Les enjeux de l’Église et de la COP26

Quels sont les enjeux de la COP26 pour l’Église ? Laura Morosini, secrétaire générale d’Église Verte et présente à Glasgow (Ecosse) nous explique pourquoi la COP26 est importante.

Que se joue-t-il à Glasgow pour la COP26 ?

Entre le 31 octobre et le 12 novembre les négociateurs, ministres, chefs d’Etat de 196 pays du monde entier se réunissaient à Glasgow (Écosse – Royaume uni). Il s’agit de la 26ème rencontre, Cop, Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

  • La convention climat a en effet été adoptée en 1992 lors du Sommet de la terre de Rio. C’était un texte général et les décisions et engagements avec des objectifs datés et chiffrés sont apparus peu à peu dans les COP suivantes.
  • Une étape importante a été le Protocole de Kyoto en 1997 où les pays développés se sont engagés à réduire leurs émissions de 7% pour 2012.
  • Une autre grande étape a été l’Accord de Paris a été adopté en 2015 (COP21) qui définit :
    • Un objectif maximal d’augmentation de la température : 2°C voire 1,5°C
    • Une méthode : des contributions déterminées au niveau national (NDC) dont le bilan sera fait tous les 5 ici (donc cette année- à cause du Covid)

Ces “COP” traitent donc du climat exclusivement. D’autres COP existent pour d’autres conventions des nations unies comme par exemple, une COP a eu lieu récemment en Chine sur la Convention sur la biodiversité.

Quels en sont les enjeux ?

  • Faire un bilan des engagements de réduction à horizon 2030
  • Régler de points en suspens depuis Paris : comment réagir face à la disparition d’une île sous les eaux, comment prévenir les déplacements de populations…
  • Tenir les promesses faites aux pays en voie de développement dans le cadre du Fonds vert pour le climat : 100 milliards de dollars d’aides (à ce jour 70 sont trouvés)
  • Proposer de nouvelles solutions d’adaptation et le renforcement de la résilience aux des pays vulnérables
  • Dévoiler un plan à plus long terme concret pour décarboner l’économie mondiale et atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

Pourquoi est-ce un enjeu pour les catholiques ?

Nous, catholiques, sommes concernés par la COP26 à cause de notre foi qui demande de cultiver et garder la Création de Dieu et de prendre soin des plus vulnérables. Cela est à relier directement avec l’option préférentielle pour les pauvres et le soin pour la création au sein de la Doctrine sociale de l’Eglise, puisque ces derniers subissent violemment les dérèglements (25 millions de déplacements forcés par an) alors qu’il y contribuent très faiblement.

Comment l’Eglise interpelle-t-elle les dirigeants ?

Depuis plusieurs mois des initiatives inédites ont été prises :

  • au niveau œcuménique international : Déclaration commune du pape François, de l’archevêque de Canterbury et du patriarche Bartholomée (7 septembre)
  • au niveau mondial : le 4 octobre, le pape François a réuni les 40 plus hauts dirigeants religieux mondiaux et a publié une déclaration de 7 pages qui appelle à une “action radicale, urgente et responsable”.
  • Le Secours catholique et le CCFD-Terre solidaire sont également engagés dans la préparation de la COP26, leur action de plaidoyer et de mobilisation concerne essentiellement le fait d’éviter que les engagements de “neutralité carbone” se traduisent plus par de la compensation (plantation de forêt et parfois accaparement de terres) que par la réduction des émissions (sobriété, efficacité énergétique…)
  • En France, le Conseil d’Eglises chrétiennes en France (CECEF) a adopté une Déclaration œcuménique qui fait état de :
    • l’importance de cette préoccupation , d’autant que les engagements actuels conduisent à un réchauffement de + 3°C,
    • l’engagement des Eglises, notamment à travers le label Eglise verte,
    • demandes aux dirigeants concernant l’atteinte des 1,5°C, la dotation du Fonds vert, le refus que les mécanismes de compensation ou la géo ingénierie se substituent aux nécessaires réduction d’émissions et l’arrêt de tout nouveau soutien ou subvention à des projets d’énergie fossile.

Cette déclaration, ainsi que le réseau des 600 paroisses labellisées Eglise verte propose :

  • Une journée de Prière pour la COP26 le 31 octobre
  • Une journée de Jeûne pour le climat le 6 novembre, jour où ont eu lieu également des marches et des rassemblements dans le monde et dans des dizaines de villes en France.

De plus, le Mouvement Laudato Si’ qui regroupe 800 mouvements d’Eglise, diocèses, congrégations, propose une Pétition catholique pour le climat, appelée Santé de la terre, santé de l’humanité. Cette pétition a été initiée par 300 ONG catholiques de l’hémisphère sud qui demandent au pays les plus riches de les aider. Elle a été signée en France par Mgr Aveline, archevêque de Marseille et le Cardinal Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral le 4 septembre lors du Congrès de l’Union internationale pour la Conservation de la nature à Marseille. Toutes les signatures récoltées seront remises à Glasgow aux négociateurs.

Laura Morosini, Secrétaire générale d’Eglise verte

Doctrine sociale catholique

Mieux comprendre

L'encyclique Laudato Si'

Le webzine de l'écologie intégrale