Promouvoir des marchés du travail plus inclusifs, par Caritas Europe

La promotion de marchés du travail plus inclusifs est depuis longtemps une priorité pour Caritas car elle reflète l’un des piliers de son modèle social ainsi que la protection de la famille et de la société.

Le travail peut potentiellement renforcer la dignité humaine de chaque personne. Le travail est un aspect crucial pour que les personnes puissent participer pleinement à la société, et les sociétés devraient viser à créer des opportunités d’emploi pour tous. Conformément aux politiques d’inclusion active, des revenus suffisants, un emploi durable et des services de qualité restent des objectifs obligatoires pour tout système économique orienté vers la justice et le bien commun. Des marchés du travail inclusifs devraient donc reconnaître la valeur du travail et la contribution des personnes à la société.

Le travail est un droit fondamental qui est reconnu dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne [1] et dans la Charte sociale européenne révisée [2] .

Agenda 2030 Objectif de développement durable (ODD) n. 8 sur le travail décent et la croissance économique comprend un objectif spécifique sur des marchés du travail favorisant l’intégration, à savoir: «D’ici 2030, parvenir au plein emploi productif et à un travail décent pour toutes les femmes et tous les hommes, y compris pour les jeunes et les personnes handicapées, ainsi travail d’égale valeur. ‘ Promouvoir des marchés du travail favorisant l’inclusion contribue également à la réalisation d’autres objectifs de développement durable, en particulier le n. 1 (Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes partout), n. 5 (Mettre fin à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles) et 10 (Réduire les inégalités dans et entre les pays).

Le pilier européen des droits sociaux, qui a pour objectif de contribuer au progrès social en soutenant des marchés du travail et des systèmes de protection sociale équitables, repose sur 20 principes structurés autour de trois catégories, dont deux sont étroitement liées aux marchés du travail inclusifs:

  1. Égalité des chances et accès au marché du travail, couvrant les aspects d’équité liés à l’éducation, aux compétences et à l’apprentissage tout au long de la vie, à l’égalité de traitement entre hommes et femmes, aux inégalités, à l’accès aux biens et aux services, à la pauvreté et à la mobilité ascendante, aux conditions de vie et à la jeunesse ;
  2. Des marchés du travail dynamiques et des conditions de travail équitables, couvrant la structure de la main-d’œuvre, la dynamique du marché du travail et les revenus; garantir de nouveaux droits plus efficaces aux citoyens.

Les entreprises d’économie sociale (EES), de par leur nature, contribuent pleinement à l’inclusion des marchés du travail. Un nombre croissant de gouvernements reconnaissent le rôle des EES dans la création d’emplois au lendemain de la crise financière mondiale. SEE contribue également à lutter contre la croissance de l’emploi précaire et l’incapacité du secteur formel traditionnel à assumer son rôle d’absorption de la main-d’œuvre excédentaire provenant, par exemple, des zones rurales.

Les entreprises d’économie sociale offrent une nouvelle option supplémentaire de formation et d’emploi pour les personnes les plus éloignées de la main-d’œuvre. Ils peuvent réduire l’écart entre les programmes traditionnels de formation professionnelle et le marché du travail régulier. Les emplois et les postes de formation dans une EES peuvent être considérés comme une étape intermédiaire pour les personnes qui ont terminé avec succès les programmes traditionnels de formation professionnelle mais qui ont encore du mal à trouver une place sur le marché du travail. Pour elles, les entreprises d’économie sociale offrent la possibilité d’acquérir une expérience de travail pratique dans un environnement très similaire au marché du travail normal et, par conséquent, de meilleures chances de trouver un emploi décent.

Les entreprises d’économie sociale peuvent également offrir un composant inclusif supplémentaire en renforçant leurs forces et leurs compétences individuelles en appliquant une approche stimulante et positive, c’est-à-dire que les EES doivent concurrencer avec succès les entreprises «ordinaires» du marché. Par conséquent, les entreprises d’économie sociale offrent une opportunité considérable, en particulier pour les personnes qui ont un certain niveau de préparation à l’emploi et un potentiel d’inclusion élevé sur le marché du travail. Travailler dans un environnement stimulant et porteur à la fois leur donne la possibilité de développer de nouvelles compétences et d’avoir de la confiance en soi, alors que l’entreprise elle-même est en concurrence sur le marché un peu comme les autres entreprises.

La promotion de marchés du travail inclusifs est la raison principale pour laquelle Caritas soutient et gère des centaines d’entreprises de l’économie sociale dans toute l’Europe et plaide en faveur des institutions européennes et des États membres de l’UE pour qu’ils soutiennent davantage les entreprises sociales et reconnaissent leur rôle essentiel dans notre société et notre économie.

Caritas Europa a récemment publié un  manuel  sur le fonctionnement de Caritas en matière d’économie sociale. Vous pourrez y découvrir des informations supplémentaires sur la contribution de l’économie sociale au modèle social de Caritas et aux ODD, ainsi que découvrir de nombreuses pratiques innovantes prometteuses soutenues par les membres de Caritas dans toute l’Europe.

Remarques:

[1] L’article 15, 1 CFR, stipule que «Toute personne a le droit de participer au travail et de l’exercice d’une profession librement choisie ou acceptée».

[2] L’article 1 er du CES sur le droit au travail précise que: «Afin de garantir l’exercice effectif du droit au travail, les parties s’engagent: 1. d’accepter comme l’un de leurs objectifs et responsabilités principaux la réalisation et le maintien d’un niveau d’emploi aussi élevé et stable que possible, dans la perspective de la réalisation du plein emploi; 2. protéger efficacement le droit du travailleur de gagner sa vie par un travail librement entrepris. »ARTICLE 2 Le CSE énonce le droit à des conditions de travail équitables. ARTICLE 4 Le CES affirme le droit à une rémunération équitable

Accéder à l’article (en anglais)

Sur le même thème

  • logo COMECE redim

    Les évêques de l’Union européenne en prière commune pour la paix

    Les évêques européens ont commémoré toutes les victimes de la Première Guerre mondiale lors d’un événement majeur qui s’est tenu aujourd’hui à Ypres (Belgique), le 24 octobre 2018, dans le cadre de l’Assemblée de la COMECE «Automne 2018» consacrée aux prochaines élections européennes. À l’occasion du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, […]

  • paix (assombrie)

    Edito du cardinal Bassetti sur le bien commun et sur la paix civile

    « D’abord le bien commun ». Le président de la conférence épiscopale italienne a lancé un appel pour le bien commun et la paix civile Face à la crise sociale et politique dans laquelle « notre Italie bien-aimée » s’est précipitée, chaque personne de bonne volonté a le devoir de renouveler son engagement, chacun dans son rôle, pour le […]