Cardinal Vingt-Trois : « L’écart se creuse entre l’action et le discours politiques »

S. Ém. le Cardinal André Vingt-TroisLors de la messe de rentrée, le 30 septembre 2014, en la basilique Sainte-Clotilde (Paris 7e), le cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris, a alerté responsables politiques et parlementaires sur l’avenir des chrétiens d’Orient et sur des questions de société – médias, migrations, famille.

Le cri de Job vers Dieu (Job 3, 1-3) a servi d’accroche au cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, pour évoquer auprès des responsables politiques et des parlementaires celles et ceux « qui n’ont plus de visibilité sur leur avenir ni de sécurité dans leur présent ».

Il a ainsi évoqué le sort des chrétiens d’Orient dont les persécutions nous obligent « à nous interroger sur la manière dont notre vie publique reconnaît la réalité des communautés religieuses et développe des moyens éducatifs pour aider des jeunes à réagir devant certains messages fanatiques ».

Epinglant les travers de la vie politique, il a affirmé que « l’homme de bon sens sait que l’invective et l’exagération verbales sont le signe de l’incapacité à faire avancer des actions qui changent le réel ». Partageant sa réflexion sur la dualité entre personne privée et personnage public, il a mis en garde : « Il n’y a pas de moralité à deux vitesses ».

« Le démembrement progressif de cette politique familiale n’est pas seulement une pénalisation pour les couples qui accueillent des enfants. Il est aussi un coup sévère pour l’avenir de notre pays » a-t-il prévenu, avant d’aborder la GPA et la PMA.

En conclusion, il a rappelé : « C’est de votre parole et de votre action que dépendra la cohésion du tissu national, quelles que soient les différences entre les opinions et les projets ».

Sur le même thème

  • logo_cef_rvb_horizontal

    Science et Ethique

    L’Eglise a toujours été présente aux débats qui touchent, d’une façon ou d’une autre, à la dignité de la personne humaine. Cette présence est constitutive de sa mission au service de l’homme en tant que « route fondamentale de l’Église.[1] » Selon la belle expression du Concile Vatican II, « il n’est rien de vraiment humain qui ne […]