1919-2019, cent ans de gouvernement de l’Église catholique en France

ACA

L’histoire des instances de coordination de l’épiscopat français après la disparition du régime concordataire (1905-1906) est encore mal connue. La création de l’Assemblée des cardinaux et des archevêques (ACA), en 1919, inaugure de prudents efforts de coordination hiérarchique qui s’intensifient dans la décennie 1950. Le concile Vatican II accélère le processus et provoque la mise en place, en 1964, de la Conférence épiscopale française dont le poids ne cesse de s’accroître dans les années suivantes. Le centenaire de la création de l’ACA est l’occasion de revenir sur cette dimension essentielle du catholicisme français contemporain à partir de l’étude de fonds d’archives peu ou pas exploités. Un ouvrage collectif paru en juin 2022 aux Éditions PUR privilégie l’approche historique sans ignorer les perspectives théologiques, politiques et sociologiques. Nous avons posé trois questions à Valentin Favrie, responsable du Centre national des archives de l’Eglise de France (CNAEF, Issy-les-Moulineaux), Service d’archives de la Conférence des évêques de France.

Que vont trouver les lecteurs dans cet ouvrage ?

Les lecteurs vont trouver un ensemble d’articles spécialisés permettant de comprendre les évolutions de la collégialité épiscopale en France. Comment sommes-nous passés d’une assemblée de cardinaux et archevêques à une assemblée regroupant la totalité des évêques ? On y explique les enjeux institutionnels et pastoraux auxquels l’épiscopat a dû répondre tout au long du XXe siècle et comment il y a répondu (question sociale, catéchisme, laïcité, etc.). On y trouve également un témoignage de Mgr Gérard Defois qui fut Secrétaire général de 1978 à 1984. Des photos et des organigrammes permettent d’identifier les acteurs principaux et d’illustrer les différentes organisations successives de la collégialité épiscopale.

En quoi ce corpus permet-il de saisir les structures actuelles de la Conférence des évêques de France et d’en éclairer le processus de transformation ?

L’histoire de la CEF n’est pas un long fleuve tranquille. Elle a muté de nombreuses fois avant aujourd’hui, la création de la Conférence épiscopale française en est d’ailleurs le changement structurel principal, contemporain du concile Vatican II. Ces réformes successives ont manifesté la volonté de l’épiscopat de s’adapter continuellement aux réalités sociales et pastorales du siècle passé. Le fonctionnement actuel de la CEF hérite de ces précédentes mutations et le processus de transformation qui est en cours a une nouvelle fois pour but de répondre aux difficultés auxquelles est confronté l’épiscopat français autant que de répondre aux enjeux sociaux d’aujourd’hui. Cet ouvrage sort à point nommé car il donne des clefs permettant de comprendre pourquoi la CEF est ce qu’elle est aujourd’hui après cent ans d’histoire.

Pourquoi est-il important pour l’institution de documenter, de commenter, d’éditorialiser ses archives ?

Une institution ne peut se réformer sans connaître son passé, sans tirer les conséquences de ses échecs aussi bien que de ses réussites. Or les archives permettent cela. C’est l’étude de ces matériaux qui permettent, avec du recul, de comprendre ce qui a été dit et fait. La connaissance de l’histoire d’une institution permet à celle-ci de se l’approprier, de la commenter et de la faire évoluer. Une institution qui ignore ou méprise son histoire est-elle véritablement vivante ? En ce sens, l’ouverture des archives à la recherche est capitale. Ces documents anciens qui peuvent parfois rebuter par leur aspect ou leur ancienneté doivent être considérés comme des témoins et interrogés avec méthode. L’ouverture des archives permet cela et le colloque qui fut à l’origine de ce livre en est un exemple parmi d’autres.

boutique en ligne publications de la Conférence des évêque de France
abonnements en ligne aux revues de la CEF

Guide de l'Église catholique