Message de l’Église catholique en Pologne en faveur de l’accueil des réfugiés

Message de l’Église catholique en Pologne en faveur de l’accueil des réfugiés : « N’oubliez pas l’hospitalité; parce que certains d’entre eux, ne le sachant pas, ont fait héberger leurs anges. Souviens-toi […] des opprimés, puisque tu es aussi dans la chair « (Hébreux 13: 2-3).

Les peuples d’Europe et les Eglises sont confrontés à un énorme défi, à savoir la crise migratoire. Environ trois millions de personnes originaires de pays africains et asiatiques ont traversé l’Union européenne. Certains fuient à cause de la guerre et de la persécution religieuse, d’autres sont à la recherche d’une vie meilleure.

La situation actuelle a mis à l’épreuve le concept de coopération entre les États de l’Union européenne. La polarité des positions sur les moyens efficaces de faire face à la crise migratoire était perceptible. La Pologne a également relevé ce défi.

Les devoirs des chrétiens dans ce domaine découlent de la révélation de Dieu et de la tradition des Églises. Dans le livre de la Genèse, nous lisons que lorsqu’il y avait une famine dans le pays où Abraham habitait, il se rendit en Égypte et s’y installa en tant qu’étranger (voir Genèse 12:10). De plus, le patriarche Jakub, sur l’ordre de Dieu, s’est déplacé avec toute sa famille et ses biens en Égypte, où il a trouvé le soulagement de la famine (voir Genèse 42,1-6, 4: 1-7). Notre Seigneur Jésus-Christ et sa famille ont également connu le destin du réfugié lorsqu’ils ont dû fuir la colère d’Hérode (voir Mt 2, 13-15). La tâche des Églises est d’élever les cœurs, grâce à des actes de miséricorde concrets, avec l’aide de ceux qui souffrent, de ceux qui fuient la guerre, les persécutions et la mort. Cette attitude des chrétiens envers les autres depuis le début de l’existence de l’Église était leur signe particulier.

Notre pays a souvent été un refuge pour ceux qui ont dû fuir la persécution. À l’époque des Jagelloniens, nos terres sont devenues célèbres pour leur hospitalité. Après la chute de l’indépendance, les Polonais pourraient également en faire l’expérience dans d’autres pays. Dans les années 80 du siècle dernier, les pays d’Europe occidentale nous ont apporté leur aide. Une décennie plus tard, les Biélorusses, les Ukrainiens et les Tchétchènes pourraient faire l’expérience de l’hospitalité polonaise. La garder et l’élever devrait être une expression de la sensibilité chrétienne et de la tradition nationale.

Il ne fait aucun doute que la solution du problème de la migration en Pologne et en Europe nécessite la coopération de personnes de bonne volonté à plusieurs niveaux. Nous avons besoin de générosité et de prudence, d’ouverture d’esprit et de droits garantissant le respect de la dignité de nos citoyens et de ceux qui demandent de l’aide.

Les chrétiens devraient s’efforcer de coopérer avec les organes appropriés de l’autorité de l’État et des organisations sociales. Seule une action humanitaire d’envergure prenant en compte les causes politiques et économiques des difficultés existantes peut permettre une réelle amélioration de la situation. Soyons aussi une impulsion pour le développement du volontariat, également au niveau de nos paroisses, afin de traiter de manière efficace et responsable les problèmes émergents.

Nous ne devons pas perdre de vue la principale cause de la crise migratoire actuelle, à savoir les guerres au Moyen-Orient et en Afrique. Il en résulte la nécessité de prier pour la paix, toutes les procédures de médiation et les appels constants aux consciences de la conscience. De nombreuses personnes sont restées dans leurs pays et s’attendent à ce que notre aide soit directement affectée aux régions touchées. Dans le même temps, nous devons prendre soin de ceux qui ont décidé de quitter la terre de leurs pères. Nous appelons les fidèles de nos Eglises à rester dans la prière et à aider les personnes dans le besoin. Ne persistons pas dans nos efforts pour surmonter la crise.

Nous espérons que Dieu nous donnera la lumière du cœur pour que nous puissions répondre à l’appel du Christ avec un amour évangélique: « J’étais un étranger et vous m’avez reçu » (Mt 25, 35).

Lire le communiqué (en polonais)

Sur le même thème

  • Projet « Reech eng Hand » (« Tends la main »)

    Le projet « Reech eng Hand – Tends la main » est un projet diocésain qui repose sur l’engagement des paroisses, des associations et des communautés religieuses. Il s’organise au niveau local avec les réfugiés reconnus et les demandeurs de protection internationale qui habitent dans ces paroisses. Après la dernière grande vague d’immigration due au conflit en […]

  • Message des évêques de Belgique sur l’accueil des réfugiés syriens

    « J’étais étranger et vous m’avez accueilli (Mt 25,34). Ne pas nous replier sur nous-mêmes, ne pas rechercher seulement notre intérêt personnel : tel est le chemin d’avenir qui s’ouvre devant nous ; il nous permet de construire notre existence les uns avec les autres et de bâtir une société humaine et conviviale. » Message des évêques de Belgique […]