Benoît XVI à Malte pour l’anniversaire du naufrage de st Paul

Les 17 et 18 avril 2010, le pape Benoît XVI était à Malte pour célébrer les 1950 ans du naufrage de saint Paul sur l’île méditerranéenne. Il y a défendu le caractère sacré de la vie et plaidé pour un meilleur accueil des immigrés.
« De ce naufrage est né, pour Malte, la chance d’avoir la foi, a expliqué le pape Benoît XVI aux journalistes pendant le vol, samedi 17 avril 2010. Nous pouvons donc penser nous aussi que les naufrages de la vie peuvent être aussi un projet de Dieu pour nous et peuvent aussi être utiles pour recommencer notre vie sur de nouvelles bases ». Il s’est réjoui de rencontrer une communauté vivante : « Je sais que Malte aime le Christ et aime son Eglise qui est son corps, et sait aussi que, même si ce corps est meurtri par nos péchés, le Seigneur aime quand même cette Eglise, et son Evangile est la vraie force qui purifie et guérit ». Le pape a également rappelé : « Malte est un point d’arrivée de nombreuses vagues de réfugiés d’Afrique qui frappent à la porte de l’Europe. C’est aujourd’hui un grand problème qui ne peut être résolu par l’île de Malte. Nous devons tous relever ce défi et travailler pour que tous puissent vivre dignement sur leurs terres, et, d’autre part, faire tout notre possible afin qu’ils trouvent toujours à leur arrivée ici un lieu de vie digne. Nous devons répondre à ce défi ».

Défendre le caractère sacré de la vie humaine

Accueilli par le Président de la République, M. George Abela, le pape a souligné le « rôle précieux dans les débats d’aujourd’hui sur l’identité, la culture et la politique européennes » joué par les Maltais. « Votre nation, leur a-t-il dit, doit continuer à défendre l’indissolubilité du mariage, en tant qu’institution naturelle autant que sacramentelle, ainsi que la vraie nature de la famille, comme elle le fait déjà en défendant le caractère sacré de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, et le juste respect dû à la liberté religieuse, de façon qu’elle contribue à un authentique développement intégral aussi bien des individus que de la société ». Il a rappelé que les racines chrétiennes de l’île ont été fondatrices dans son développement et salué la figure Don Ġorġ Preca, prêtre maltais canonisé le 3 juin 2007.

Faire sien le défi de la nouvelle évangélisation

Après un entretien avec le chef de l’Etat, Benoît XVI s’est rendu à l’église St Paul de Rabat, à 13 km de La Valette, la capitale maltaise. Il s’est recueilli dans la grotte de saint Paul, lieu fondateur de l’Eglise de Malte, où la tradition rapporte que l’apôtre prêcha après son naufrage. Au Moyen Age, le lieu fut entouré d’une nécropole et de chapelles. La première église fut construite en 1463 et l’édifice actuel date de 1653. Dans son discours, le pape est revenu sur les trois mois de séjour de saint Paul à Malte en l’an 60, alors qu’il était en route pour Rome : « Les paroles qu’il adressa à ses compagnons, avant leur arrivée à Malte…sont une invitation au courage devant l’inconnu et à une confiance indéfectible dans la mystérieuse providence de Dieu… Dans le plan de Dieu, saint Paul est ainsi devenu le père des maltais dans la foi chrétienne ». Le pape a invité chacun à devenir témoin du Christ et à « faire sien l’exaltant défi de la nouvelle évangélisation: Je vous invite particulièrement, vous les parents, les enseignants et les catéchistes à parler aux autres de votre lien vivant avec Jésus le Ressuscité, spécialement aux jeunes qui sont l’avenir de Malte… Le monde a besoin de ce témoignage! »

S’appuyer sur Dieu pour traverser les tempêtes de la vie

Dimanche 18 avril 2010, Benoît XVI a célébré la messe à Floriana. « Il est tentant de penser que la technique si avancée d’aujourd’hui peut répondre à tous nos besoins et nous sauver de tous les dangers et de tous les périls qui nous guettent, a-t-il averti. Mais ce n’est pas exact. A chaque moment de notre existence, nous dépendons entièrement de Dieu, en qui nous avons la vie, le mouvement et l’être. Il est le seul à pouvoir nous protéger du mal, il est le seul à pouvoir nous guider à travers les tempêtes de la vie, il est le seul à pouvoir nous conduire à bon port, comme il le fit pour Paul et ses compagnons à la dérive au large des côtes maltaises ». Evoquant ensuite le premier saint canonisé de Malte, Ġorġ Preca, le pape a rappelé « son infatigable travail de catéchèse, inspirant aux jeunes comme aux anciens un amour pour la doctrine chrétienne et une profonde dévotion pour le Verbe de Dieu incarné ». Il l’a donné en exemple aux prêtres présents : « La mission confiée aux prêtres est vraiment un service rendu à la joie, à la joie de Dieu qui veut faire son entrée dans le monde ».

Comme il l’avait fait lors de ses voyages en Australie et aux Etats-Unis, le pape a s’est entretenu personnellement avec plusieurs victimes d’actes pédophiles. Le porte-parole du Saint-Siège a fait part de l’émotion exprimée par Benoît XVI à l’écoute de l’histoire de chacun. Il leur a redit « sa honte et son regret pour ce que les victimes et leurs familles ont enduré comme souffrances ».

Source : VIS

Sur le même thème

  • Saint Paul, Saint Jean de Latran, Rome

    Une année sur les pas de Saint Paul

    Pourquoi une année Saint Paul ? Intensifier les efforts œcuméniques et approfondir la connaissance et la pensée de l’apôtre Paul, tels sont, selon Benoît XVI, les buts principaux de l’année paulinienne qui a débuté le dimanche 29 juin 2008 et s’achèvera le 29 juin 2009. Ce jubilé commence en la fête des apôtres Pierre et […]