Sur les traces des vingt-quatre martyrs de la Terreur

Jean Ferrapy, est prêtre auxiliaire à Saint-Just-Malmont à 20 kilomètres d’Aurec. A 80 ans, il a la responsabilité de promouvoir la reconnaissance des vingt-quatre martyrs de la Révolution Française et la béatification de l’Abbé François Mourier et de ses compagnons mis à mort pendant la période dite de la « Grande Terreur » en 1793 et 1794.

Le Père Jean ferrapy« C’est une vieille affaire de plus de 230 ans ! », s’exclame le Père Jean Ferrapy, prêtre auxiliaire à Saint-Just-Malmont, dans le diocèse du Puy-en-Velay qui vient d’ouvrir, en août 2019, le procès canonique en vue de la béatification de l’abbé François Mourier et de ses compagnons, mis à mort au nom de leur foi chrétienne pendant la période de Grande Terreur (1793-1794). Depuis dix années, le père s’active sans relâche pour obtenir la béatification des martyrs. « Notre but est de mettre en valeur et de stimuler la fidélité des chrétiens qui, dans les paroisses, conservent le souvenir des martyrs. »

Les recherches aux archives

Le Père Jean Ferrapy est personnellement concerné par cette histoire de martyrs. En 2009, lors d’une « cousinade », il croise un de ses cousins qui réalise des recherches sur l’un de ses ascendants, victime de la Grande Terreur. « J’ai un grand-oncle, à la sixième génération, qui a été décapité, raconte-t-il. L’un de mes cousins s’est senti le droit de faire reconnaitre son oncle, et il a interpellé Monseigneur Henri Brincard, évêque du Puy-en-Velay. Mon grand-oncle, l’abbé François Mourier sera d’ailleurs inscrit en tête de liste des martyrs. »

Dans les mois qui suivent, les premières recherches sont rendues possibles grâce à l’aide des Archives départementales. Premières avancées en novembre 2012. Monseigneur Henri Brincard nomme respectivement Monseigneur Maurice Monier, postulateur et Jean Ferrapy, vice-postulateur de la cause. « Dans les causes des saints, le postulateur est celui qui demande la reconnaissance des Saints, souligne-t-il. Il doit résider à Rome afin d’être en contact avec les diverses congrégations en particulier la Congrégation pour le culte des saints. » Jean Ferrapy reste dans le diocèse du Puy pour rassembler archives et autres documents. Il se rend aux Archives Départementales, aux Archives diocésaines et dans les familles des descendants. « C’est comme une enquête policière », sourit-il.

Un nouveau tournant apparait début 2013 avec la demande officielle d’ouverture de la cause. Le 17 mai 2013, Monseigneur Henri Brincard adresse une demande à la Congrégation. « Pour reconnaitre dans le diocèse les martyrs saints, il faut que la Congrégation pour la cause des saints donne un « Nihil Obstat » que nous traduisons en latin par « Rien ne s’y oppose. » Trois ans après, l’accord est donné le 6 septembre 2016. « J’ai rencontré toutes les familles descendantes entre mai 2013 et septembre 2016 ». La Conférence épiscopale donne – quant à elle – son feu vert pendant l’Assemblée plénière d’avril 2017.

Vingt-quatre martyrs retenus

img-martyrs-rectifiee« Sur les 358 victimes de la Révolution Française, une centaine semble l’avoir été en vertu de la fidélité à la foi », estime le Père Jean Ferrapy. Les victimes de la Grande Terreur ont été déportés sur le ponton de La Rochelle, emprisonnées ou mort des suites des conséquences des outrages imposés.

