’Isaïe est le résumé de toute mission : écouter pour s’instruire, s’instruire pour annoncer :” La Parole me réveille pour que j’écoute, comme celui qui se laisse instruire … Il m’a donné un langage d’homme afin que je sache à mon tour réconforter celui qui n’en peut plus.”

C’est facile à dire, « Je ne suis pas atteint par les outrages. » Ce n’est facile à vivre ni pour le Christ ni pour nous-mêmes. Des oppositions parfois douloureuses arrêtent notre élan. Et pourtant je dois ne pas cesser d’écouter Dieu et les hommes, de m’instruire par Dieu et par les hommes, d’annoncer Dieu aux hommes mes frères.

IL N’A PAS REVENDIQUE

Puisqu’il était devenu « semblable aux homme et reconnu comme tel dans son comportement », Jésus  en accepte toute la réalité. Celle d’être traité par le vie, les événements et les hommes,  comme tout homme est bousculé et meurtri. Celle de subir la souffrance inhérente à la condition humaine qui est une créature limitée dans le temps, limitée dans son bonheur.

Assumant toute l’humanité, “obéissant jusqu’à la mort”, sauf le péché, il en assume aussi toute la gloire qui est de rejoindre Dieu. Et comme il est de la condition même de Dieu, il partage toute la gloire de l’homme et toute la gloire de Dieu.

AU DEPART DU CHEMIN DE CROIX

Pour la lecture de la Passion selon saint Luc (année A), l’Eglise place l’Eucharistie du Jeudi-Saint comme point de départ de ce chemin de croix, et non pas le jardin des Oliviers. Cette année avec Marc (année B) elle commence avec l’onction de Béthanie où une femme verse un parfum coûteux sur la tête de Jésus.

Les bonnes âmes sont scandalisée : et les pauvres sont-ils oubliés par Jésus ? On lui reproche presque de s’être laissé faire et d’avoir accepté ce geste sans même faire une remarque. Il donne sa réponse : c’est aussi à vous aussi de les prendre en charge et puis cette femme fait tout ce qu’elle pouvait faire, il faut la prendre comme elle est.

GETHSEMANI

“Je suis venu pour faire Ta volonté” lui fait dire la lettre aux Hébreux (Héb. 10. 9 et 10) reprenant les paroles des psaumes. Mais elle poursuit et nous inclut dans  cette offrande du Christ :”C’est dans cette volonté, c’est dans cette offrande de tout l’être humain de Jésus, que nous avons été sauvés définitivement.”

Si ce calice pouvait s’éloigner … Il y a des moments où nos pas dérapent, où nos mains nues lâchent prise, s’écartent ou se referment. Il y a des moments où nos cœurs s’affolent dans les remous d’une vie qui a perdu son sens et des moments où notre esprit s’égare et divague désorienté, quand l’amour se désagrège. Le Christ connaît cela à Gethsémani.

Quand il rejoint ses apôtres, il ne peut que constater sa propre solitude :”Pourquoi dormez-vous ? ” C’est à Pierre qu’il s’adresse, à celui qui devait affermir la foi des apôtres : »Tu n’as pas eu la force de veiller une heure avec moi. »

Mais cette solitude ne l’enferme pas sur lui-même. Elle le conduit à une offrande universelle. “Afin que toute langue proclame”, écrit saint Paul aux Philippiens. Parce que vivre est plus fort, je dois sortir de moi et du filet qui m’enserre. Je dois jaillir hors de mes nuits et me tendre vers Dieu pour retrouver, malgré tout, sa lumière.

C’EST TOI QUI LE DIS

Quand les chefs juifs interrogent Jésus, il les renvoie à leur propre responsabilité et à leur propre décision :”Si je vous le dis, vous ne me croirez pas. Si j’interroge, vous ne me répondrez pas.”  Il oblige Caïphe à poser lui-même l’affirmation sans qu’il puisse se dérober : “Tu es donc le Fils de Dieu ?” – Jésus n’a qu’à souligner “C’est toi qui le dis”.

Saint Jean fait remarquer que c’est en tant que grand prêtre de l’année qu’il prononce cette affirmation. Selon la loi, une déclaration solennelle du grand-prêtre en exercice donnait valeur décisive à une affirmation religieuse.

Avec Pilate, nous quittons le registre religieux du « Fils de Dieu », pour nous situer dans celui de la politique :”Es-tu le roi des Juifs ?” Mais Jésus reprend la même attitude et le même comportement :” C’est toi qui le dis.” Les deux gouvernants de la région vont s’entendre : Pilate le gouverneur romain de la Judée et Hérode le roi de Galilée.

A l’inverse, c’est lui qui nous  demande de répondre à la même question, celle-là même qu’il a posée à ses disciples : « Et pour vous qui suis-je ? »

LE RENIEMENT

Au Jardin des Oliviers, Pierre s’était  cru fort avec son épée, avec ses propres forces et dans l’enthousiasme de son adhésion au Christ qu’il croyait totale. Il a même fait plus que les autres qui s’étaient enfuis. Il a suivi Jésus avec saint Jean.

Mais voilà que chez Caïphe, il se retrouve lui-même avec lui-même :“Je ne le connais pas, je ne comprends pas ce que tu veux dire.” Il sait très bien ce que veut dire son interlocuteur.

Et c’est un coq, petite bestiole qui ignore le rôle qu’il tient à ce moment, qui retourne Pierre vers Jésus, ce Pierre qui pendant plus d’une heure était resté avec son premier reniement et sa peur. Dans notre vie, ce sont parfois des petites choses qui sont le signe de Dieu, un rappel de ce qu’il nous a dit.

