Le soin de la terre : une oeuvre de miséricorde

Elena LASIDAElena Lasida est économiste, responsable « Ecologie et Société » au sein du Service national Famille et Société (SNFS). Elle commente le Message du Pape pour la Journée mondiale pour la sauvegarde de la Création 2016.

Que pensez-vous de l’influence de la pensée orthodoxe sur celle du pape François ?

La référence à la pensée orthodoxe en général et au Patriarche Bartholomée en particulier était déjà présente dans d’autres textes du Pape François et notamment dans l’encyclique Laudato Si’. Il y a en ce sens une continuité et une reconnaissance de l’apport tout particulier de la tradition orthodoxe pour penser le lien entre rapport à la nature et foi chrétienne.

Comment accueillez-vous la démarche spirituelle proposée par le Pape ?

Le Pape rapproche d’une manière très étroite la « conversion écologique » à laquelle il appelle dans Laudato Si’ avec le Jubilé de la Miséricorde. Notre rapport à la nature et à la Création doit ainsi faire l’objet d’une démarche similaire à celle qu’on devrait avoir à l’égard des êtres humains que nous aurions blessés ou empêchés de vivre dignement. Un véritable chemin de réconciliation est ainsi proposé : examen de conscience, repentir et changement de conduite, conduisant au sacrement de Réconciliation. De ce fait est confirmée et renforcée l’invitation de Laudato Si’ à établir une véritable « communion » universelle avec tous les êtres vivants de la terre. La nature n’est pas un objet au service de l’humain qu’il faut utiliser de manière respectueuse et équilibrée. L’appel du Pape va bien au-delà du simple respect car il reconnait que chaque créature a une « valeur propre intrinsèque qui doit être respectée ». Et puisque en tant qu’humains nous avons « exploité la nature de manière aveugle et égoïste » nous avons porté atteinte contre Dieu et nous devons lui demander pardon. Le fait de donner à cette démarche un caractère sacramentel met bien en évidence la dimension spirituelle du rapport à la nature.

Quels pas concrets sur la route de la conversion écologique encourage-t-il ?

La démarche de réconciliation doit se traduire dans un véritable changement de vie autant à titre individuel que collectif. Au niveau individuel, le Pape rappelle le besoin de changer de « style de vie » : réduire le gaspillage, trier les déchets, utiliser les transports publics… Au niveau collectif, il demande que la politique et l’économie, la société et la culture ne soient plus dominées par la mentalité du court terme et la recherche d’un gain financier ou électoral immédiat. Or, ce changement d’ordre politique concerne également les relations internationales : le pape rappelle la « dette écologique » du Nord à l’égard du Sud. Mais il salue deux événements internationaux qui vont dans le bon sens : les Objectifs de Développement Durable adoptés par l’ensemble des pays de l’ONU en septembre 2015 et l’accord de la COP21 en décembre de la même année. Le changement à faire est énorme mais il est déjà en marche et c’est ce que le Pape nous invite à célébrer le 1er septembre.

Sur le même thème

  • pape_françois_largeur

    Message du pape pour la deuxième Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création

    « Usons de miséricorde envers notre maison commune », Message du pape François pour la deuxième Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, le 1er septembre 2016. Usons de miséricorde envers notre maison commune En union avec les frères et les soeurs orthodoxes, et avec l’adhésion d’autres Églises et Communautés chrétiennes, l’Église catholique célèbre […]