A Bordeaux, un rassemblement priant et « décoiffant » sur le service du frère

rassemblement à la cathédrale de Bordeaux le 9 octobre 2016Dans l’esprit de la démarche Diaconia2013 « Servons la Fraternité », un rassemblement organisé par le Conseil diocésain de la Solidarité a fait dialoguer et prier à la cathédrale de Bordeaux le 9 octobre 300 personnes  autour du thème « Qu’as-tu fait de ton frère ? N’oublions personne », dans le cadre de l’Année de la Miséricorde. Par Chantal Joly

« Nous avons travaillé avec les premiers intéressés, sans prendre la parole à leur place mais en les écoutant. Il y a eu des choses très poignantes. Réfléchir ainsi sur le fait d’être miséricordieux nous a amenés sur des terrains quotidiens souvent masqués », raconte Patrice Vincey. Délégué diocésain à la Pastorale des Migrants, il a fait partie de la petite équipe de préparation du rassemblement qui comprenait son prédécesseur, le Père Francis Bacqueyrisses, animateur du Conseil diocésain de la Solidarité, Alain de Brugière, président du Secours Catholique, le Père Paul Roussy, curé en centre-ville de Bordeaux proche des personnes de la rue,  et surtout deux personnes ayant connu la galère : Gilles , qui a aujourd’hui un toit et du travail et Cathy, une jeune fille qui travaille au 115.

Après le mot d’ouverture du Cardinal Ricard et la méditation du père Roussy « Le Fils de l’Homme n’a pas où reposer sa tête », ces deux personnes ont, du reste, livré leur témoignage. Tout comme Léonard, un ami Rom venu par Médecins du Monde qui réussit, lui aussi, à émerger socialement ; un bénévole du Chalet Bleu, une structure d’accueil des familles de détenus du centre pénitentiaire de Gradignan ainsi que le président du réseau Welcome* Bordeaux. « Le premier témoignage, celui de Gilles, était décoiffant car il nous a interpellés sur le fait qu’une majorité des personnes entrées dans la cathédrale n’ont pas regardé l’homme qui mendiait à la porte,  or ne pas le considérer comme un être humain pose davantage question que de ne pas lui donner de l’argent », raconte Patrice Vincey.

Rencontre entre paroissiens et plus démunis

Dans la foulée, le temps d’un échange approfondi a été pris par groupes de six, appuyé sur la lecture de la Parabole du Bon Samaritain et articulé autour de questions telles que : comment cela rejoint ma propre expérience ? Quels sont les laissés pour compte ? En quoi la Parabole m’engage ? etc. Puis un théologien laïc, Jean-Claude Caillaux, a creusé la question du service du Frère et rappelé cette parole forte du Pape François le 6 juillet dernier à Rome, devant des pèlerins du monde de la rue : « Nous voudrions rappeler à l’Eglise de France que Jésus souffre à la porte de nos églises où les pauvres sont absents de nos célébrations ». Un temps de prière autour du psaume 33 entrecoupé des contributions des participants notées sur des post-it, a conclu l’après-midi.

Le Père Baqueyrisses se réjouit que dans l’assemblée figuraient non seulement des acteurs de solidarité mais également des paroissiens hors mouvements caritatifs et  un certain nombre de personnes en situation de handicap ou de précarité. C’est l’un des fruits de Diaconia, commente le Père Bacqueyrisses, « dans un certain nombre de paroisses, l’instauration de tables ouvertes permet la rencontre entre paroissiens et personnes démunies, allant jusqu’à un échange spirituel ». Il souligne aussi que « la prise en compte des paroles des plus démunis a progressé dans les mouvements. »

Ni exclusion, ni indifférence

Extrait de l’homélie de  Laurent Dognin évêque de Quimper et Léon pour la fête diocésaine de la Miséricorde et de la Fraternité du 8 octobre.

« C’est le sens de la Fraternité que nous devons vivre comme chrétien à la suite du Christ. Nous ne pouvons pas nous satisfaire que les autres restent à l’écart, ni être indifférents au sort de nos frères. En cette fête diocésaine de la Miséricorde et de la Fraternité, nous avons voulu vivre concrètement cette communion retrouvée par des personnes qui pouvaient se sentir à l’écart, voire rejetées, mais qui ont fait l’expérience de la Miséricorde du Seigneur, et qui ont retrouvé le chemin de la foi, ainsi que le chemin de la communauté chrétienne. Cette fraternité est à rechercher sans cesse au sein de nos communautés paroissiales où le Christ nous appelle à donner à chacun sa place, sans exclure personne ».

*Réseau jésuite d’hospitalité des demandeurs d’asile

Sur le même thème

  • abel_bousseau

    Église en périphérie

    « La présence des catholiques aux périphéries » est une réalité au sein de l’Église en France.
    Les mouvements et associations catholiques vivent sur le terrain, la diversité des actions.
    L’Église doit être présente et annoncer de l’Évangile partout où sont les pauvres.

  • visuelpromomisericorde

    Jubilé de la Miséricorde

    Le Jubilé de la Miséricorde a débuté le 8 décembre 2015 et durera jusqu’au 20 novembre 2016.

  • logo dioconia 2013

    Diaconia 2013

    Diaconia est une démarche sur trois ans lancée le 10 janvier 2011 par plus de 100 mouvements et services d’Eglise et beaucoup de congrégation religieuses, et communautés nouvelles. Coordonnée par le Conseil épiscopal pour la Solidarité, elle a donné lieu à un rassemblement national les 9,10 et 11 mai 2013 à Lourdes.

  • fratello_couple-recadre

    Fratello : Les personnes de la rue invitées par le Pape

    Ce fut en quelque sorte une préfiguration de Fratello, festival européen de la joie et de la miséricorde, programmé à Rome du 11 au 13 novembre 2016 pour (et avec) 6000 personnes en situation d’exclusion. Le 28 septembre, un temps festif précédé de la projection du film Le pape François a rassemblé 150 personnes de […]

Des lieux et des hommes

Des lieux et des hommes

"Des lieux et des hommes", une exposition de photographies réalisées par Alexandra Bellamy, pour découvrir que la joie et l’espérance sont bien présentes aux périphéries !

Repères

Sur l'habitat partagé

Agenda

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Documents Episcopat

Documents Episcopat