“Kaléidoscope, un jalon pour fédérer les jeunes autour de la vidéo”: témoignage de l’aumônerie d’Asnières

Aumonerie Asnieres au Frat

Les 23 et 24 octobre 2009, des membres de l’aumônerie de l’enseignement public d’Asnières (92), responsables et jeunes, assisteront à Kaléidoscope, le premier festival chrétien du film court francophone. Leur objectif : profiter du festival pour fédérer les jeunes autour d’un projet de réalisation d’un court-métrage au sein de l’aumônerie en 2010.
A l’origine, Aude Chouleur, responsable lycée de l’aumônerie de l’enseignement public (AEP) à Asnières, souhaitait réunir des jeunes d’horizons très variés afin de les fédérer sur un projet de première annonce : « Il y a deux ans, alors que j’étais encore étudiante à l’Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique (ISPC), nous avions projeté avec Joseph, prêtre vietnamien et Robert, prêtre béninois, d’organiser un match de football pour réunir ces jeunes… mais ce sport avait l’inconvénient d’être exclusivement masculin ! Quand j’ai eu vent de l’existence de Kaléidoscope, j’ai compris que le festival pouvait nous permettre de réaliser notre projet à travers la réalisation d’un court-métrage ».

 

Conjuguer des états d’esprit différents

L’un des prêtres accompagnateurs des jeunes à l’AEP d’Asnières, P. Jean-Emmanuel Gouze, se félicite de ce projet : « Asnières est une ville extrêmement différenciée socialement et spirituellement. Ce projet s’inscrit dans la mission de l’aumônerie qui est de rassembler les gens et de conjuguer des états d’esprit différents : que donnera par exemple la rencontre entre ceux qui sont encore en quête de sens et d’autres qui sont déjà en louange ? ».
Très concrètement, l’aumônerie projette la réalisation d’un film court pendant l’année scolaire 2009-2010, avec trois équipes différentes pour le même projet. Chaque équipe comprendra deux jeunes de l’aumônerie et deux autres pas forcément croyants ni pratiquants. Ils seront issus des différentes paroisses de la ville. L’équipe de l’aumônerie prévoit de faire appel à des professionnels, réalisateurs ou journalistes, pour les suivre et les conseiller.
 

La participation à Kaléidoscope : un jalon important pour le projet de vidéo réalisée par les jeunes

Pour Lilian, qui, avec Roland, forme l’équipe des jeunes réalisateurs du projet et accompagnera l’équipe à Poitiers en octobre, le choix du film n’a rien d’anodin : « Notre monde est très impacté par la télévision et le cinéma, c’est donc une autre forme possible pour interpeller les gens et les évangéliser ». A cela, le Père Gouze ajoute : « Une évangélisation certes, mais aussi et surtout notre propre conversion ! Mener un projet de court-métrage, puis en tirer un bilan, est à la portée de tout le monde. Pas besoin d’être chrétien pour cela. Notre lecture sera pastorale et chrétienne : dans toutes les facettes de l’expérience que nous allons avoir ensemble, où sera le Christ ? Nous ne voulons pas réaliser un projet d’entreprise mais marcher ensemble accompagnés de la parole de Dieu, sans rien préjuger des fruits qui pourront en découler. »
La participation comme spectateurs au festival Kaléidoscope sera un jalon important du projet et de son avancée. « Cela est bon pour nous de voir le travail d’autres réalisateurs, professionnels ou non, afin de suivre ensuite ce chemin avec les jeunes. »

Enfin, ce travail sur la vidéo présente également un autre intérêt pour le Père Gouze : « L’enjeu est de faire un film, pas une image statique. Or l’image de Dieu est justement une image vivante, qui nous invente et fait que nous sommes en perpétuel devenir ! »