Pierre Fritsch : « l’Église n’est pas archaïque »

Catéchiste, adorateur au Mont Saint Odile, à 23 ans, Pierre Fritsch fait partie de la minorité de sa génération qui reste active dans l’Église, et qui plaide sa cause.

Pierre fritschIl raconte avoir fraternellement croisé le fer, le matin, avec d’autres jeunes au sein de l’atelier qui traitait du thème des relations affectives ; quant à l’après-midi, lors du temps consacré aux attentes et aux projets, il dit avoir été particulièrement « séduit » par une idée : celle de l’organisation d’un synode des femmes « pour casser l’image encore misogyne de l’Église ». Pierre faisait partie, le 10 novembre dernier à Strasbourg, de la centaine de participants qui avait répondu à l’invitation de Mgr Ravel à un Pré-Synode des Jeunes.

« J’avais ce week-end de disponible et rien à perdre à m’y rendre. C’est toujours un plaisir de rencontrer d’autres jeunes en Église. On sent plein de bonnes volontés, des idées fusent. Reste à voir ce qui se fera vraiment », commente-t-il. Lui est très partant pour une rencontre des jeunes Alsaciens de 18-30 ans. Il l’imagine déjà avec différents intervenants, des moments festifs et pourquoi pas au Mont Sainte-Odile, à qui le lie « un attachement particulier ». Pierre fait en effet partie depuis douze ans d’un groupe qui monte passer une semaine d’été au sanctuaire pour assurer l’Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement.

Bien qu’étudiant en droit à Strasbourg, il n’est plus engagé dans l’aumônerie étudiante, réservant sa disponibilité pour une communauté de paroisses de sa région d’origine, le Sundgau, au sud du Haut-Rhin. Fils de parents très pratiquants, il a grandi dans un secteur paroissial où peu de choses étaient proposées aux jeunes. Via des relations, il s’est donc investi un peu plus loin, dans un groupe qui prépare des enfants à la confirmation et à la profession de foi. Pour « ne pas les lâcher » les sacrements reçus, il continue avec quelques anciens « et un coopérateur pastoral se donnant à 400% » d’organiser pèlerinages et sorties et il se réjouit que certains de ces adolescents « deviennent leur tour des animateurs ».

« J’essaie, explique-t-il, de leur montrer tout ce que l’Église et la foi peuvent leur apporter, que l’Église n’est pas un truc archaïque mais peut leur faire vivre plein de belles choses et aussi qu’ils ne sont pas seuls ». Une de ses « carottes » pour les faire venir ? La promotion de l’Église « agence touristique ». « C’est grâce à elle, assure-t-il, que j’ai beaucoup voyagé. Je suis allé en Ukraine grâce à Taizé, ce lieu en Bourgogne où il est également possible de rencontrer des jeunes du monde entier en seulement 4 heures de route et, en janvier prochain, j’aurai la chance de me rendre au Panama pour les JMJ ».

Chantal Joly

Sur le même thème

  • photo Mgr ravel 3

    Mgr Ravel : En Alsace, Église et pouvoirs publics travaillent à un même avenir

    À quelques jours de l’ouverture – à sa demande- de la cour de son palais épiscopal au grand public dans le cadre du célèbre marché de Noël de Strasbourg, Mgr Luc Ravel évoquait les atouts et la puissante identité de ce diocèse pas tout à fait comme les autres.

  • Soeurs cité ampère Strasbourg

    Trois religieuses du Très Saint Sauveur, cœur priant de la cité Ampère

    Sur Strasbourg, une petite communauté des Sœurs du Très Saint Sauveur est installée dans un HLM de la cité Ampère. Dans ce quartier réhabilité mais frappé par 60% de chômage où habitent de nombreuses familles monoparentales, les religieuses partagent les joies et les détresses des habitants tout en étant engagées à l’extérieur.

  • Philiippe Marschal 4

    Philippe, un diacre médiateur entre foi et science

    Philippe Marschal a été nommé diacre permanent à la cathédrale de Strasbourg le 6 octobre 2018. Il était ce jour-là aux côtés de six autres de ses compagnons de formation, dont Gérard, un autre enfant de Jungholtz, la commune où il réside.

  • DSC_0066-2

    Les chrétiens (s’) invitent au marché de Noël de Strasbourg

    Pendant la période de l’Avent, les paroisses ont toujours eu le souci d’ouvrir leurs portes mais ce Noël 2018 marque une première : la tenue d’un marché de Noël, dans la cour d’honneur du palais de l’archevêché. Élisabeth Clément, coordinatrice de l’événement « Noël dans la cour Saint Nicolas » explique en quoi cette initiative est intéressante en interne et pour la visibilité de l’Église.

  • A Wending et P Wender 2

    Aumônerie catholique de Strasbourg : Éveiller chez les jeunes le don de la vie

    Responsable diocésain de la pastorale des jeunes et directeur du centre Bernanos, siège de l’aumônerie étudiante, le Père Thomas Wender évoque l’esprit de confiance et d’évangélisation concrète qui l’anime dans ses propositions envers les jeunes.

  • Père Bernard Xibaut 1

    Père Bernard Xibaut, l’Histoire de l’Alsace au cœur

    « Une région ballottée, une Église écartelée ». Voilà les expressions employées par le Père Bernard Xibaut, chancelier de l’archevêché et surtout président de la Société d’histoire du diocèse depuis 2008, pour évoquer la situation de l’Alsace pendant le premier conflit mondial.

  • Père Geissler 3

    Mont Sainte-Odile, la montagne sainte d’Alsace

    « Un bateau posé sur un rocher en surplomb de la plaine d’Alsace », voilà la belle image utilisée par le chanoine François Geissler pour évoquer le Mont Saint-Odile. Ancien délégué épiscopal aux affaires temporelles, il en est depuis bientôt trois mois le nouveau « capitaine ».

  • à la découverte des diocèses de france

    A la découverte des diocèses de France

    Tous les mois, nous vous invitons à découvrir un diocèse à travers un portrait de son évêque et des membres de la communauté catholique qui l’animent et le font vivre. Quelles sont les priorités pastorales développées ici ou là ? Quelles sont les dates-clés, les figures de saints ou les hauts-lieux spirituels qui ont marqué son […]