Le maître n’était plus là pour lui tendre la main comme au jour où il s’enfonçait dans la tempête en marchant sur le lac. Et voilà que le Christ se rappelle à lui, quand il passe, se retourne et pose son regard sur lui, non pas un regard furtif, mais « posé ». “Pierre se souvient la parole que Jésus lui avait dite.

Laissons le Christ poser son regard sur nous, dans l’authenticité de son amour miséricordieux qui dépasse toutes nos faiblesses.

IL N’A PAS REVENDIQUE

Désormais, Jésus assume son identité avec tant et tant d’hommes rejetés et méprisés. Il est livré au bon plaisir de ses ennemis, mis en marchandage avec un assassin, chargé de la croix douloureuse et infamante de l’esclave, homme humilié au point de n’être plus respecté, homme au corps dégradé, titubant, écrasé et sans force pour porter cette croix.

Il ne revendique rien pour lui, ni devant la brutalité des gardes, ni devant les pleureuses aux larmes inutiles, ni même devant Simon de Cyrène contraint de partager, sans en savoir le sens, ce portement de croix, ni envers ceux qui ricanent, ni en réponse aux soldats qui lui tendent l’éponge vinaigrée. D’ailleurs pourraient-ils comprendre ? Trois années de prédications, de miracles et de proximité avec les malades et les pauvres ne leur ont pas fait découvrir la personnalité de ce Jésus.

Comme à Gethsémani, il est seul avec son Père et ne revendique qu’une chose : que soit accordé le pardon à tous ceux qui l’entourent parce qu’il vient l’apporter à tous les hommes  :”Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.”

UN DIALOGUE INATTENDU

Au pied de la croix, où se retrouvent Marie et Jean et plus loin quelques femmes, le soldat romain semble être compatissant en donnant à Jésus un peu de boisson calmante. En fait, il accomplit ce geste peut-être par moquerie, peut-être pour savoir la vérité. En prolongeant le supplice il pourra constater si Elie va venir.

A côté de Jésus, ils sont deux, crucifiés dans la même honte, dans la même souffrance. Il entend leur dialogue où l’un d’eux ricane et l’autre reconnaît sa faute : “Nous avons ce que nous méritons”, comme nous le disons au seuil de chaque Eucharistie :” Je reconnais devant mes frères que j’ai péché.” – “Souviens-toi de moi… “ dit le bon larron;  et nous, nous demandons à nos frères “de prier pour moi, le Seigneur notre Dieu.”

La réponse de Jésus est immédiate :“Tu seras avec moi dans le Paradis.” Dans un moment où les mots sont difficiles à dire parce qu’il est brisé lui aussi par la torture, le bon larron avait proclamé à sa manière que Jésus était le Seigneur. “Afin que toute langue proclame que Jésus-Christ est le Seigneur”, dit saint Paul dans la lettre aux Philippiens.

OBSCURITE ET DECHIRURE

“Le voile du Temple se déchira totalement”. Le Royaume est totalement ouvert. Ce n’est pas une étape dans l’Alliance que Jésus accomplit. C’est pleinement la Nouvelle Alliance en son sang.

Le Christ a remis son esprit entre les mains de son Père. Les personnes présentes ignorent l’extraordinaire moment qu’elles viennent de vivre, car, hormis Marie et Jean, qui peut penser que ce condamné est l’acteur de la Résurrection, la sienne et la nôtre, qui est la mesure de l’infini de Dieu en réponse à tant d’amour.

Le centurion rend gloire à Dieu. Marie reçoit le corps inanimé. Joseph d’Arimathie décide de lui-même d’aller trouver Pilate et ensevelit le corps de celui dont il est le disciple. Les saintes femmes s’en retournent chez elles préparer les aromates pour le lendemain de la Pâque. Les lumières de ce sabbat de Pâque commencent à briller. Mais pour les amis de Jésus, c’est encore l’obscurité.

La gloire de Dieu sera lumière au matin de la Résurrection quand la pierre du tombeau  s’écarte comme s’est déchiré le voile du Temple.

Au soir de la résurrection, il viendra parmi eux, partager le pain sur la route d’Emmaüs, partager un morceau de poisson grillé (Luc 24. 42). Il leur avait dit au soir du Jeudi-Saint :” J’ai ardemment désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir. Jamais plus je ne la mangerai jusqu’à ce qu’elle soit pleinement réalisée dans le Royaume de Dieu.” Le Royaume est commencé.

***

“Tu nous as fortifiés, Seigneur, dans cette communion à tes saints mystères. Et nous Te supplions encore. Toi qui nous as donné, dans la mort de ton Fils, l’espérance des biens auxquels nous croyons, donne-nous dans sa résurrection glorieuse, de parvenir au Royaume que nous attendons.” (Prière après la communion)

Père Jacques Fournier
En proposant diverses lignes de réflexion, ces textes veulent être une réserve de "matériaux" , de "suggestions", pour permettre à chacun , selon le "charisme", une ou plusieurs méditations. Leur auteur a sa vie spirituelle. Chacune et chacun des lecteurs a la sienne selon la grâce de Dieu. Ces textes peuvent également servir à préparer les homélies des dimanches et fêtes à venir, chaque paragraphe formant un tout en soi.
messe du dimanche
clefsliturg

Liturgie

NOTRE PERE (1)

Rencontrer Jésus

rencontrer jésus

Messes info

messes.info

Catéchèse & catéchuménat

logo du site catechese.catholique.fr