Les chrétiens pour un autre regard sur les migrants

A mi-parcours entre l’élection présidentielle et les législatives, 18 organisations chrétiennes et trois évêques, au titre de leur mission au sein de la Conférence des évêques de France, signent le document « A la rencontre du frère venu d’ailleurs ».
 
Les documents invitant à « accueillir l’étranger » ne manquent pas. De par « sa qualité, son ton, ses informations et les orientations nouvelles exprimées », celui publié fin mai 2012 « fera date » n’a pas hésité à annoncer Patrick Peugeot, président de la Cimade- Service œcuménique d’entraide, lors de la conférence de presse de présentation. A l’intérieur de la plaquette : quelques définitions « Pour avoir un langage de vérité car pendant la campagne électorale le mot immigré couvrait tout et n’importe quoi » et des chiffres « pour ne pas laisser dire des contre vérités », a commenté François Soulage, président du Secours Catholique. Deux pages sont consacrées aux migrations dans la mondialisation et c’est en observateur privilégié de cette vision que Guy Aurenche, président du CCFD-Terre Solidaire a affirmé « la sortie de la crise se ferait par le travailler ensemble » avec les pays du Sud et non en nous considérant comme « une Europe assiégée ». Il a par ailleurs dénoncé les accords avec la France qui lient l’aide au développement à des politiques de répression de l’émigration.
 

Les congrégations religieuses, laboratoires de l’internationalité

Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris, membre de la Commission épiscopale pour la Mission universelle de l’Eglise à la Pastorale des migrants parle, lui, de « flux abrahamique nouveau » se référent à l’injonction biblique de Dieu à celui qui deviendra Abraham : « Quitte ton pays… » (Genèse 12, 1). Se plaçant « du point de vue d’un pasteur en Ile-de-France », il a témoigné à quel point « bon nombre de communautés paroissiales ont changé de visage » de par l’arrivée de migrants « qui y rentraient il y a 30 ans par la petite porte » et qui, aujourd’hui, sont engagés en liturgie, en catéchèse, dans l’accompagnement des familles en deuil, etc. Il a également souligné la présence des prêtres et religieux (ses) étrangers qui « transmettent leur jeunesse et la ferveur de leur foi ». Les congrégations sont à cet égard de véritables laboratoires de l’internationalité. « C’est la pierre de touche de notre modernité. Nous vivons de par cette expérience une véritable réciprocité », a déclaré sœur Françoise Schill, responsable du service Vie internationale à la Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF). Une illustration de l’autre regard sur les migrations, considérées non plus comme un « problème » mais une « chance ». Tout migrant « est un livre d’histoire et de géographie vivant », selon la belle expression de Denis Viénot, secrétaire général de Justice et Paix.
 
3 évêques parmi les signataires

Mgr Yves Boivineau, Évêque d’Annecy, Président de Justice et Paix-France
Mgr Laurent Dognin, Évêque auxiliaire de Bordeaux, CEMUE-La Pastorale des migrants
Mgr François Garnier, Archevêque de Cambrai, Président de la Commission épiscopale pour la Mission universelle

Sur le même thème

  • solidarité société saint vincent de Paul

    Solidarité

    La solidarité est une exigence sociale naturelle. C’est le lien qui unit les êtres humains entre eux dans un réseau de relations qui est devenu planétaire. Le lien peut se rompre et des hommes et des femmes se retrouvent démunis, en difficulté, dans la solitude, la maladie, la rupture. Pour répondre à ces besoins, des […]