Pacte mondial pour les migrations : « A la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la coopération »

Mgr Denis JachietCe lundi à Marrakech, le Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières a été adopté par 162 des Etats membres des Nations Unies.

Au terme d’une année de négociations, ce texte avait été validé en juillet dernier à New York par 193 pays sauf les États-Unis. Le Saint-Siège s’était impliqué dans l’élaboration de ce pacte en publiant Vingt Points d’Action l’été 2017. En réponse à l’appel du pape, dans son message pour la 104e Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, les évêques de France ont préconisé plusieurs points d’actions prioritaires dans le contexte français dans la déclaration Migrants : trouver une réponse commune du 10 janvier 2018.

Le Pacte recense dix principes guides et 23 propositions pour aider les pays à faire face aux migrations, en facilitant l’information, l’intégration des migrants et l’échange d’expertises. Il encadre la protection des migrants dans les situations de vulnérabilité. Le droit souverain des États à déterminer leur politique nationale en matière d’immigration y est toujours réaffirmé. Même si elle n’est pas contraignante pour les État signataires, cette déclaration représente un progrès important pour la coopération entre les Etats sur les différents défis posés par le phénomène de la migration en fournissant un cadre.

Comme nous rappelle souvent le pape François, seule une collaboration qui dépasse les étroites perspectives locales et nationales, pourra être incisive et efficace. Ce pacte pourrait y contribuer. Voici la raison pour laquelle à la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la coopération.

Mgr Denis Jachiet
Évêque auxiliaire du diocèse de Paris
Membre de la Commission épiscopale pour la Mission universelle de l’Église au titre de la pastorale des migrants

 

En vidéo

“Accueillir, protéger, promouvoir, intégrer” : Les quatre verbes synthétisent la réponse aux défis que doivent affronter la communauté politique, la société civile et l’Eglise.

Sur le même thème