Monseigneur Henri Brincard retient une liste de vingt-quatre noms dont dix prêtres, trois religieuses et onze laïcs. « Les laïcs ont été condamnés pour avoir hébergé des prêtres réfractaires. Et les prêtres réfractaires pour ne pas avoir prêté le serment à la Constitution civile du clergé (juillet 1790) et avoir continué leur ministère alors qu’ils auraient dû s’exiler en Suisse ou en Italie. » Ils décident ensemble de cibler cette période de la Grande Terreur, avant la mort de Robespierre, car « la persécution survenue en 1798 avec le Directoire était plus ambiguë que celle de 1793-94 », précise-t-il. Historiquement, le 18 mars 1793, la Convention publie un arrêté comme quoi tout noble, prêtre, curé capturé sur le territoire de la République serait immédiatement jugé, condamné et mise à mort. « Un mois après cet arrêté, un prêtre semble avoir été mis à mort par un édit public. La première victime à faire partie de la liste. »

Le 17 juin 1794, sept décapitations surviennent Place du Martouret au Puy-en-Velay. Deux prêtres, deux religieuses et trois laïcs. C’est l’abbé François Mourier et tous ses compagnons martyrs de la Révolution. « La Congrégation romaine pour la cause des saints nous demandait un nom précis pour justifier la béatification ». Mgr Henri Brincard Brincard choisit le jour où les exécutions sont les plus nombreuses.

Pourquoi une réhabilitation si tardive ?

Dans de nombreux diocèses comme à Angers, les martyrs de la Révolution Française ont été réhabilités pendant l’Entre-Deux-Guerres (1918-1939) ou dans les années 1980. Le Père Tavernier prêtre du diocèse, dans le diocèse du Puy-en-Velay, avait publié un livre en 1938 intitulé : « Le diocèse du Puy pendant la Révolution ». Monseigneur Norbert Rousseau (1871-1939) – dans sa préface – affirme de manière très claire « qu’il faudrait que l’Église les reconnaisse mais la guerre est arrivée et nous avions d’autres soucis à gérer. »

Vers la reconnaissance

Trois sessions au tribunal diocésain ont été programmées en vue de la reconnaissance des martyrs le 15 octobre, le 12 novembre et prochainement le 10 décembre 2019. « Toutes les sessions sont ouvertes au public, explique-t-il. Nous demandons à une trentaine de témoins de venir dire ce qu’ils en savent. Ils ne les ont bien sûr pas connus. Mais certains ont en leur possession des documents qui attestent des exactions. » Des historiens locaux indépendants vont épauler le Père Jean Ferrapy. « Ils auront un grand rôle quand les témoins auront été entendus. Cette commission d’historiens étudiera tous les témoignages et le dossier dans son ensembleIls pourront émettre des réserves si certains documents ne leur paraissent pas fiables. »

Il espère que le dossier sera clos au printemps 2020. « Nous n’aurons plus qu’à attendre que l’Église universelle reconnaisse les martyrs de la révolution dans le diocèse ». En attendant, le Père Jean Ferrapy n’a plus de temps à perdre. Il joue contre la montre en continuant de chercher des documents d’archives. Il lance d’ailleurs un appel à témoins auprès des particuliers qui pourraient détenir dans leurs greniers des documents qui pourraient l’aider dans son travail de recherche. Le Père Jean Ferrapy a un dernier souhait. Il aimerait que de jeunes historiens travaillent sur le diocèse du Puy pendant la Révolution Française pour réaliser « une thèse ou un mémoire, et pourquoi pas y éditer un ouvrage collectif ! »

Sur le même thème

  • Cathédrale Le Puy-en-Velay

    Au Puy, seize siècles d’annonce de l’Évangile

    Sanctuaire marial attesté depuis le 5ème siècle, la ville du Puy en Velay est également, aujourd’hui, le point de départ d’une des quatre routes françaises du chemin vers Compostelle. Un haut lieu de piété populaire et de quête spirituelle.

  • Père Bernard Planche - Le Puy

    Bernard Planche, recteur de la cathédrale Notre-Dame du Puy

    Construite sur les hauteurs de la ville, la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation domine Le Puy-en-Velay. Avec ses 600 000 visiteurs annuels, elle est l’une des cathédrales les plus visitées de France et le point de départ des pèlerins pour Saint-Jacques de Compostelle. Le Père Bernard Planche, recteur de la cathédrale Notre-Dame du Puy depuis 2016 nous en dévoile les coulisses.

