Ste Angèle de Foligno (+1309)

Née à Foligno, en Ombrie, dans une famille riche, elle est mariée toute jeune par ses parents et elle connaît alors une vie mondaine et frivole qui lui fait abandonner la pratique des sacrements. Subitement convertie, elle voudrait bien se confesser, mais elle n’ose avouer toutes ses fautes au confesseur. Elle s’en va communier et reste tourmentée par cette communion sacrilège. C’est à ce moment-là qu’elle reçoit la vision de saint François d’Assise, mort vingt ans avant sa propre naissance. Elle multiplie alors les austérités, médite de longues heures, distribue aux pauvres ce qu’elle possède et passe pour folle aux yeux des siens. Et puis elle perd coup sur coup sa mère, son époux, ses fils. Elle se livre alors à la pauvreté absolue. Des visions du Christ crucifié lui font atteindre les sommets de la mystique dans des crises violentes qui effraient ses amis. Les Frères mineurs, disciples de saint François, se méfient d’elle d’autant qu’elle prend part aux controverses qui opposent, dans l’Ordre, les partisans d’une pauvreté mitigée et ceux d’une application stricte de l’idéal franciscain primitif. Les dernières années de sa vie seront plus paisibles, favorisées de grâces extraordinaires : « Elle semblait jouir du bonheur céleste. »

Il est bon et fort accepté de Dieu qu’avec la ferveur de la grâce divine, tu pries, veilles, travailles et fasses autres bonnes œuvres. Il est tout aussi très agréable à Dieu et très accepté de Lui que, sans la grâce, tu n’en pries pas moins, ne veilles pas moins et ne fasses pas moins autres bonnes œuvres. Fais sans la grâce les mêmes choses que tu fais avec la grâce.
(Sainte Angèle de Foligno – Lettre traduite par le P. Doncoeur)

Cette charité, efforcez-vous de l’acquérir ! Ne jugez personne, même s’il vous arrive de voir quelqu’un pécher mortellement. Ne jugez pas les pécheurs, vous ne connaissez pas le jugement de Dieu.

(Angèle de Foligno – Ses dernières paroles)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).