  • IMG_5589

    La commission « Maison commune écologie » du diocèse du Puy-en-Velay

    Florence Bonnefoux est Déléguée épiscopale aux mouvements et associations de fidèles (Demaf) dans le diocèse du Puy-en-Velay. Elle appartient à la commission diocésaine « Maison Commune écologie ». Une commission initiée par Mgr Luc Crepy et qui fait suite à l’Encyclique du Pape François Laudato Si’. Depuis 2018, ses membres prévoient des temps de partage autour de la nature et de réflexion sur l’écologie. Ils ont lancé aussi des initiatives comme la « Fête de la Création » à Brioude ou à Yssingeaux (Haute-Loire).

  • Dominique Roux (DIR)

    Le dialogue interreligieux au Puy-en-Velay

    Dans le diocèse du Puy-en-Velay, Dominique Roux est délégué diocésain en charge du dialogue interreligieux. Mgr Luc Crepy, évêque du Puy-en-Velay l’a nommé à ce poste en décembre 2017. Il organise avec le groupe de Dialogue interreligieux (DIR) des conférences et des rencontres islamo-chrétiennes pour promouvoir le dialogue, la tolérance et le respect.

  • 5 novembre 2016 : Mgr Luc CREPY, évêque du Puy, président de la cellule permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP) de la Conférence des évêques de France

    Mgr Luc Crepy, évêque du Puy-en-Velay

    Ordonné évêque le 12 avril 2015, Mgr Luc Crepy a pris la succession de Monseigneur Henri Brincard décédé en 2014. Au niveau national, il est président de la cellule permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP) de la Conférence des évêques de France.

  • Jardin Camino Le Puy

    Le Camino, un lieu de rencontre pour les pèlerins et les touristes

    La Via Podiensis est la voie la plus fréquentée du chemin de Saint-Jacques de Compostelle. 25 000 pèlerins prennent le départ chaque année depuis la cité ponote. Situé sur les hauteurs de la ville, au pied de la cathédrale Notre-Dame au Puy-en-Velay, « Le Camino », est un lieu d’accueil et de rencontres pour les pèlerins en partance pour les chemins, les touristes ou les visiteurs. Dominique Bourgin est la responsable des lieux depuis son ouverture en juillet 2012.

  • Père Jean-Pierre Debard

    « Terres d’espérance » un évènement rural national en préparation

    Le Père Jean-Pierre Debard est curé de l’ensemble paroissial Saint-Jean du Velay volcanique depuis 2015. Au sein du diocèse du Puy-en-Velay, il a une double casquette car il est, à la fois, aumônier du mouvement Chrétiens dans le monde rural (CMR) et référent de la Commission « Maison commune » pour l’écologie intégrale. En avril 2020, il participera à « Terres d’espérance », un rassemblement national autour de la mission de l’Église en monde rural. Très actif dans les préparatifs, il sera présent à Chateauneuf-de-Galaure avec 800 autres membres ecclésiales.

  • IMG_5558

    Le « Relais des clochers », un lieu d’information et de coordination au Puy

    Inauguré en 2018 et béni par Monseigneur Luc Crepy, le « Relai des clochers » dans le centre-ville du Puy-en-Velay donne pignon sur rue avec ses vitrines décoratives. Cette structure qui regroupe d’anciennes paroisses du bassin ponot est à la fois un lieu d’information et de coordination. Le Père Jean-Loïc Ollu, est à la tête de ce nouvel ensemble paroissial Notre-Dame-du-Puy depuis septembre 2019.

  • 06 janvier 2010 : La cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation du Puy-en-Velay illuminée sous la neige. Puy-en-Velay (43), France.

January 06, 2010: The cathedral of Notre-Dame du Puy-en-Velay, (43), France.

    Le diocèse du Puy

    A travers une interview de Mgr Luc Crepy, une présentation de la cathédrale Notre-Dame du Puy et des reportages au Puy-en-Velay, la ville sanctuaire ou à Aurec… Partons à la découverte du diocèse du Puy. En vidéos Suivre le diocèse du Puy sur les réseaux sociaux